La fin du projet 2012/2013 sur La Campa

Le projet 2012/2013 sur La Campa touche à sa fin. Notre sujet sur la nature vécue et ressentit dans le bidonville de La Campa, nous a permis d’en apprendre plus sur ces conditions de vie difficiles, faisant partie intégrante de vos vies. Nous vous remercions pour les témoignages et les différents apports que vous nous avez fournis permettant d’enrichir notre réflexion.

Même si cette mémoire perdure à travers nos mises en exposition qui vont circuler sur le territoire de la Seine-Saint-Denis, c’est grâce à vos récits que cette histoire de vie peut subsister et réveiller les consciences. Grâce à ces quatre promotions de l’Université Paris 13, les différents travaux menés ont permis de mettre en lumière une partie des récits des habitants du bidonville de La Campa et leur rendre hommage. Enfin, ces personnes vont pouvoir recevoir ce qu’ils ont partagés avec nous, avec une identification de leur histoire dans l’actuel parc Georges Valbon.

Je vous laisse suivre la suite les actions qui seront menées par les étudiants de notre future promotion qui débutera en octobre prochain. Nous vous remercions encore de votre participation, qu’elle soit directe ou indirecte, c’est grâce à vous que nous avons pu rendre une partie de l’histoire du bidonville de La Campa. En tout cas, nous quatre, nous pouvons dire que nous avons partagé une part d’histoire avec vous.

Bonne continuation à tous!

Kattia, Mathilde, Laura et Katy

Ps :  Notre exposition a été un tel succès qu’il nous manque huit photos, nous lançons donc un avis de recherche! 487306_10200488257032139_1437180343_n

 

 

Espace : lieu, territoire, paysage

Un lieu est un espace physique, ressentit par le corps.

Un territoire,est un appropriation physique par un groupe ou ensemble humain.

Un paysage est un espace physique mis en récit.

Dans le cas du bidonville de La Campa, nous nous retrouvons face à toute les facettes de la notion d’espace. En effet, ces baraques qui n’ont été désirées par personne, que ce soit les institutions et même les habitants, se retrouvent appropriées en un temps donné par ses habitants. Par l’appropriation de ce territoire, dans un instant t, les habitants vivent et ressentent ce lieu comme une part de leur histoire. Dans une méthode de recueil de données et par l’idéalisation du vécu de ces habitants, le lieu devient un paysage de mémoire.Sans titre

« L’espace non plus vous ne pouvez pas l’éviter : vous pouvez prendre n’importe quel chemin, vous serez toujours dans l’espace » Jean-Claude PENOCHET

Le bus 150

Pour accéder au parc Georges VALBON, le plus simple c’est le bus 150.

Pour accèder au Bidonville de La Campa, le plus simple c’est le bus 150.

A l’arrêt Cité floréal, où actuellement on trouve l’entrée Marville du parc Georges Valbon, le bus 150 vous déposait dans les années 1960 face au bidonville de La Campa. Cet arrêt était l’unique source de transport permettant aux habitants d’aller travailler et de les lier au reste de la population.

Le bus 150 à la Courneuve dépose ses voyageurs face à la cité Floréal

Pourtant cet arrêt, a également été témoin de macabre découverte, comme ce travailleur, un froid matin d’hiver, qui a attendu tellement longtemps le bus, qu’il en est mort.

Pour entendre ce témoignage de Mr Abdel Saadouni, je vous invite à venir visiter l’exposition « D’une nature l’autre » au Café-expo  de l’Université de Paris 13 qui se déroule jusqu’au 12 février 2013.

 

 

Buscamos testigos – Chamado às Testemunhas – Testimoni cercasi

Appel à témoins

Nous souhaitons à travers cet article, faire un appel à témoins.

Depuis 2009, le master 2 Dynamiques culturelles parcours Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs a permis a recueilli les témoignages de vie des habitants de La Campa.
A travers cet appel à témoins, nous recherchons les traces de ces vies oubliées, afin de récupérer la mémoire des habitants de ce bidonville et de la pérenniser. Des questions restent toujours en suspend sur le bidonville de La Campa et nous recherchons des personnes qui le connaisse directement ou indirectement . Si c’est le cas, vous pouvez témoigner en commentaire de cet article et les étudiants du master 2 Dynamiques culturelles parcours Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs se feront le plaisir de vous contacter afin de connaitre l’histoire de votre vie.

Buscamos testigo

Queremos a través de este anuncio, hacer un llamado a testigos.

