La résorption du bidonville vu par une bénévole de l’association ATD Quart Monde

Lors d’un entretien, une bénévole de l’association ATD Quart Monde raconte comment s’est déroulée la résorption du bidonville de la Campa. Elle s’est dit profondément choquée par la violence des actions menées pour la résorption du bidonville. Avant la résorption, des bulldozers venaient casser une partie des baraquements pour que les habitants n’accueillent plus de personnes venant de l’extérieur. En effet, les familles vivants dans le bidonville accueillaient d’autres familles dans leur baraque, dans une troisième pièce qui pouvait servir à cet effet, « C’était un bel exemple de solidarité ».

Durant la période de résorption, « ils » avaient commencé par empêcher l’extension du bidonville en détruisant les pièces « superflues ». Les habitants étaient recensés sur le terrain, cependant, des clandestins continuaient de s’installer. Pour empêcher cela, « des bulldozers » cassaient la pièce supplémentaire qui pouvait servir à loger de nouveaux arrivants:

« C’était la période où ils ne rasaient pas tout. Ils rasaient une pièce et c’était encore plus pervers je vous dis pour qu’ils ne puissent pas héberger quelqu’un d’autre. Parce que s’il y avait 3 pièces c’était trop de place. Mettons il y avait 4 enfants et les parents, 3 pièces c’était trop, enfin c’était trop! Donc ces gens par exemple s’il y avait, je ne sais pas on va dire, un cousin avait besoin, ils filaient une pièce. Ils se serraient un peu plus. Donc pour empêcher ça, parce qu’ils le savaient qu’il y avait des clandestins sur le terrain donc ils cassaient une pièce pour empêcher que les gens n’en accueillent d’autres. Puisque l’objectif était de résorber le terrain. »

 Pour empêcher cela, les habitants du bidonville se mettaient devant le bulldozer mais en vain. ATD Quart Monde a essayé de réguler ces destructions:

 « Il y avait des discutions, il y avait tout ça mais ils étaient obligés de tenir compte de l’interlocuteur pour le relogement des familles. Ils ne pouvaient pas faire n’importe quoi. Pas seulement dire au voyageurs, vous êtes voyageurs voyagez ! Ce qui était impossible vu l’état de leur… »

Le mouvement organisait des réunions à tout les niveaux de l’administration. ATD était un partenaire reconnu , les destructions se faisaient donc en concertation avec ATD Quart Monde qui représentait les familles.
La période de résorption à vraiment été mal vécue par les habitants du bidonville, car la destruction avait été entamée alors que les habitants étaient encore là: « c’était leur seul endroit de vie « 

La résorption du bidonville à donc été une période difficile pour les habitants, qui malgré les politiques de relogement, se sont senti délaissé et impuissant face à la violence cette action.

L’entretien de cette miltante est accessible ici dans son intégralité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.