Une visite, de la fiction à la réalité…

Découvrez ci-dessous un récit fictionnel de visite de l’exposition, comme nous l’avions imaginé au départ avant sa mise en forme dans le Café Expo. Dans la vidéo diaporama juste au dessus, nous vous permettons de visiter l’exposition si vous n’en avez pas eu l’occasion ! Nous pouvons alors à nouveau vous souhaiter une bonne visite.

 

« J’ai entendu parler de cette exposition réalisée par des étudiantes. Les pas de « Je me souviens » collés sur le sol du Forum et les affiches placardées à chaque entrée de l’Univ’ me poussent à me rendre à cette expo dont le thème m’avait déjà surpris. J’y allais tout de même avec une petite réticence.

Je rentre dans le Café Expo complètement transformé pour l’occasion, apparemment d’habitude on y trouve des bureaux. Enfin, je crois, je n’y suis jamais allée en 3 ans d’études ici. Alors, je vous disais, j’y entre quelques peu à tâtons, le Café Expo est un lieu inconnu pour moi. Dès la porte d’entrée, je suis les flèches. Elles orientent le sens de la visite. Je découvre une frise chronologique réunissant les grandes dates des deux structures dont je lis l’histoire : la Fondation Musée Schlumberger et le Mouvement ATD Quart-Monde. Je ne connaissais jusqu’à ce jour ni l’une, ni l’autre. Elles sont très différentes à première vue. Je m’interroge et me promets de ne pas m’y attarder, les expos c’est pas mon truc. Je continue ma petite visite.

La pièce est séparée par une cloison ou figure le titre de la partie. Que faire ? Dérouler le fil de l’histoire qui m’est proposé ou repartir ? Je choisis de poursuivre et de me laisser narrer cette histoire pas à pas, guidée par les « Je me souviens » sur le sol.

A mon grand étonnement, j’immerge dans une première partie apparemment scientifique, je pense ne pas avoir bien lu le panneau de présentation. Je découvre avec enthousiasme les méandres du cerveau, apprends ce qu’est un processus cognitif. Je ne pensais pas que le cerveau possédait, enfin possède, tant de fonctions. J’apprends ce qu’est l’oubli conscient et inconscient… De l’autre côté se trouvent des panneaux traitant de la figure d’enquêteur mémoriel, des méthodes d’enquêtes ; des attitudes à adopter y sont présentées. Jusque là, je retrouve ce que certains pensent être le but d’une exposition: j’apprends quelque chose. Personnellement, je ne partage trop cet avis.

Soudain, je suis captivée par un rideau noir, est-ce déjà la fin de la visite ? Non, des flèches me guident vers ce rideau. Apparemment, je suis obligée d’y passer pour continuer ma visite. J’y pénètre curieuse et me voilà engouffrée dans ce sas sonore, comme transportée dans une autre dimension, écoutant divers sons. Ils peuvent laisser perplexe de prime abord. Mais, en lisant le panneau, je découvre qu’il s’agit de sons évoquant une période, les années 50 à 70 et de souvenirs propres aux interviewés. J’essaie de m’imaginer de quel souvenir il peut s’agir… Comme mémoire et imagination peuvent être proche parfois …

En continuant mon bout de chemin, changement d’atmosphère : « Quand la mémoire témoigne ». Titre évocateur me direz-vous? Je plonge et voyage à travers différents moments de vie exposés, mis en récit, en BD, accompagnés de photos d’époque ou d’objets papier tel un billet d’avion des années 60, une photo de passeport d’un pays du Golfe Persique. Des bulles de « Je me souviens » pendent en l’air, comme celles sur lesquels j’ai marché depuis le forum. Je voyage. Je ris, je suis triste, je m’émeus à la lecture de ces histoires. Je constate ici ce que j’ai lu au départ, deux terrains, si éloignés mais tellement semblable en certains points, comme les difficultés de vie, dans le travail ou dans le camp. Je m’imagine dans une condition ou dans l’autre. Je me remémore alors l’affiche de cette exposition… Douce métaphore de l’arbre. Quand ce qui est aux racines, à mes pieds, arrive aux feuilles, à ma tête, et façonne mon présent…  Il y a, vers la fin du parcours, de nouveau une cloison. J’y découvre une dernière œuvre…

