La Rencontre avec nos interlocuteurs Schlumberger

Notre première rencontre avec Alix ALDUC, la Responsable des collections au Château de Crèvecœur en Normandie, château appartenant à la Fondation Musée Schlumberger, s’est déroulée le 17 octobre 2013, dans le petit jardin d’un musée à Paris non loin de St-Lazare. Madame ALDUC, est l’une des figures d’enquêteur mémoriel que nous devions rencontrer dans le cadre de nos recherches préliminaires. Elle a réalisé deux expositions au Château de Crèvecœur sur les ingénieurs de la société Schlumberger avec leur participation en témoignages, photos, etc.

C’est par son biais que nous avons pu étendre notre liste de contact et ainsi aller à la rencontre de deux Field engineers de la société de prospection électrique Schlumberger. Nous avons pu enregistrer ces entretiens qui furent tous trois forts instructifs.

Ces deux hommes qui tiennent à garder l’anonymat ont su nous faire voyager dans leurs souvenirs en un tour de main et nous projeter sur le terrain lors de leurs missions dans les pays du Moyen-Orient.  Ils nous ont également permis de pousser la réflexion un peu plus loin. Ces réflexions portent sur le phénomène d’oubli mais également sur celui de la reconstitution mémorielle c’est-à-dire d’un souvenir véritable placé dans une autre époque.

En voici un petit extrait d’entretien qui a entrainé chez nous de nouvelles réflexions :

« Si j’ai appris à me méfier de quelque chose, c’est bien de la mémoire. […] J’ai une montre que j’étais certain d’avoir acheté il y a une quarantaine d’années dans la zone neutre de Ras al Khafji, un petit territoire entre l’Arabie Saoudite et le Koweït […]. Il y a peu de temps, en lisant un article sur cette marque de montre qui indiquait comment les numéros de série permettaient de retrouver l’année de fabrication […], je me suis aperçu que ce n’était pas possible : cette montre n’était pas encore fabriquée quand j’étais à Khafji. Donc, j’ai probablement acheté une montre au souk mais ce n’était pas celle-là, ou j’ai peut-être acheté quelque chose de très similaire ou de la même marque. Celle-là j’ai dû la perdre ou on me l’a volée, je ne sais pas. En fait, le numéro de série de cette fameuse montre « rapportée de Khafji », indiquait sans doute possible que j’étais de retour en France lorsque je l’ai achetée. Tout cela pour dire qu’il faut se méfier de la mémoire et de la datation d’événements […] Heureusement, de nombreuses traces du temps passé nous permettent de baliser notre mémoire : un billet d’avion, une lettre, un visa sur un passeport, une coupure de journal… » M. H (20/11/2013, à l’université Paris 13).

 Nous reviendrons dans un prochain post sur ces entretiens un peu plus en détails.


Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.