Le milieu des années 60: de nouveaux services publics pour les habitants

Dans le milieu des années 60, la ténacité et la volonté de l’association ATD ont été payantes, de plus en plus organisée, elle a recrée du lien entre les habitants du bidonville et ceux des alentours.

La municipalité s’est progressivement réengagée, en proposant une scolarisation pour les enfants et un service de transport gratuit ; ceci a participé au processus d’alphabétisation.

De plus, des colonies de vacances réunissaient enfants du bidonville et enfants de la ville. La commune prenait également en charge le ramassage des ordures.

Les boites aux lettres étaient quant à elles un lien administratif indispensable avec l’extérieur…

Le Franc-Moisin, Saint-Denis, 1970, Carlos Santos / Rapho.
Le Franc-Moisin, Saint-Denis, 1970, Carlos Santos / Rapho.

L’article « Association, Assistantes sociales, Médecin: des acteurs au service de la Campa » propose de découvrir des personnes ayant oeuvré au sein du bidonville.

Association, Assistantes sociales, Médecin: des acteurs au service de la campa

L’action d’hommes comme le Père Joseph Wresinski (cf. photo ci-dessous) a permis l’organisation du bidonville et la mise en place de dispositifs et services du quotidien accessibles aux habitants. Parmi ces équipements il y avait un jardin d’enfants, un très beau petit chalet où deux jardinières prenaient en charge les plus petits d’entre eux. Elles proposaient des activités éducatives et ludiques auxquelles les mères pouvaient aussi participer. Prenons l’exemple de l’éducation à l’alimentation au cours de laquelle les mères préparaient des petits goûters sous forme d’ateliers. On trouve également au centre du bidonville de la Campa une bibliothèque, un service d’assistantes sociales, une infirmerie…

L’entretien de Jean-Michel Roy, historien au service culturel de la Courneuve, mentionne même le passage régulier d’un médecin : « le docteur Bourgain qui est le président de l’office des HLM Plaine de France, c’était le médecin qui allait au bidonville de La Campa, c’est quelqu’un qui est toujours vivant donc j’ai eu l’occasion de le rencontrer lors d’une réunion sur un autre sujet et il m’a raconté certains détails, certaines anecdotes sur le bidonville de La Campa, notamment comment les gens, lorsqu’il venait et que le sol était détrempé, mettaient des planches, des vêtements, des objets sur le sol pour qu’il n’ait pas les souliers pleins de boue ».[1]

D’autres services étaient  présents au sein de la Campa, comme la chapelle, mais aussi une laverie et un salon d’esthétique pour les femmes. Ceci est très bien relaté par Anne-Marie Humbert, jeune volontaire de l’association Aide à Toute Détresse, qui vivait au sein du bidonville et apportait ainsi un soutien moral aux habitants.

Face au désengagement des collectivités locales et à la gravité de la situation, des volontaires et des familles du camp décident de créer un mouvement, l’association ATD, pour venir en aide aux habitants de la Campa et améliorer le quotidien.

wresinski
Joseph Wresinski, fondateur d'ATD Quart Monde

Précarité, condition de vie exécrable, mal-logement, c’est à la suite de ces visions de chocs et de détresse humaine, que le père Joseph Wresinski décide de fonder une association avec les familles du camp de Noisy-le-Grand. Cette association “le Groupe d’Action et de Culture” (GAC) est refusée par la Préfecture. Il fait donc appel à des amis et crée “Aide à Toute Détresse”, qui deviendra le mouvement international ATD Quart-Monde.  Les actions autour du camp de Noisy-le-Grand vont s’étendre à la Campa et au Franc-Moisins, notamment par le détachement de volontaires.

Le Mouvement ATD Quart Monde lutte pour les droits de l’homme, avec « l’objectif de garantir l’accès des plus pauvres à l’exercice de leurs droits et d’avancer vers l’éradication de l’extrême pauvreté”.


[1] Intervention de Jean-Michel Roy, historien au service culturel de la Courneuve, le 16 janvier 2009, à l’université Paris 13, devant les étudiants du « Master Conception d’expositions scientifiques ».