Réminiscence et mélancolie

Petra Mrzyk et Jean Francois MORICEAU,Moonraker,

 Moonraker, Petra Mrzyk et Jean Francois MORICEAU,

« Tout souvenir, comporte un grain de poésie virtuelle. » Vladimir Jankélévitch

    En résumé, d’après Platon il s’agit de se « souvenir d’une connaissance acquise dans une vie antérieure », par ce biais, il s’agirait d’« idées premières, antérieures et supérieures à l’expérience ». Chez Aristote, ce concept évoque plutôt la « faculté de rappeler volontairement les souvenirs ». En psychologie cela représente le retour à la conscience d’une impression, un sentiment vague du retour d’un passé impalpable. Le terme s’emploie pour désigner un souvenir d’enfance où domine l’élément affectif. Il s’utilise aussi pour signifier le souvenir qui inspire et influence la création artistique. Autrement dit, le « plagiat inconscient »… La réminiscence ferait aussi appel à la mémoire collective, dans ce cas, on parle d’une réminiscence ancestrale, héréditaire.

Dans l’article paru en 2008, Vladimir Jankélévitch, réminiscence et mélancolie, par Maël Renouard. La réunion des deux termes mélancolie et réminiscence s’effectue ici, pour désigner un état affectif ; un sentiment paradoxal dans le sens où il semble à l’individu « singulièrement intense » et à la fois « singulièrement difficile à exprimer » ; un événement troublant, car il évoquerait des souvenirs pas tout à fait identifiables. Ceci expliquant l’ambiguïté de ce sentiment où « coexiste joie et tristesse ».

L’auteur s’interroge : « Or, d’où vient qu’une mémoire semble être à l’œuvre lorsque rien ne parvient à être saisi ? Quelle est cette réminiscence qui s’enclenche impersonnellement lorsque s’éprouve le sentiment d’approcher cet « essentiel », mais aussi, tout à la fois, de ne jamais pouvoir le saisir ? »

Ce sentiment est différent de la nostalgie, dans le sens où il n’est pas tristesse mais contemplation d’un souvenir potentiellement triste (chants d’exils, par exemple). De plus, selon la thèse proustienne, cette émotion serait l’essence même du souvenir. Lorsqu’un parfum ranime de manière presque hallucinatoire, et pourtant en lui conférant une forme de « vérité », tel ou tel âge de notre vie, c’est l’expérience du présent qui en est affectée : « une mélancolie pénétrante poétise alors notre présent. ».

Comme un revirement de situation, la mélancolie apporte « un-je-ne-sais-quoi » au moment présent alors qu’elle évoque la perte d’un « je-ne-sais-quoi du passé ».

Aussi l’auteur explique : « il semble ainsi que la douce mélancolie ait rapport, à travers la réminiscence, au fait du passé, à une « passéité », plus encore qu’à la nature particulière de tel ou tel souvenir ».

Comme si ce qui avait été sensitivement perçu, dans le passé, refaisait surface à travers une impression dépassant la simple expérience sensorielle, mais affectant tous nos sens. Cette simultanéité provoque un sentiment dont était dépourvu le passé, mais qui serait l’image de succession de moment. Cette intense atmosphère, fugitive et impalpable peut naître d’un événement banal comme l’odeur de la pluie. Ceci la rend d’autant plus envoûtante…