Une fin de projet pour une fin du parcours CECS…

Cette année 2013/2014 a marqué un tournant décisif dans le parcours « Conception d’événements et circulation des savoirs  ». En effet, suite à 4 ans d’exposition sur le bidonville de La Campa et de l’inauguration d’une stèle commémorative, il a été décidé qu’il était temps de clore ce chapitre. Cette nouvelle étape signe également la fin du parcours CECS.

En effet, cette dernière exposition, «  Le Retour de la Mémoire  », annonce son achèvement. Quel meilleur moyen de conclure une exposition qu’en regroupant les deux collaborateurs principaux de ce projet, à savoir le Mouvement ATD Quart-Monde et la Fondation Musée Schlumberger ?

Plutôt que de se pencher sur une thématique particulière, il nous a été donné comme mission, cette année, d’engager une ouverture, en présentant une recherche réflexive sur le thème abordé par toutes les promotions précédentes : le témoignage. Comme un aboutissement de ces 5 ans de recherches entrepris par les étudiants, nous avons tenté de présenter de manière à la fois originale et concrète nos pérégrinations sur le sujet, illustré de fragments d’histoires individuelles vécues par nos enquêtés.

Notre sujet nous a apporté bien des choses, sur le plan professionnel mais également personnel. Nous avons pris conscience de la valeur des choses, des petits actes de la vie, tout en acquérant des compétences favorables pour nos carrières futures.

Nous tenons à remercier chaque contributeur, chaque personne ayant témoigné, chaque personne nous ayant accompagné dans notre démarche sur ce Retour de la Mémoire.

Nous tenons également à remercier par ce biais M. Emmanuel Paris, Co-directeur du « Master 2 Dynamiques Culturelles. Politiques, Espaces, Pratiques » et Responsable du parcours CECS pour ces années passées à donner, à transmettre des savoirs, et bien d’autres choses.

Notre parcours s’achève, c’est également le cas de notre blog. Un échange continuel à travers les commentaires ne saurait être qu’une source d’enrichissement et de circulation des savoirs qu’ils soient experts, profanes ou populaires.

Merci de nous avoir suivis dans ce cheminement depuis 2010  !!!

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

Une visite, de la fiction à la réalité…

Découvrez ci-dessous un récit fictionnel de visite de l’exposition, comme nous l’avions imaginé au départ avant sa mise en forme dans le Café Expo. Dans la vidéo diaporama juste au dessus, nous vous permettons de visiter l’exposition si vous n’en avez pas eu l’occasion ! Nous pouvons alors à nouveau vous souhaiter une bonne visite.

 

« J’ai entendu parler de cette exposition réalisée par des étudiantes. Les pas de « Je me souviens » collés sur le sol du Forum et les affiches placardées à chaque entrée de l’Univ’ me poussent à me rendre à cette expo dont le thème m’avait déjà surpris. J’y allais tout de même avec une petite réticence.

Je rentre dans le Café Expo complètement transformé pour l’occasion, apparemment d’habitude on y trouve des bureaux. Enfin, je crois, je n’y suis jamais allée en 3 ans d’études ici. Alors, je vous disais, j’y entre quelques peu à tâtons, le Café Expo est un lieu inconnu pour moi. Dès la porte d’entrée, je suis les flèches. Elles orientent le sens de la visite. Je découvre une frise chronologique réunissant les grandes dates des deux structures dont je lis l’histoire : la Fondation Musée Schlumberger et le Mouvement ATD Quart-Monde. Je ne connaissais jusqu’à ce jour ni l’une, ni l’autre. Elles sont très différentes à première vue. Je m’interroge et me promets de ne pas m’y attarder, les expos c’est pas mon truc. Je continue ma petite visite.

La pièce est séparée par une cloison ou figure le titre de la partie. Que faire ? Dérouler le fil de l’histoire qui m’est proposé ou repartir ? Je choisis de poursuivre et de me laisser narrer cette histoire pas à pas, guidée par les « Je me souviens » sur le sol.