La búsqueda de huellas, es decir la recuperación de la memoria a menudo olvidada por todos, pero que fue  parte de la vida de hombres,  mujeres  y  niños en nuestro país, en nuestras ciudades,  ha sido iniciada por hasta ahora tres promociones universitarias de máster 2.  Lo que nos ha permitido recoger diversos testimonios de vida, directa o indirectamente ligadas a las chabolas.

Pero muchas preguntas continúan sin respuesta y muchos aspectos de la vida de los habitantes de las chabolas francesas  aun no han sido abordados.

Entrar en contacto con las personas que han vivido o frecuentado, a través de las asociaciones como ATD Quart Monde, de conocidos o  de cualquier otra relación personal al interior de las chabolas francesas de los años 50’s,  60’s, 70’s sería una contribución importante para la continuidad de la investigación iniciada por estas promociones.

Si usted desea aportar su contribución al redescubrimiento de esta parte de la historia humana, póngase en contacto con el equipo de investigadores por intermedio de este blog.

Chamado às Testemunhas

Nos gostaríamos  por meio deste convite  fazer um chamados as testemunhas.

A busca de vestígios, consistindo exumar uma história muitas vezes esquecida por todos, mas vivenciada por homens, mulheres e crianças em nosso país, as portas de nossas cidades, foi iniciado agora três classes universitárias de “Master 2″. Ela permitiu  recolher  vários depoimentos de vidas direta ou indiretamente relacionados as favelas.

No entanto, muitas questões permanecem sem resposta e muitos aspectos da vida dos moradores de favelas franceses ainda não foram abordados.

O contato com novas pessoas que viveram ou visitaram através das associações como ATD Quarto Mundo ou através do conhecimento ou relações pessoais dentro de favelas franceses nos anos  1950/60/70  seria uma importante contribuição para o resultado da pesquisa iniciada  com essas promoções.

Se você quiser contribuir para a redescoberta desta parte da história da humanidade,  você pode contatar a equipe de pesquisadores através deste blog.

 Testimoni cercasi

Tramite questo biglietto vorremmo  lanciare un appello per dei testimoni

La ricerca di tracce, che consiste nel riesumare una storia spesso dimenticata da tutti, ma tuttavia vissuta da alcuni uomini donne e bambini nel nostro paese, alle porte della città, é un argomento trattato oramai da tre promozioni universitarie di Master 2. La ricerca ha permesso di raccogliere numerose testimonianze di vita direttamente o indirettamente legate alle bidonvilles.

Ma restano ancora  in sospeso numerose domande, e vari aspetti della vita degli abitanti delle bidonvilles  francesi non sono ancora stati trattati..

Entrare in contatto con persone nuove che abbiano vissuto o frequentato tramite delle associazioni come ATD Quart Monde o tramite delle conoscenze o relazioni personali all’interno delle stesse bidonvilles francesi degli anni 1950/60/70 sarebbe un contributo importante per proseguire delle ricerche iniziate da queste promozioni.

Se siete interessati a dare il vostro contributo alla riscoperta di questa parte della storia dell uomo, potete prendere contatto con tutta l’équipe di ricercatori tramite il curatore di questo blog.

 

Notre première rencontre avec Abdel Saadouni 16/10/2012

Les étudiantes de la promotion 2012/2013 ont eu la chance de rencontrer le 16 octobre 2012, Mr Abdel Saadouni, un des témoins privilégiés de la Campa.

Pour cette année, notre sujet est la nature vécue et ressentie à la Campa, c’est donc tout naturellement que nous avons demandé à Mr Saadouni ce que lui évoquait la nature :

Paris 13 : La nature ça vous inspire quoi ?

Abdel Saadouni : Déjà y’avait les champs, les terrains vagues, aujourd’hui c’est pas pareil c’est plus structuré. Mais nous on pouvait gambader, faire des arcs, découper toit des voitures pour faire petites barques sur une petite rivière. Et des fois elle débordait et faisait des petits lacs. Y’avait des endroits on faisait des cordes à tarzan dans les arbres, on avait une sensation de liberté qu’on a pas là. C’est vrai que y’a de la joie dans les souvenir, il n’y a pas de souffrance. C’est vrai que mon père travaillait donc on n’avait jamais vraiment faim, on savait que c’était juste mais on se débrouillait.

Paris 13 : Des animaux ?

Abdel Saadouni : Y’a des gens qu’avaient des poules. Y’avait des oiseaux. Y’avait de la boue, les gens avaient leurs bottes pour rentrer dans le bidonville et en sortant (près du bus 150) ils les enlevaient. J’ai un souvenir de la rivière et une retenue d’eau qui débordait parfois. La boue dans les allées, j’ai souvenir d’incendies à cause des bouteilles de gaz. Bah oui aussi des fois y’avait des règlements de comptes. Mais ce n’était pas que des règlements de comptes en différentes ethnies, des fois c’était aussi des bagarres au sein même d’ethnie. Et quand y‘avait c’était assez violent, c’était pas des petites choses.

