La communauté portugaise

img010De 1956 à 1974, la France devint la première destination des émigrants portugais. 
Les années 1962-1966 ont vu le premier essor spectaculaire de l’immigration portugaise. La France devint à partir de ces années-là, et jusqu’aux années quatre-vingt, la première destination des émigrés portugais au détriment du Brésil. 


Les autorités françaises restèrent partagées entre la volonté d’ouvrir largement les portes de l’immigration aux travailleurs portugais, très demandés par les employeurs et considérés comme  » une immigration positive  » par les responsables gouvernementaux, et l’inquiétude devant le nombre croissant d’entrées irrégulières et en conséquence devant le risque de situations ingérables.
Comme cette situation tenait à l’attitude des autorités portugaises, les demandes françaises s’intensifièrent pour qu’un accord de main d’œuvre soit signé. Le gouvernement portugais accepta enfin de signer un accord en décembre 1963. Toutefois, pour des raisons complexes qui tenaient à la fois aux équilibres politiques et sociaux internes à la dictature portugaise et au développement des opérations militaires de la guerre coloniale portugaise, cet accord fut très mal appliqué par le gouvernement portugais qui continua à freiner l’émigration légale, en sanctionnant irrégulièrement et arbitrairement les départs clandestins. Ces conditions n’empêchèrent pas le développement de l’émigration ; simplement l’illégalité devint générale, soutenue plus ou moins ouvertement par une grande partie de la société.

Les Portugais fuient donc la dictature et les guerres coloniales de leur pays. En 1968, le bidonville de la Campa est devenu l’un des plus important de France, avec plus de 4000 habitants surtout portugais. 

Dans les archives de l’INA, des portugais sont interviewés sur leur parcours. Le premier homme  raconte  qu’il a fuit son pays car il ne gagnait pas suffisamment d’argent pour faire vivre sa famille. Sans passport, il a bravé les frontières pour venir s’installer en France, dans l’espoir de connaître des jours meilleurs, mais sans papier, celui-ci n’arrive pas à trouver de travail. Quelques-uns obtiennent des passeports avec de l’argent, certains ont même des contrats de travail mais la majorité viennent clandestinement. 

Un autre homme explique qu’il est venu en France pour fuir son pays et les guerres coloniales. Beaucoup de jeunes portugais sont venus en France car ils refusaient de faire leur service militaire. Ils ne peuvent plus retourner au Portugal car ils ont peur d’être mis en prison ou de devoir faire leur service militaire.

Parallèlement, un homme portugais raconte qu’à leur arrivée en France, en plus du mal logement, les habitants du bidonville sont confrontés à l’exclusion et au racisme même au sein de leur travail.

La plupart des portugais du bidonville, pour fuir la dictature et la pauvreté de leur pays, ont préféré venir vivre en France malgré leur conditions précaires dans lesquels ils ont été accueilli.

En 1968, il y avait 500 000 Portugais en France. Les années 1969 et 1970 connurent les entrées les plus spectaculaires, puisque chacune de ces années-là, il est entré 80 000 travailleurs (hommes et femmes), et 120 000 personnes si l’on compte les membres de leur famille. En une décennie, le nombre de Portugais en France était passé de 50 000 à plus de 700 000 !

sources:

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.