Un retour, une expérience… par Jennifer

Sur le plan personnel, quel a été l’apport de cette exposition « Le Retour de la Mémoire » ?

« J’ai appris à me faire confiance, à moi-même mais aussi à mon travail, parce qu’il est très difficile pour moi de me dire « tu vas y arriver », « le résultat sera génial »… Je n’y suis pas encore parvenue complètement, mais je suis sans doute sur la bonne voie. Et cette exposition y est pour beaucoup. Ces nombreuses rencontres avec les témoins que nous avons interrogé pour construire le contenu de notre exposition, m’ont fait me remettre en question sur mes souvenirs et sur ma manière de profiter des moments vécus pour en garder une trace. J’aimerais vraiment que toute ma vie reste éternellement dans ma tête mais on a bien compris que ce n’était pas possible ! »

Et sur le plan professionnel ?

« Professionnellement, je repars avec de nombreux acquis, tous relatifs à la mise en place complète d’une exposition. J’ai également renforcé mon attrait pour le travail en équipe que je trouve toujours si enrichissant. Sans lui, le résultat que nous avons pu vous proposer ne ressemblerai sans doute pas à ce qu’il est. »

Quels ont été les temps fort de la mise en place de l’exposition, selon toi ?

« LE temps fort pour moi est sans aucun doute le jour où Monsieur Paris nous a annoncé « vous quatre allez faire une exposition avec pour thème : le retour de la mémoire ». Je crois que je n’avais jamais autant rien compris à un sujet. Mais c’est pourtant à partir de ce moment là que tout a commencé ! Ensuite, je peux mettre en avant les rencontres avec toutes ces personnes qui nous ont aidé dans la construction de l’exposition : les représentants des deux terrains d’enquête, les témoins, les enseignants, etc… et j’en oublie sans doute. Puis, chaque moment où chacune de nous quatre avait une idée, qu’elle était discutée et qu’on aboutissait petit à petit au résultat inauguré le 4 février 2014. Chaque étape était un moment fort, finalement. »

Comment ont été réparties les tâches ?

« J’ai envie de dire qu’au final, les tâches n’ont pas vraiment été réparties. Certes, chacune avait ses affinités avec une tâche particulière ou des capacités plus prononcées, mais nous avions mis un réel point d’honneur à ce que tout le monde fasse un peu de tout afin que ce soit enrichissant pour tout le monde. Si chacune avait uniquement fait ce qu’elle savait faire, nous n’aurions rien appris de nouveau.  »

Quels sont tes regrets ?

« Je ne veux pas parler de regrets. En fait, quand nous avions débuté ce projet, aucune de nous ne savait ce que c’était de construire de A à Z une exposition. Malgré le peu de temps, les contraintes techniques et budgétaire, je trouve que nous avons fait quelque chose de vraiment bien. Bien sûr qu’avec du recul j’aurais souhaité que des choses soient différentes, mais rien dans la vie ne sera jamais parfait. »