A mon grand étonnement, j’immerge dans une première partie apparemment scientifique, je pense ne pas avoir bien lu le panneau de présentation. Je découvre avec enthousiasme les méandres du cerveau, apprends ce qu’est un processus cognitif. Je ne pensais pas que le cerveau possédait, enfin possède, tant de fonctions. J’apprends ce qu’est l’oubli conscient et inconscient… De l’autre côté se trouvent des panneaux traitant de la figure d’enquêteur mémoriel, des méthodes d’enquêtes ; des attitudes à adopter y sont présentées. Jusque là, je retrouve ce que certains pensent être le but d’une exposition: j’apprends quelque chose. Personnellement, je ne partage trop cet avis.

Soudain, je suis captivée par un rideau noir, est-ce déjà la fin de la visite ? Non, des flèches me guident vers ce rideau. Apparemment, je suis obligée d’y passer pour continuer ma visite. J’y pénètre curieuse et me voilà engouffrée dans ce sas sonore, comme transportée dans une autre dimension, écoutant divers sons. Ils peuvent laisser perplexe de prime abord. Mais, en lisant le panneau, je découvre qu’il s’agit de sons évoquant une période, les années 50 à 70 et de souvenirs propres aux interviewés. J’essaie de m’imaginer de quel souvenir il peut s’agir… Comme mémoire et imagination peuvent être proche parfois …

En continuant mon bout de chemin, changement d’atmosphère : « Quand la mémoire témoigne ». Titre évocateur me direz-vous? Je plonge et voyage à travers différents moments de vie exposés, mis en récit, en BD, accompagnés de photos d’époque ou d’objets papier tel un billet d’avion des années 60, une photo de passeport d’un pays du Golfe Persique. Des bulles de « Je me souviens » pendent en l’air, comme celles sur lesquels j’ai marché depuis le forum. Je voyage. Je ris, je suis triste, je m’émeus à la lecture de ces histoires. Je constate ici ce que j’ai lu au départ, deux terrains, si éloignés mais tellement semblable en certains points, comme les difficultés de vie, dans le travail ou dans le camp. Je m’imagine dans une condition ou dans l’autre. Je me remémore alors l’affiche de cette exposition… Douce métaphore de l’arbre. Quand ce qui est aux racines, à mes pieds, arrive aux feuilles, à ma tête, et façonne mon présent…  Il y a, vers la fin du parcours, de nouveau une cloison. J’y découvre une dernière œuvre…

Puis, je continue et découvre cet arbre participatif, énorme et imposant collé au mur. Un clin d’œil à l’affiche, il est si surprenant, mais cela me parait en même temps tellement logique… C’est un objet de collecte de souvenirs, objet permettant un retour de ma mémoire. Je prends un post-it proposé pour l’occasion, et y écrit un souvenir marquant de mes années lycées : « Mon premier cours de Philo, lorsque j’ai demandé au prof, M. C’est quand qu’on fait l’amour ? Bien sûr je parlais du thème, mais le prof ne l’a pas compris ainsi, il est devenu tout rouge ».

Finalement, malgré mes quelques appréhensions, j’ai passé 20 minutes dans un autre monde, j’ai appris des choses et j’ai compris des choses : pouvoir se rappeler, se souvenir sont des choses très importantes dans la vie. Mais toi, peut-être comprendras-tu autre chose. Viens te faire ta propre idée de cette exposition du 03 au 14 février 2014 au Café-Expo de l’Université Paris Nord XIII de Villetaneuse. »

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

Une nouvelle scénographie

Après une visite au Café-Expo avec Gauthier du service culturel de l’université, nous nous sommes penchées de nouveau sur la scénographie de notre exposition sur “le Retour de la Mémoire”.

Cette visite nous a permis de prendre en compte certains détails comme le blocage de la sortie de secours par notre SAS sonore. Nous avons donc modifié le parcours d’exposition en fonction. Voilà ce que cela donne :

La salle d’exposition: le Café Expo de l’Université Paris 13.

1.Plan_Expo-Vide

Cloisonnement final du Café Expo pour accueillir notre exposition (sous réserve de modification).

2.Plan_Expo-Cloison

Le nouveau sens de circulation dans l’exposition et plan de la configuration de l’exposition.

3.Plan_Expo-Circulation

 Qu’en pensez-vous?

Pour savoir ce qui se cache derrière notre  » A découvrir par vous-mêmes », nous vous donnons rendez-vous du 03 au 14 février 2014. See you soon!!!

