Les formes de l’oubli (partie 2)

La première figure que décrit l’ouvrage dans le chapitre « Les trois figures de l’oubli » est celle du retour, le désir de retrouver un passé perdu. Ce retour, se défini finalement par une impression, un sentiment impalpable, « la joie du réel retrouvé » définie par Proust. Ce phénomène de mémoire involontaire, n’existe que postérieurement à l’oubli. Ainsi, le retour sur soi, serait une figure de l’oubli et de la mémoire. Ceci s’illustre dans la figure du retour et de la continuité, association qui pourrait être perçu comme un oxymore ; pourtant, ces termes aussi entretiennent un lien étroit. Cette sensation qui passe par le corps et les sens, qui née de la rencontre de deux périodes distinctes, le passé et le présent. L’exemple cité est celui du « retour existentiel sur les lieux ». Pour reprendre les mots de l’auteur : cette puissance poétique est une expérience individuelle déroutante et indescriptible, qui « ré-ouvre les portes du possible ». Autre figure en jeux, la reconnaissance, elle permettrait de conforter notre identité individuelle (en regardant de vieux clichés de nos ancêtres par exemple).

Cette individualité de la mémoire est insaisissable :

« (…) dont seul le corps aurait la clé parce qu’il contient les heures du passé et se révèle de temps à autre encore possédé par l’enfance qui l’habite. »

Ici, on peut voir le retour, comme métaphore du voyage, ou comme une « mise à mort symbolique ». L’oubli du passé serait ainsi nécessaire au recommencement.

« Le devoir d’oubli », s’explique comme un besoin de survivre à la mémoire, (avec, notamment, l’exemple de l’individu qui a été victime d’horreur inimaginable). En opposition, le devoir de mémoire, quant à lui, est le devoir des descendants, à travers deux figures, celle du souvenir et celle de la vigilance. La vigilance s’opérant dans l’actualisation du souvenir, pour justement ne pas oublier ni reproduire les horreurs du passé. La mémoire est l’oubli sont indivisible.

« L’oubli, nous ramène au présent, même s’il se conjugue à tout les temps : au future, pour revivre le commencement ; au présent, pour vivre l’instant ; au passé, pour vivre le retour ; dans tout les cas, pour ne pas répéter. Il faut oublier pour rester présent, oublier pour ne pas mourir, oublier pour rester fidèle. »

Ainsi, conclu l’auteur.

top-taps-203-27

Eternal Tapestry & Sun Araw – Night Gallery IV (2011)

 



Citer ce billet
chineseston (2013, 11 novembre). Les formes de l’oubli (partie 2). Le Bidonville de La Campa. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qp2l

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search