Le journal du canton d’Aubervilliers, soutenons le Parti!

Le journal du Canton d’Aubervilliers s’inscrit incontestablement dans une logique de soutien à l’idéologie du parti communiste et aux municipalités communistes en particulier. Il appuie la logique d’opposition au gouvernement qu’est celle des communistes à cette époque. Le bidonville de la Campa est ici avant tout prétexte à des attaques virulentes contre la politique gaulliste. Ceci se matérialise dans le fait de replacer les difficultés socio-économiques des habitants de la Campa dans le contexte plus large de la précarité que subit la classe ouvrière française. Ces articles insistent sur les chiffres, les différentes actions et projets mis en place par les municipalités communistes pour répondre au problème du mal logement.

Article du 5 novembre 1965

Cet article est une réaction aux articles de France-Soir des 23 et 24 octobre 1965 à propos du bidonville de La Campa. Le journal du canton d’Aubervilliers a visiblement perçu ces derniers comme une attaque envers la municipalité communiste de La Courneuve. L’objet principal de cet article est avant tout de valoriser les actions menées par la municipalité de La Courneuve en faveur du bidonville et de pointer du doigt l’immobilisme du gouvernement en ce domaine.

Article du 28 janvier 1966

Cet article évoque du projet de destruction du bidonville de La Campa. Pour résumer, l’article dédouane les municipalités communistes de toutes responsabilités dans le phénomène des bidonvilles, il insiste sur les mesures mises en œuvres par les municipalités communistes contre ce fléau et il accuse le gouvernement, le département et le préfet d’en porter la responsabilité.

Article du 13 décembre 1967

Cet article évoque de manière générale le phénomène des bidonvilles, par l’utilisation de photos représentant toujours des vues d’ensemble, des paysages et non des détails ou les habitants eux-mêmes de ce bidonville spécifique. Le bidonville de La Campa n’y est pas nommément cité. Ici encore, la finalité semble être de déresponsabiliser les municipalités communistes de ce phénomène et d’en rejeter l’entière responsabilité le gouvernement.

Au regard des trois articles du journal du canton d’Aubervilliers, il apparaît clairement que La Campa est ici avant tout prétexte à la diffusion de l’idéologie du parti communiste. La finalité de ces articles n’est en aucun cas d’alerter l’opinion publique sur le phénomène des bidonvilles mais plutôt de porter des attaques virulentes contre la politique du régime gaulliste ; ou encore de légitimer l’action des municipalités communistes en mettant en lumière les politiques mise en œuvre en faveur des bidonvilles par ces dernières. En ce sens, ces articles ont une teneur politique évidente inscrite dans la ligne du parti communiste.

Enfin, il est intéressant de constater que les descriptions de La Campa de ces articles sont ou sommaires, ou bien inexistantes. Parmi la sélection d’article que nous avons étudier, ici ou , ceux du Journal du canton d’Aubervilliers sont ceux qui permettent le moins aux lecteurs de se représenter les conditions de vie à La Campa. Ceci peut paraître paradoxal dans la mesure où il s’agit d’un journal local qui est géographiquement le plus proche du bidonville.

Corpus de documents de l’analyse

  • Article « La vérité sur le bidonville de La Courneuve », Le Journal du canton d’Aubervilliers n°1053 du 5 novembre 1965
  • Article « La Campa, 400 familles qui vivent dans un marécage », Le Journal du canton d’Aubervilliers n°1065 du 28 janvier 1966
  • Article «  Travailleurs immigrés, pour un statut démocratique et social », Le Journal du canton d’Aubervilliers n°1163 du 15 décembre 1967

Pour aller plus loin:

Solidarité courneuvienne en 2008: ATD toujours présente

misere_campagne

Le 17 octobre 2008 s’est tenue la Journée mondiale du refus de la misère. Cet évènement international est organisé par ATD Quart Monde. Il a pour principal objectif de sensibiliser l’opinion publique au respect des droits de l’Homme, en luttant notamment contre l’injustice, la grande pauvreté et l’exclusion.

On compte parmis ces partenaires des grands noms de la solidarité, comme Amnesty International, le Secours Catholique, les collectifs Action mondiale contre la pauvreté et Forum des enfants, et de nombreuses associations de la région parisienne, ainsi que La Poste, Radio France International et la Mairie de Paris.

A l’échelle locale, ATD Quart Monde a souhaité faire participer la ville de la Courneuve. Celle-ci a mis en place de nombreuses initiatives (ateliers, conférences, rencontres pour l’emploi, autres) pour soutenir cette cause.

Journée mondiale du refus de la misère à la Courneuve
Journée mondiale du refus de la misère à la Courneuve

Cela souligne une fois encore la vivacité et l’implication de cette association, qui à la base oeuvrait à petite échelle pour les habitants des bidonvilles.

Pour découvrir davantage les actions de cette association à l’époque voir le billet  « Solidarité et ingéniosité à la Campa« .

Le milieu des années 60: de nouveaux services publics pour les habitants

Dans le milieu des années 60, la ténacité et la volonté de l’association ATD ont été payantes, de plus en plus organisée, elle a recrée du lien entre les habitants du bidonville et ceux des alentours.

La municipalité s’est progressivement réengagée, en proposant une scolarisation pour les enfants et un service de transport gratuit ; ceci a participé au processus d’alphabétisation.

De plus, des colonies de vacances réunissaient enfants du bidonville et enfants de la ville. La commune prenait également en charge le ramassage des ordures.

Les boites aux lettres étaient quant à elles un lien administratif indispensable avec l’extérieur…

Le Franc-Moisin, Saint-Denis, 1970, Carlos Santos / Rapho.
Le Franc-Moisin, Saint-Denis, 1970, Carlos Santos / Rapho.

L’article « Association, Assistantes sociales, Médecin: des acteurs au service de la Campa » propose de découvrir des personnes ayant oeuvré au sein du bidonville.