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

La Rencontre avec nos interlocuteurs Schlumberger

Notre première rencontre avec Alix ALDUC, la Responsable des collections au Château de Crèvecœur en Normandie, château appartenant à la Fondation Musée Schlumberger, s’est déroulée le 17 octobre 2013, dans le petit jardin d’un musée à Paris non loin de St-Lazare. Madame ALDUC, est l’une des figures d’enquêteur mémoriel que nous devions rencontrer dans le cadre de nos recherches préliminaires. Elle a réalisé deux expositions au Château de Crèvecœur sur les ingénieurs de la société Schlumberger avec leur participation en témoignages, photos, etc.

C’est par son biais que nous avons pu étendre notre liste de contact et ainsi aller à la rencontre de deux Field engineers de la société de prospection électrique Schlumberger. Nous avons pu enregistrer ces entretiens qui furent tous trois forts instructifs.

Ces deux hommes qui tiennent à garder l’anonymat ont su nous faire voyager dans leurs souvenirs en un tour de main et nous projeter sur le terrain lors de leurs missions dans les pays du Moyen-Orient.  Ils nous ont également permis de pousser la réflexion un peu plus loin. Ces réflexions portent sur le phénomène d’oubli mais également sur celui de la reconstitution mémorielle c’est-à-dire d’un souvenir véritable placé dans une autre époque.

En voici un petit extrait d’entretien qui a entrainé chez nous de nouvelles réflexions :

« Si j’ai appris à me méfier de quelque chose, c’est bien de la mémoire. […] J’ai une montre que j’étais certain d’avoir acheté il y a une quarantaine d’années dans la zone neutre de Ras al Khafji, un petit territoire entre l’Arabie Saoudite et le Koweït […]. Il y a peu de temps, en lisant un article sur cette marque de montre qui indiquait comment les numéros de série permettaient de retrouver l’année de fabrication […], je me suis aperçu que ce n’était pas possible : cette montre n’était pas encore fabriquée quand j’étais à Khafji. Donc, j’ai probablement acheté une montre au souk mais ce n’était pas celle-là, ou j’ai peut-être acheté quelque chose de très similaire ou de la même marque. Celle-là j’ai dû la perdre ou on me l’a volée, je ne sais pas. En fait, le numéro de série de cette fameuse montre « rapportée de Khafji », indiquait sans doute possible que j’étais de retour en France lorsque je l’ai achetée. Tout cela pour dire qu’il faut se méfier de la mémoire et de la datation d’événements […] Heureusement, de nombreuses traces du temps passé nous permettent de baliser notre mémoire : un billet d’avion, une lettre, un visa sur un passeport, une coupure de journal… » M. H (20/11/2013, à l’université Paris 13).

 Nous reviendrons dans un prochain post sur ces entretiens un peu plus en détails.

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

Des petits papiers dans la baraque

"La baraque"- exposition 2013 D'une nature l'autre.
« La baraque »- exposition 2013 D’une nature l’autre.

La scénographie de notre exposition mettait en scène une baraque du bidonville de La Campa. Elle a été réalisée à partir de l’agrandissement d’une photographie d’époque. À l’intérieur nous avons aménagé deux espaces.

Le premier espace est dédié à l’écoute d’interviews d’anciens habitants de La Campa grâce à un dispositif de casque audio.

Le second espace est un mur d’expression aussi appelé « Dazibao ». Nous invitions ainsi les visiteurs à s’exprimer librement en écrivant leurs pensées sur des petits papiers et à les coller sur la paroi orange.

Mur d'expression dans la baraque - Exposition 2013 D'une nature l'autre.
Mur d’expression dans la baraque – Exposition 2013 D’une nature l’autre.

 

Vous êtes curieux de savoir ce que contiennent les petits papiers?

 

LA NATURE C’EST BEAU ET APAISANT.

La nature ça gratte

La nature c’est la liberté!!

Petit papier en espagnol
Petit papier en espagnol

La nature de l’homme c’est de toujours aller contre sa nature

Pourquoi? Nature elle ment?

NATURE VS CULTURE ???

La nature exutoire de l’homme

Des vies entre Autonomies et Dépendances …

Petit papier Sapin
Petit papier Sapin

La nature c’est la vie

LA NATURE? C’EST L’OUVERTURE

Campa ou Campagne?

La nature de l’homme est d’être culturel.

La nature naturelle…? et artificielle…?