[…]

Paris 13: Y’avait pas d’arbre ?

Abdel Saadouni : Je sais, je n’ai pas trop de souvenir de forêt en tout cas. Je sais qu’il y avait un grand arbre sur lequel on installait la corde à tarzan mais c’est tout.

[…]

Paris 13: Vous diriez que vous avez grandi dans la nature ?

Abdel Saadouni : Oui en partie oui. On sentait cette liberté oui, cette liberté au niveau des espaces et faire ce que l’on a envie vraiment. Parce que maintenant y’a beaucoup de restrictions sur tout, des règles, il faut que tout soit rentré, etcetera. Y’a plus cette partie pour qu’on puisse gambader, des petites choses sans qu’on vienne vous casser les pieds quoi. Aujourd’hui y’a beaucoup de choses qui sont interdites.

Paris 13: Pour vous la nature était un synonyme de liberté ?

Abdel Saadouni : Oui.

[…]

Représenter le territoire?

Comment représenter un territoire et comment le matérialiser au sein d’un parcours d’exposition, telle est la question que nous nous sommes posée. Nous devions parler d’un  territoire existant sous deux temporalités différentes, le bidonville de La Campa d’une part, et le parc de La Courneuve d’autre part, et rendre sensible le passage de l’un à l’autre. Nous avons de fait conduit une réflexion sur la notion de territoire.
Deux aspects de la notion nous ont semblé particulièrement féconds en terme de mise en place d’un projet d’exposition :

Le territoire physique comme lieu de vie

Le territoire que nous abordons, que ce soit le territoire actuel du parc de La Courneuve ou celui révolu du bidonville, est avant tout un espace de vie. Le parc de La Courneuve est aujourd’hui un espace vert très fréquenté de la région parisienne. Le bidonville de La Campa a, lui aussi, à l’époque, été un lieu grouillant de vie, comme le rappelle l’espace sur la vie quotidienne de notre exposition. Nous avons choisi des photographies dynamiques, où les enfants et leur famille semblaient vivre devant nous, courant, jouant, se livrant à des activités de créations, etc. Les regards pétillants des enfants sont autant de rappels qu’une vie quotidienne est toujours faite d’émotion. Pour représenter cet espace du bidonville, nous avons aussi choisi de créer un espace d’écho, où les voix des habitants viennent relayer les photographies. Enfin l’espace est donné à appréhender à travers la scénographie, spécialement à travers la présence de la boue et des petites bottes en caoutchouc d’enfants qui matérialisent cet espace de vie.

Le territoire comme espace mental

Le territoire est aussi appréhendé dans sa dimension d’espace mental et particulièrement celui de l’enfance. La Campa n’a pas été seulement le cadre de vie des enfants de La Campa, il a aussi été un espace investi par le regard de l’enfant, transformé et sublimé par le pouvoir de l’imagination propre à l’enfance. À travers les jeux, les moments de bonheur propre à la vie d’une communauté et de la famille, La Campa est transfigurée. C’est cette dimension que nous voulions mettre en avant et chercher à incarner dans l’espace de l’exposition.

À la fois lieu physique et cadre de vie, mais aussi, espace où se déploient tous les imaginaires, le territoire de La Campa se dédouble à travers le regard de l’enfance.
La plupart des photographies que nous avons choisies rendent sensible cette dualité. Celles-ci superposent la figure d’enfants aux regards brillants, à un arrière-plan où l’on perçoit pleinement la misère des conditions de vies. Si l’individu est sublimé, la dureté des conditions matérielles et la situation de ces enfants n’en apparaît que plus poignante.

Actualités

Par ce panneau, notre volonté était d’élargir notre questionnement basé sur un bidonville en particulier et une période donnée, et de passer d’une vision locale à globale. Détruit en 1971, le bidonville de La Campa, ainsi que les autres bidonvilles de la région parisienne (Noisy-Le-Grand, Nanterre,…) n’a pas signifié la fin des bidonvilles en France. Ce type d’habitation informelle est toujours présent dans le monde entier. Néanmoins, les origines, les formes, les façons d’y vivre sont différentes et sont à replacer dans des contextes socio-historiques et économiques liés au territoire d’implantation.

Nous proposons d’apporter des informations sur le phénomène des bidonvilles en accédant à la rubrique : autour de La Campa et des bidonvilles.