La fin du projet 2012/2013 sur La Campa

Le projet 2012/2013 sur La Campa touche à sa fin. Notre sujet sur la nature vécue et ressentit dans le bidonville de La Campa, nous a permis d’en apprendre plus sur ces conditions de vie difficiles, faisant partie intégrante de vos vies. Nous vous remercions pour les témoignages et les différents apports que vous nous avez fournis permettant d’enrichir notre réflexion.

Même si cette mémoire perdure à travers nos mises en exposition qui vont circuler sur le territoire de la Seine-Saint-Denis, c’est grâce à vos récits que cette histoire de vie peut subsister et réveiller les consciences. Grâce à ces quatre promotions de l’Université Paris 13, les différents travaux menés ont permis de mettre en lumière une partie des récits des habitants du bidonville de La Campa et leur rendre hommage. Enfin, ces personnes vont pouvoir recevoir ce qu’ils ont partagés avec nous, avec une identification de leur histoire dans l’actuel parc Georges Valbon.

Je vous laisse suivre la suite les actions qui seront menées par les étudiants de notre future promotion qui débutera en octobre prochain. Nous vous remercions encore de votre participation, qu’elle soit directe ou indirecte, c’est grâce à vous que nous avons pu rendre une partie de l’histoire du bidonville de La Campa. En tout cas, nous quatre, nous pouvons dire que nous avons partagé une part d’histoire avec vous.

Bonne continuation à tous!

Kattia, Mathilde, Laura et Katy

Ps :  Notre exposition a été un tel succès qu’il nous manque huit photos, nous lançons donc un avis de recherche! 487306_10200488257032139_1437180343_n

 

 

Photo-montage : La Campa 1963-2013

Voici le résultat de notre sortie au Parc Georges Valbon du vendredi 14 décembre 2012.
Nous avons réalisé des photo-montages en replaçant des photos du bidonville de La Campa des années 1960 dans le paysage actuel du parc.

 Copyright : Franc Cheetham et Laura Oudin.

Rencontre de natures

Retour au Parc Georges Valbon pour des prises de vue et de son à intégrer dans notre exposition. L’idée d’un « avant/après » nous suit depuis le début de l’aventure et nous avons enfin le temps (disponibilité et météo) pour le faire !

Nous nous sommes armées de nos différents appareils et nous voici à nouveau à La Campa, ou presque !

Prises de vue à au parc G. Valbon :

copyright : Mathilde Fayoux

Notre première rencontre avec Abdel Saadouni 16/10/2012

Les étudiantes de la promotion 2012/2013 ont eu la chance de rencontrer le 16 octobre 2012, Mr Abdel Saadouni, un des témoins privilégiés de la Campa.

Pour cette année, notre sujet est la nature vécue et ressentie à la Campa, c’est donc tout naturellement que nous avons demandé à Mr Saadouni ce que lui évoquait la nature :

Paris 13 : La nature ça vous inspire quoi ?

Abdel Saadouni : Déjà y’avait les champs, les terrains vagues, aujourd’hui c’est pas pareil c’est plus structuré. Mais nous on pouvait gambader, faire des arcs, découper toit des voitures pour faire petites barques sur une petite rivière. Et des fois elle débordait et faisait des petits lacs. Y’avait des endroits on faisait des cordes à tarzan dans les arbres, on avait une sensation de liberté qu’on a pas là. C’est vrai que y’a de la joie dans les souvenir, il n’y a pas de souffrance. C’est vrai que mon père travaillait donc on n’avait jamais vraiment faim, on savait que c’était juste mais on se débrouillait.

Paris 13 : Des animaux ?

Abdel Saadouni : Y’a des gens qu’avaient des poules. Y’avait des oiseaux. Y’avait de la boue, les gens avaient leurs bottes pour rentrer dans le bidonville et en sortant (près du bus 150) ils les enlevaient. J’ai un souvenir de la rivière et une retenue d’eau qui débordait parfois. La boue dans les allées, j’ai souvenir d’incendies à cause des bouteilles de gaz. Bah oui aussi des fois y’avait des règlements de comptes. Mais ce n’était pas que des règlements de comptes en différentes ethnies, des fois c’était aussi des bagarres au sein même d’ethnie. Et quand y‘avait c’était assez violent, c’était pas des petites choses.

[…]

Paris 13: Y’avait pas d’arbre ?

Abdel Saadouni : Je sais, je n’ai pas trop de souvenir de forêt en tout cas. Je sais qu’il y avait un grand arbre sur lequel on installait la corde à tarzan mais c’est tout.

[…]

Paris 13: Vous diriez que vous avez grandi dans la nature ?

Abdel Saadouni : Oui en partie oui. On sentait cette liberté oui, cette liberté au niveau des espaces et faire ce que l’on a envie vraiment. Parce que maintenant y’a beaucoup de restrictions sur tout, des règles, il faut que tout soit rentré, etcetera. Y’a plus cette partie pour qu’on puisse gambader, des petites choses sans qu’on vienne vous casser les pieds quoi. Aujourd’hui y’a beaucoup de choses qui sont interdites.

Paris 13: Pour vous la nature était un synonyme de liberté ?

Abdel Saadouni : Oui.

[…]