Bidon-ville  Ville-Bidon

L’Homme et la nature, un compromis à trouver au quotidien?

La nature c’est ce qui fait vivre, c’est la vie?

La nature de l’homme le conduit-il à la violence? ou à l’entraide?

Si vous aussi vous souhaitez vous exprimer, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire.

Bidonville de la Folie, 127 rue de la Garenne, Nanterre

Le site internet d’Arte nous propose un superbe web documentaire sur le bidonville de la Folie à Nanterre. Mêlant les interviews d’époque de Monique Hervo et les images récente de la bande dessinée de Laurent Maffre, nous vous invitons a vous rendre au 127 rue de la Garenne à Nanterre
Monique Hervo nous conte ses moments vécus au bidonville de la Folie à Nanterre, de 1959 jusqu’en 1971. Habitante du bidonville, elle saisit ces instants de vie avec ses voisins par la photographie et des interviews.
Pour mettre en lumière les années de Monique Hervo dans la bidonville de la Folie, une bande dessinée  Demain, demain de Laurent Maffre (parue en 2012), permet de nous imager l’arrivée massive dans les années 1960 des immigrés algériens en France. A travers l’histoire de Soraya, Kader et leurs enfants qui se retrouvent à vivre au bidonville, Laurent Maffre décrit le quotidien de ces familles vivants dans des situations précaires et confrontés aux difficultés quotidiennes : la boue, un seul point d’eau pour des milliers d’habitants, des baraques saccagés, le froid…

Pour plus d’informations sur la Bande dessinée vous pouvez également consulter ce site : http://www.actes-sud.fr/actualites/demain-demain-laurent-maffre

Buscamos testigos – Chamado às Testemunhas – Testimoni cercasi

Appel à témoins

Nous souhaitons à travers cet article, faire un appel à témoins.

Depuis 2009, le master 2 Dynamiques culturelles parcours Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs a permis a recueilli les témoignages de vie des habitants de La Campa.
A travers cet appel à témoins, nous recherchons les traces de ces vies oubliées, afin de récupérer la mémoire des habitants de ce bidonville et de la pérenniser. Des questions restent toujours en suspend sur le bidonville de La Campa et nous recherchons des personnes qui le connaisse directement ou indirectement . Si c’est le cas, vous pouvez témoigner en commentaire de cet article et les étudiants du master 2 Dynamiques culturelles parcours Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs se feront le plaisir de vous contacter afin de connaitre l’histoire de votre vie.

Buscamos testigo

Queremos a través de este anuncio, hacer un llamado a testigos.

La búsqueda de huellas, es decir la recuperación de la memoria a menudo olvidada por todos, pero que fue  parte de la vida de hombres,  mujeres  y  niños en nuestro país, en nuestras ciudades,  ha sido iniciada por hasta ahora tres promociones universitarias de máster 2.  Lo que nos ha permitido recoger diversos testimonios de vida, directa o indirectamente ligadas a las chabolas.

Pero muchas preguntas continúan sin respuesta y muchos aspectos de la vida de los habitantes de las chabolas francesas  aun no han sido abordados.

Entrar en contacto con las personas que han vivido o frecuentado, a través de las asociaciones como ATD Quart Monde, de conocidos o  de cualquier otra relación personal al interior de las chabolas francesas de los años 50’s,  60’s, 70’s sería una contribución importante para la continuidad de la investigación iniciada por estas promociones.

Si usted desea aportar su contribución al redescubrimiento de esta parte de la historia humana, póngase en contacto con el equipo de investigadores por intermedio de este blog.

Chamado às Testemunhas

Nos gostaríamos  por meio deste convite  fazer um chamados as testemunhas.

A busca de vestígios, consistindo exumar uma história muitas vezes esquecida por todos, mas vivenciada por homens, mulheres e crianças em nosso país, as portas de nossas cidades, foi iniciado agora três classes universitárias de “Master 2″. Ela permitiu  recolher  vários depoimentos de vidas direta ou indiretamente relacionados as favelas.

No entanto, muitas questões permanecem sem resposta e muitos aspectos da vida dos moradores de favelas franceses ainda não foram abordados.

O contato com novas pessoas que viveram ou visitaram através das associações como ATD Quarto Mundo ou através do conhecimento ou relações pessoais dentro de favelas franceses nos anos  1950/60/70  seria uma importante contribuição para o resultado da pesquisa iniciada  com essas promoções.

