Buscamos testigos – Chamado às Testemunhas – Testimoni cercasi

Appel à témoins

Nous souhaitons à travers cet article, faire un appel à témoins.

Depuis 2009, le master 2 Dynamiques culturelles parcours Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs a permis a recueilli les témoignages de vie des habitants de La Campa.
A travers cet appel à témoins, nous recherchons les traces de ces vies oubliées, afin de récupérer la mémoire des habitants de ce bidonville et de la pérenniser. Des questions restent toujours en suspend sur le bidonville de La Campa et nous recherchons des personnes qui le connaisse directement ou indirectement . Si c’est le cas, vous pouvez témoigner en commentaire de cet article et les étudiants du master 2 Dynamiques culturelles parcours Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs se feront le plaisir de vous contacter afin de connaitre l’histoire de votre vie.

Buscamos testigo

Queremos a través de este anuncio, hacer un llamado a testigos.

La búsqueda de huellas, es decir la recuperación de la memoria a menudo olvidada por todos, pero que fue  parte de la vida de hombres,  mujeres  y  niños en nuestro país, en nuestras ciudades,  ha sido iniciada por hasta ahora tres promociones universitarias de máster 2.  Lo que nos ha permitido recoger diversos testimonios de vida, directa o indirectamente ligadas a las chabolas.

Pero muchas preguntas continúan sin respuesta y muchos aspectos de la vida de los habitantes de las chabolas francesas  aun no han sido abordados.

Entrar en contacto con las personas que han vivido o frecuentado, a través de las asociaciones como ATD Quart Monde, de conocidos o  de cualquier otra relación personal al interior de las chabolas francesas de los años 50’s,  60’s, 70’s sería una contribución importante para la continuidad de la investigación iniciada por estas promociones.

Si usted desea aportar su contribución al redescubrimiento de esta parte de la historia humana, póngase en contacto con el equipo de investigadores por intermedio de este blog.

Chamado às Testemunhas

Nos gostaríamos  por meio deste convite  fazer um chamados as testemunhas.

A busca de vestígios, consistindo exumar uma história muitas vezes esquecida por todos, mas vivenciada por homens, mulheres e crianças em nosso país, as portas de nossas cidades, foi iniciado agora três classes universitárias de “Master 2″. Ela permitiu  recolher  vários depoimentos de vidas direta ou indiretamente relacionados as favelas.

No entanto, muitas questões permanecem sem resposta e muitos aspectos da vida dos moradores de favelas franceses ainda não foram abordados.

O contato com novas pessoas que viveram ou visitaram através das associações como ATD Quarto Mundo ou através do conhecimento ou relações pessoais dentro de favelas franceses nos anos  1950/60/70  seria uma importante contribuição para o resultado da pesquisa iniciada  com essas promoções.

Se você quiser contribuir para a redescoberta desta parte da história da humanidade,  você pode contatar a equipe de pesquisadores através deste blog.

 Testimoni cercasi

Tramite questo biglietto vorremmo  lanciare un appello per dei testimoni

La ricerca di tracce, che consiste nel riesumare una storia spesso dimenticata da tutti, ma tuttavia vissuta da alcuni uomini donne e bambini nel nostro paese, alle porte della città, é un argomento trattato oramai da tre promozioni universitarie di Master 2. La ricerca ha permesso di raccogliere numerose testimonianze di vita direttamente o indirettamente legate alle bidonvilles.

Ma restano ancora  in sospeso numerose domande, e vari aspetti della vita degli abitanti delle bidonvilles  francesi non sono ancora stati trattati..

Entrare in contatto con persone nuove che abbiano vissuto o frequentato tramite delle associazioni come ATD Quart Monde o tramite delle conoscenze o relazioni personali all’interno delle stesse bidonvilles francesi degli anni 1950/60/70 sarebbe un contributo importante per proseguire delle ricerche iniziate da queste promozioni.

Se siete interessati a dare il vostro contributo alla riscoperta di questa parte della storia dell uomo, potete prendere contatto con tutta l’équipe di ricercatori tramite il curatore di questo blog.

 

Notre première rencontre avec Abdel Saadouni 16/10/2012

Les étudiantes de la promotion 2012/2013 ont eu la chance de rencontrer le 16 octobre 2012, Mr Abdel Saadouni, un des témoins privilégiés de la Campa.

Pour cette année, notre sujet est la nature vécue et ressentie à la Campa, c’est donc tout naturellement que nous avons demandé à Mr Saadouni ce que lui évoquait la nature :

Paris 13 : La nature ça vous inspire quoi ?

Abdel Saadouni : Déjà y’avait les champs, les terrains vagues, aujourd’hui c’est pas pareil c’est plus structuré. Mais nous on pouvait gambader, faire des arcs, découper toit des voitures pour faire petites barques sur une petite rivière. Et des fois elle débordait et faisait des petits lacs. Y’avait des endroits on faisait des cordes à tarzan dans les arbres, on avait une sensation de liberté qu’on a pas là. C’est vrai que y’a de la joie dans les souvenir, il n’y a pas de souffrance. C’est vrai que mon père travaillait donc on n’avait jamais vraiment faim, on savait que c’était juste mais on se débrouillait.

