Eaux stagnantes, rats, boue…Le seul visage de la Campa ?

Le site de la Campa était à l’origine une plaine à forte ressource hydrique : marécages, mares issues de la stagnation d’eaux pluviales, canal…

L’ abondance d’eau a joué un rôle déterminant dans l’installation des premiers baraquements. Ces points d’eau étaient utilisés par les habitants pour différentes tâches, dont la toilette, le lavage du linge et de la vaisselle. L’absence de cabinets au sein des maisonnettes a entrainé l’utilisation d’un ruisseau comme déversoir à déchets (excréments, restes alimentaires, autres). De fait, les conditions d’hygiène n’étant pas favorables, les habitants ont du faire face à la prolifération de rats.

En parallèle, il n’existait qu’un ou deux points d’eau potable pour l’ensemble du campement, visible sur la photo ci-dessous.

La Campa, La Courneuve, 1966, Loïk Prat / IHS-CGT

La Campa, La Courneuve, 1966, Loïk Prat / IHS-CGT



Une réflexion sur « Eaux stagnantes, rats, boue…Le seul visage de la Campa ? »

  1. Busco personas que puedan darme informacion sobre Fray Basilio Martin Martin. Que despues de la gerra de españa ayudo a muchos españoles refugiados o simplente emigrantes en busca de bien estar para su familia.

    Fray Basilio era tio abuelo mio, nacio en Robleda un pueblo de la provincia de Salamanca,

    Un cordial saludo
    Basilio Martin
    Málaga.-

    P.D. mi correo es:mieres_@msn.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.