Se você quiser contribuir para a redescoberta desta parte da história da humanidade,  você pode contatar a equipe de pesquisadores através deste blog.

 Testimoni cercasi

Tramite questo biglietto vorremmo  lanciare un appello per dei testimoni

La ricerca di tracce, che consiste nel riesumare una storia spesso dimenticata da tutti, ma tuttavia vissuta da alcuni uomini donne e bambini nel nostro paese, alle porte della città, é un argomento trattato oramai da tre promozioni universitarie di Master 2. La ricerca ha permesso di raccogliere numerose testimonianze di vita direttamente o indirettamente legate alle bidonvilles.

Ma restano ancora  in sospeso numerose domande, e vari aspetti della vita degli abitanti delle bidonvilles  francesi non sono ancora stati trattati..

Entrare in contatto con persone nuove che abbiano vissuto o frequentato tramite delle associazioni come ATD Quart Monde o tramite delle conoscenze o relazioni personali all’interno delle stesse bidonvilles francesi degli anni 1950/60/70 sarebbe un contributo importante per proseguire delle ricerche iniziate da queste promozioni.

Se siete interessati a dare il vostro contributo alla riscoperta di questa parte della storia dell uomo, potete prendere contatto con tutta l’équipe di ricercatori tramite il curatore di questo blog.

 

Notre présentation de l’exposition

Nous vous présentons ici le texte que nous avons lu lors du vernissage de notre exposition.

 

Nous vous remercions d’être venu aujourd’hui pour notre exposition « Territoire d’enfance, photographies et témoignage ». Cette exposition a été réalisée dans le cadre du Master 2 Dynamiques culturelles, politiques, espaces, pratiques, au sein du parcours Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs.

La demande de départ du projet était de produire une exposition photographique ayant pour thème le Bidonville de La Campa et de travailler autour de la notion de trace. Toute la difficulté résidait ici dans le fait qu’il n’existe aujourd’hui plus de traces physiques de ce bidonville, détruit en 1971 et remplacé par le parc de La Courneuve.
Nous avons ainsi entamé une réflexion sur la notion de trace et avons posé le questionnement suivant : Comment, sans se livrer à une exhumation méthodique du passé, parvenir à faire coïncider les dimensions du passé et du présent  dans un même espace, en les rendant sensibles à l’imagination ?

Une première entrée dans le sujet  nous a été donné par notre rencontre avec Monsieur Abdel Saadouni, qui a passé une partie de son enfance à La Campa. Cette rencontre à la fois humaine et émouvante nous a troublée par son étrangeté et a eu un effet révélateur. Elle remettait en question notre représentation préalable du bidonville et de ses relations sociales et allait à l’encontre de nos hypothèses de travail. En effet, bien loin d’un discours misérabiliste, mettant en avant les affres d’une vie dans des conditions indignes, son témoignage était empreint de nostalgie pour un espace qu’il appréhendait à l’époque avec la naïveté du regard de l’enfant.  C’est ce décalage entre une réalité objective et une représentation subjective que nous avons souhaité évoquer dans notre exposition.

Nous avons cherché à illustrer ces témoignages par des images d’archives. Le fonds des archives d’ATD Quart Monde mis à notre disposition a de fait constitué une base de travail riche et féconde qui nous a permis de donner une consistance visuelle au récit de Monsieur Abdel Saadouni.
Dans le même temps, le désir d’en savoir davantage sur les réalités des conditions de vie nous a conduit à partir à la rencontre d’autres témoins. La rencontre avec Mme Bernadette Cornuau, jeune bénévole à La Campa pendant quelques années et qui a beaucoup travaillé avec les familles, est ainsi venue enrichir notre réflexion.  Des découvertes d’archives, telles que la lettre des enfants du bidonville au maire de La Courneuve à l’occasion des fêtes de Noël nous ont permis de nous confronter directement à la parole de ces enfants, excluant toute dimension de reconstruction.  C’est sur la base d’un va et vient constant entre témoignages oraux et écrits, et archives photographiques que notre travail s’est construit et donc dans  la confrontation entre différents supports de mémoire.

