Mise en lumière du schéma inspiré de l’ouvrage « Le sombre abîme du temps » de L. Olivier

Ce schéma témoigne de plusieurs réalités. Tout d’abord son signe, l’infini, nous montre que la mémoire est un éternel recommencement. De plus, comme nous le voyons et en parallèle à notre panneau d’exposition introduisant les témoignages, nous pouvons voir que notre travail d’enquêteur mémoriel, comme le disent J. Davalon1 et L. Olivier2 , s’apparente à un travail d’archéologue. En effet, au commencement d’une enquête mémorielle, comme c’est le cas en archéologie, le travail débute souvent avec une information partielle, un petit morceau mis au jour.

Schéma de Laurent Olivier dans le "Le sombre abîme du temps: mémoire et archéologie, 2008 © Laurent Olivier
Schéma de Laurent Olivier dans le « Le sombre abîme du temps: mémoire et archéologie, 2008
© Laurent Olivier

 

C’est avec du temps, en faisant preuve délicatesse et de tact que l’on peut davantage questionner/creuser, de plus en plus profondément afin de découvrir la trouvaille dans sa totalité. Cependant, certaines trouvailles peuvent être plus ou moins bien conservées. Parfois, on sait qu’il y a eu quelque chose sur un lieu mais on ne trouve rien. Il en est de même pour la mémoire certains souvenirs sont inaccessibles, bloqués ou oubliés. Ainsi nous voyons cette idée d’enfoui et de mise au grand jour. Nous avons pu constater ces points concrètement lors de notre enquête. En premier lieu avec un témoin d’ATD Quart-Monde qui nous a expliqué que certains habitants du camp ont enfoui très longtemps leurs souvenirs, en y faisant presque un tabou. Ces derniers, après de très nombreuses années, se sont sentis capables d’exprimer à voix haute ces souvenirs et donc de les faire émerger. Ainsi comme nous l’avons dit dans les formes de l’oubli (part 2) « L’oubli du passé serait ainsi nécessaire au recommencement« , il faudrait oublier pour être capable ensuite d’appréhender un souvenir. Cette thèse est également évoquée par les deux auteurs cités précédemment. On voit également ici la force de la parole. En effet, dire ce qui s’est passé c’est admettre son passer, lui donner une existence concrète et donc par la même occasion l’accepter. On comprend alors pourquoi certains souvenirs sont tus. Il faut également noter que les supports peuvent être de bons moyens de faire émerger la mémoire. Comme nous l’avons constaté durant nos enquêtes certains lieux ou photos ont été les éléments déclencheurs de ce retour de mémoire. Ainsi comme J. Davalon l’explique quand les souvenirs sont enfouis un élément déclencheur peut permettre leurs émergences. J. Davalon parle alors de « trouvaille ».  Néanmoins parfois la mémoire n’a pas besoin de support. Les bons souvenirs, généralement les plus joyeux, restent plus facilement en mémoire et perdurent même sans support. Nous avons pu également confirmer cette hypothèse pour un employé de la firme internationale Schlumberger qui malgré la perte de la totalité de ses photos garde un souvenir très précis de plusieurs faits marquants. Nous voyons donc que la mémoire est un processus complexe et que la remémoration est fortement influencée par le type de souvenir concerné. De cette manière les premiers souvenirs évoqués sont rarement les plus difficiles. Pour notre part, nous avons pris le parti de laisser les souvenirs émerger par eux-mêmes. Et ce, en respectant la volonté des enquêtés de passer sous silence certains souvenirs qu’ils ne voulaient pas partager.

© Chine SESTON
© Chine SESTON

 

Pour ce faire, nous avons utilisé les entretiens semi-directifs. Vous pouvez d’ailleurs avoir davantage d’information sur notre méthodologie dans d’autres articles de ce blog.

 

DAVALLON J., Comment se fabrique le patrimoine? Sciences humaines, Qu’est-ce que transmettre ?, Hors-série n°36, mars-avr.-mai 2002, p. 74-77.

OLIVIER L., Le sombre abîme du temps, Le Seuil, 2008.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.