Le Gone du Chaâba d’Azouz Begag

L’auteur, Azouz Begag, pose à travers les yeux d’un petit garçon, de façon humoristique mais innocente, la vie quotidienne de quelques familles dans un bidonville de Lyon. La pauvreté, la vie dans des conditions pénibles, les chicanes, le désœuvrement, les petits emplois de misère tissent la trame de ce roman.

Ce livre publié en 1986 (Editions du  Seuils), raconte l’enfance de Azouz, un enfant d’immigrés Algériens, originaire d’un milieu très défavorisé au Chaâba, dans une misérable habitation, sans eau ni électricité, à côté d’autres familles arabes. Le Chaâba ? Un ancien bidonville au bord du Rhône, près de Lyon, il n’y a pas si longtemps… Un amas de baraques en bois, trop vite bâties par ces immigrants qui ont fui la misère algérienne. Encore un bidonville où les éclats de rire des enfants résonnent dès le lever du soleil. Les  » gones  » se lavent à l’eau de puit et font leurs devoirs à même la terre. Chaque matin, ils enfilent leurs souliers pour se rendre à l’école avec les autres… Là, derrière les mots inscrits sur le cahier d’écriture, de nouveaux horizons apparaissent. Un monde de connaissances, de rêves et d’espoirs à découvrir.

Né en 1957, Azouz Begag est chercheur en sociologie au CNRS et a été ministre délégué à la Promotion de l’Égalité des chances de juin 2005 à avril 2007. Le Gone du Chaâba, son premier roman, a connu un succès considérable. Il a été adapté au cinéma en  1997.

 

Le pire des mondes possibles

« Pour mortels et dangereux qu’ils soient, les bidonvilles ont devant eux un avenir resplendissant ». C’est en effet la conclusion qui semble ressortir de la lecture de cet ouvrage traitant de l’évolution démographique passée et surtout à venir, et de l’urbanisation qui en découle. La population urbaine dépassant la population rurale, le nombre de grande ville de plus de 20 millions d’habitants augmentera au point de créer un nouvel ordre mondial entre ces mégapoles et les villes de plus petites dimensions. L’auteur prévoit en effet le développement de zones urbaines formant d’énormes couloirs urbains, se développant de façon planifié ou non, tels que Pékin-Tianjin ou le long du golfe de Guinée. Tout ceci amènera des mégabidonvilles, où dominera le travail informel, « musée vivant de l’exploitation humaine ». Les villes du XXIe siècle ressembleront donc étrangement à celles décrites par Dickens, Zola ou Gorki, très éloignées des villes radieuses imaginés par certains urbanistes.
Le pire des mondes possibles : de l’explosion urbaine au bidonville global est un livre de 2006 écrit par Mike Davis, ethnologue, sociologue et historien américain. Il a écrit d’autres ouvrages concernant des sujets tels que les problèmes fonciers de Los Angeles ou la militarisation de la vie sociale à travers les mesures sécuritaires.

Sources :

amazon.fr

wikipedia