Loin de chercher à idéaliser un territoire qui reste marqué par la misère, le dénuement et la précarité, nous avons centré notre approche sur le regard de l’enfant et la dimension subjective de la mémoire. Le regard de l’enfant est questionné dans ses dimensions multiples : paroles directes véhiculées par le document d’archive qu’est la lettre, témoignage d’un enfant d’hier qui se souvient de son enfance, M. Abdel Saadouni, témoignage d’une ancienne volontaire ayant apporté son aide et partagé le quotidien de nombreux enfants, Mme Bernadette Cornuau, et, enfin, photographies d’enfants effectuées par des adultes qui, à travers les instantanés captent des moments de vie quotidienne de la vie à La Campa.

L’idée s’est très vite imposée de travailler autour de la notion de territoire d’enfance, dans sa double dimension : celle d’espace géographique, d’une part, celui du bidonville dans sa dimension d’habitat informel, et d’espace  mental d’autre part, investie par l’imaginaire de l’enfance qui transfigure la réalité quotidienne. Conçue en 5 panneaux, l’exposition se propose de faire pénétrer le visiteur dans un espace empli de paradoxes où des réalités multiples se superposent.

L’idée était avant tout d’inviter le visiteur à effectuer un va et vient entre passé et présent. Le diptyque initial représentant le territoire de l’actuel parc de la Courneuve avec quarante ans d’écart, introduit ce voyage temporel.
Le visiteur est à la fois archéologue et ethnologue. A travers la scénographie, il est convié à une déambulation dans des espace superposés où le temps est momentanément suspendu. On entre dans un carré de verdure, en décalage avec un espace délimité,  où apparaissent les ombres du passé figurées par ces photographies en noir et blanc.
L’espace du bidonville, en noir et blanc à l’exception du mur consacré à Noël, est aussi donné à expérimenter par des références à des éléments du quotidien des enfants. Si les pas du visiteur crissent et s’enfoncent dans le gazon du parc, celui ci est ici confronté à des bottes d’enfants posées dans la boue, qui rappellent les conditions réelles de la vie de ses petits habitants.
La transition entre les deux espaces est conçue comme un passage entre deux réalités temporelles, symbolisé à la fois par les pas qui prolongent, en l’espace présent, le passé, et d’autre part, par la signalisation des rubans de chantiers archéologiques, placés à l’entrée de l’espace de transition, qui ouvrent un nouvel espace, celui du bidonville, qui, souvent occulté, est ici donné à voir.
Le panneau en carton « ici bidonville 3000 habitants » est une référence à une photographie de Loïk Prat, qui a beaucoup travaillé sur La Campa et dont nous n’avons malheureusement pas pu exposer les œuvres, mais auxquelles nous tenions à faire référence.

La première étape du parcours donne ainsi un aperçu des conditions de vie réelles de la Campa : boue, conditions précaires, insalubrité, insécurité, constituent l’arrière-fond des figures enfantines dont nous tenions à rappeler la mémoire.
L’espace suivant  constitue le point focal de l’exposition mettant en lumière des souvenirs heureux. Les photographies y ont été choisies pour leur dimension esthétique et leur pouvoir de suggestion. Elles illustrent la joie de vivre des enfants, leurs jeux, leur univers merveilleux, à la fois dans leurs rapports sociaux, familiaux, mais aussi dans une dimension plus intimiste, celles offertes par les portraits.
Enfin le panneau du fond, met l’accent sur les espaces de créativité et d’expression rendues possible par le dévouement des membres d’associations dont ATD Quart Monde est un représentant essentiel. Comme tout enfant qui en a la possibilité, les petits habitants de La Campa se livrent à des pratiques artistiques et révèlent par là-même leur subjectivité d’enfant.

L’ensemble de l’exposition met finalement en exergue l’universalité de l’enfance qui peut tout transfigurer, à l’image de cette petite fille transformant un bâton en jouet, ou cette autre dansant devant un miroir brisé dans un contexte sordide, ou encore ce petit garçon absorbé par sa peinture et qui incarne le geste même de la création.

Le dernier espace présente quelques coupures de journaux évoquant les enjeux politiques et sociaux du bidonville de La Courneuve et offre un très rapide aperçu sur l’évolution actuelle des bidonvilles dans le monde.