Paris 13 : Des animaux ?

Abdel Saadouni : Y’a des gens qu’avaient des poules. Y’avait des oiseaux. Y’avait de la boue, les gens avaient leurs bottes pour rentrer dans le bidonville et en sortant (près du bus 150) ils les enlevaient. J’ai un souvenir de la rivière et une retenue d’eau qui débordait parfois. La boue dans les allées, j’ai souvenir d’incendies à cause des bouteilles de gaz. Bah oui aussi des fois y’avait des règlements de comptes. Mais ce n’était pas que des règlements de comptes en différentes ethnies, des fois c’était aussi des bagarres au sein même d’ethnie. Et quand y‘avait c’était assez violent, c’était pas des petites choses.

[…]

Paris 13: Y’avait pas d’arbre ?

Abdel Saadouni : Je sais, je n’ai pas trop de souvenir de forêt en tout cas. Je sais qu’il y avait un grand arbre sur lequel on installait la corde à tarzan mais c’est tout.

[…]

Paris 13: Vous diriez que vous avez grandi dans la nature ?

Abdel Saadouni : Oui en partie oui. On sentait cette liberté oui, cette liberté au niveau des espaces et faire ce que l’on a envie vraiment. Parce que maintenant y’a beaucoup de restrictions sur tout, des règles, il faut que tout soit rentré, etcetera. Y’a plus cette partie pour qu’on puisse gambader, des petites choses sans qu’on vienne vous casser les pieds quoi. Aujourd’hui y’a beaucoup de choses qui sont interdites.

Paris 13: Pour vous la nature était un synonyme de liberté ?

Abdel Saadouni : Oui.

[…]

« Vous voyez, c’était là… »

visite guidée du parc de la Courneuve par Abdel Saadouni, ancien habitant de la Campa, le 18 octobre 2008
Visite guidée du parc de la Courneuve par Abdel Saadouni, ancien habitant de la Campa, le 18 octobre 2008
L’ensemble des témoignages étudiés nous renvoient à un même constat ; les anciens habitants de la Campa, ou les personnes qui ont connu le terrain, présentent un besoin de montrer les choses. Ils nous énumèrent chaque détail comme si le bidonville était toujours là.

« C’était immense. Voilà, ça s’étendait comme ça à peu près… Tout ce côté-là, jusqu’au… Il n’y avait que des champs quoi, voilà! Comment on peut dire euh, y avait euh y avait le camp des gitans, y avait camp des tunisiens, y avait le camp des algériens, y avait heu, et dans chaque camp y avait un chef qui euh, qui gérait un peu là … Voilà ! Là j’aurais du…, c’est pas que j’aurais du mal un peu à situer hein, mais je pense que le bidonville se trouvait à peu près… Ici, il y avait une petite rivière qui passait, voilà. Après, il y avait…, comme un…, une retenue, un peu, d’eau. Nous, je me rappelle, on coupait des capots de voiture et on en faisait des petites barques, voilà. Et, après, à mon avis, il s’étendait d’ici. »[1]

Abdel Saadouni, quitte le Maroc à l’âge de huit ans et s’installe avec sa famille au bidonville de la Campa. Il vit alors dans un baraquement en carton et se souvient bien de la boue, du froid, mais ce qu’il retient avant tout c’est la fraternité et l’entraide avec les différentes communautés du bidonville, les espagnols, les français, les algériens…

Actuellement au service démocratique participatif, il a toujours accordé du temps et de l’engagement aux jeunes et plus généralement à la dynamique de sa ville. Il sera donc sollicité par le cabinet du maire, pour sa sociabilité et sa proximité avec les habitants de le Courneuve, on l’appelle d’ailleurs « l’ancien des 4000 ».

« Alors comme je vous expliquais, il y avait plusieurs…, plusieurs camps, à l’intérieur. Il y avait le camp des Portugais…, le camp…, le…, comment ça s’appelle…, le camp des Algériens, le camp des Algériens-Marocains, etc… Il y avait aussi quelques uns qui faisaient comme des hôtels, pour tous ceux par exemple qui étaient célibataires, ils refaisaient comme des foyers à l’intérieur. Il y avait plusieurs petites baraques, chacun était loué…. ».

Monsieur Saadouni a partagé avec les étudiants et l’équipe pédagogique un ensemble de ses souvenirs, faisant revivre le parc de la Courneuve aux rythmes de la Campa.

Pour obtenir des compléments d’information sur l’emplacement de la Campa au sein du parc de la Courneuve, voir le billet « Un vaste terrain et que d’histoires! »


[1] Propos d’Abdel Saadouni, visite du parc de la Courneuve le 18 octobre 2008