Puis, je continue et découvre cet arbre participatif, énorme et imposant collé au mur. Un clin d’œil à l’affiche, il est si surprenant, mais cela me parait en même temps tellement logique… C’est un objet de collecte de souvenirs, objet permettant un retour de ma mémoire. Je prends un post-it proposé pour l’occasion, et y écrit un souvenir marquant de mes années lycées : « Mon premier cours de Philo, lorsque j’ai demandé au prof, M. C’est quand qu’on fait l’amour ? Bien sûr je parlais du thème, mais le prof ne l’a pas compris ainsi, il est devenu tout rouge ».

Finalement, malgré mes quelques appréhensions, j’ai passé 20 minutes dans un autre monde, j’ai appris des choses et j’ai compris des choses : pouvoir se rappeler, se souvenir sont des choses très importantes dans la vie. Mais toi, peut-être comprendras-tu autre chose. Viens te faire ta propre idée de cette exposition du 03 au 14 février 2014 au Café-Expo de l’Université Paris Nord XIII de Villetaneuse. »

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

« Vous voyez, c’était là… »

visite guidée du parc de la Courneuve par Abdel Saadouni, ancien habitant de la Campa, le 18 octobre 2008
Visite guidée du parc de la Courneuve par Abdel Saadouni, ancien habitant de la Campa, le 18 octobre 2008
L’ensemble des témoignages étudiés nous renvoient à un même constat ; les anciens habitants de la Campa, ou les personnes qui ont connu le terrain, présentent un besoin de montrer les choses. Ils nous énumèrent chaque détail comme si le bidonville était toujours là.

« C’était immense. Voilà, ça s’étendait comme ça à peu près… Tout ce côté-là, jusqu’au… Il n’y avait que des champs quoi, voilà! Comment on peut dire euh, y avait euh y avait le camp des gitans, y avait camp des tunisiens, y avait le camp des algériens, y avait heu, et dans chaque camp y avait un chef qui euh, qui gérait un peu là … Voilà ! Là j’aurais du…, c’est pas que j’aurais du mal un peu à situer hein, mais je pense que le bidonville se trouvait à peu près… Ici, il y avait une petite rivière qui passait, voilà. Après, il y avait…, comme un…, une retenue, un peu, d’eau. Nous, je me rappelle, on coupait des capots de voiture et on en faisait des petites barques, voilà. Et, après, à mon avis, il s’étendait d’ici. »[1]

Abdel Saadouni, quitte le Maroc à l’âge de huit ans et s’installe avec sa famille au bidonville de la Campa. Il vit alors dans un baraquement en carton et se souvient bien de la boue, du froid, mais ce qu’il retient avant tout c’est la fraternité et l’entraide avec les différentes communautés du bidonville, les espagnols, les français, les algériens…

Actuellement au service démocratique participatif, il a toujours accordé du temps et de l’engagement aux jeunes et plus généralement à la dynamique de sa ville. Il sera donc sollicité par le cabinet du maire, pour sa sociabilité et sa proximité avec les habitants de le Courneuve, on l’appelle d’ailleurs « l’ancien des 4000 ».

« Alors comme je vous expliquais, il y avait plusieurs…, plusieurs camps, à l’intérieur. Il y avait le camp des Portugais…, le camp…, le…, comment ça s’appelle…, le camp des Algériens, le camp des Algériens-Marocains, etc… Il y avait aussi quelques uns qui faisaient comme des hôtels, pour tous ceux par exemple qui étaient célibataires, ils refaisaient comme des foyers à l’intérieur. Il y avait plusieurs petites baraques, chacun était loué…. ».

Monsieur Saadouni a partagé avec les étudiants et l’équipe pédagogique un ensemble de ses souvenirs, faisant revivre le parc de la Courneuve aux rythmes de la Campa.

Pour obtenir des compléments d’information sur l’emplacement de la Campa au sein du parc de la Courneuve, voir le billet « Un vaste terrain et que d’histoires! »


[1] Propos d’Abdel Saadouni, visite du parc de la Courneuve le 18 octobre 2008