Nous souhaitions particulièrement utiliser une large panel de média d’exposition. Le film est un document que nous avons souhaité inclure dans l’exposition et qui se situe un peu à part. C’est un document réalisé par le pôle image de la Courneuve, par des lycéens qui comme nous ont souhaité exhumer un élément du passé de leur espace proche.  Une interview de Monsieur Abdel Saadouni sur le lieu même de l’ancien bidonville permet d’appréhender de façon plus immédiate l’ensemble de notre propos. La vidéo propose aussi un entretien avec Monsieur Claude Dityvon, un photographe ayant produit de nombreuse photographies d’une qualité esthétique indéniable sur La Campa. Nous aurions d’ailleurs souhaité intégrer certaines de ces œuvres à notre exposition, mais en raison de difficultés pratiques nous avons du y renoncer, cette vidéo est de fait l’occasion d’enrichir notre propos.

Cette exposition est le résultat d’un véritable travail d’équipe, où chacune a pu apporter ses compétences propres à l’intérieur d’une certaine division des tâches tout en participant à l’ensemble du projet.
Une des difficultés principales pour nous de cet exercice consistait à répondre à des demandes multiples. Nous avons aussi cherché à mettre en application les enseignements de nos professeurs, et de nombreux éléments en sont des reflets directs.

Pour mener à bien cette exposition, nous avons dû adapter notre projet à l’espace d’exposition. Aussi le parcours de l’exposition, ainsi que l’attribution thématique des espaces a donné lieu à de nombreuses réflexions qui ont abouti à l’exposition telle que nous vous la présentons aujourd’hui.

Des contraintes de temps et matérielles nous ont parfois conduit à  modifier nos projets et à limiter  nos ambitions Nous regrettons ainsi par exemple l’absence d’une cartographie situant plus précisément le bidonville sur le territoire actuel. Nous avons aussi dû faire face à des problèmes techniques comme les stickers imprimés sur fond blanc au lieu de l’être sur fond transparent et tranchant de fait désagréablement avec le mur beige, ou le décollement et le gondolement des photographies après l’accrochage qui a quelque peu compliqué le montage. Nous aurions aussi  souhaité organiser une journée de médiation avec des élèves de primaire et de collège avec monsieur Abdel Saadouni, qui nous avait donné son accord, et que nous n’avons pas pu mettre en œuvre.

Enfin nous tenons à remercier la Fondation Schlumberger pour avoir financé notre projet, ATD Quart Monde et l’ensemble des structures qui nous ont donné accès aux archives, l’université Paris 13, l’UFR de communication, le service culturel, le service reprographie de l’université, ainsi que l’ensemble des professeurs qui ont encadré le projet. Nous remercions aussi toutes les personnes qui nous ont permis de mener à bien notre projet, en particulier M. Abdel Saadouni et Mme Bernadette Cornuau pour le temps qu’ils nous ont consacré et leurs précieux témoignages, les archives municipales de La Courneuve ainsi que le pôle image qui nous a permis d’utiliser leur film.

Une thèse sur un bidonville de Casablanca

Le travail de Réda Benkirane est une thèse, datant de 1993, qui se base sur un bidonville de Casablanca, Karyan Ben M’sik. L’auteur part du constat que les architectes et urbanistes en charge du projet de réaménagement urbain visant à faire disparaître ce bidonville ont une vision réductrice de ses habitants. En effet, ils ne connaissent ceux-ci qu’au travers de statistiques généralistes, comme le nombre moyen de personnes par foyers, le revenu moyens par travailleur, etc… L’auteur s’est donc basé sur 77 entretiens semi-directifs avec des habitants de ce bidonville, afin de montrer que celui-ci ne peut être considéré comme une société homogène, que ce soit du point de vue économique ou socio-culturel. Son travail permet aussi de récolter une parole sociale de l’habitat, de prendre conscience de comment les bidonvillois perçoivent leur espace vécu en tant qu’individu et communauté, et enfin de comment ils conçoivent un réaménagement de leur quartier qui tienne compte de leur propre expérience et aspiration au changement. Ce travail montre, s’il est encore besoin de le faire, l’intérêt d’associer la population aux programmes de réaménagement urbain et la nécessité de sortir d’une vision statistique des populations, considérant celles-ci comme des ensembles homogènes.
Vous pouvez trouvez l’intégralité de ce travail d’une grande qualité à l’adresse suivante.

Concernant un autre bidonville Maghrebin, vous pouvez consulter notre article Bidonville au Maroc