Pays âges

 

Nous avons entrepris de réaliser un SAS sonore pour illustrer à la fois les propos abordés dans la partie scientifique sur la mémoire sensorielle et les souvenirs sonores racontés par nos enquêtés. Nous voulions ainsi créer une pièce immersive qui sert de transition entre théorie et pratique, tout en plongeant le spectateur dans ses propres souvenirs. Nous vous en présentons ici un extrait. Encore merci à Thibaud Marty pour son travail.

0.1-stiker_A53

« L’audible déchoit au rang d’indice,
tandis que le visible s’élève au rang d’objet,
si ce n’est de réalité. »
Claude Bailblé

Le son peut être une voie de communication avec un patrimoine mémoriel inaccessible autrement car la sensorialité sonore est ancrée dans l’être humain. Elle stimule aussi bien notre conscience que notre subconscient. Il s’agit d’une empreinte psychologique unique qui va provoquer un travail spontané d’identification.
Les sensations auditives et visuelles sont perçues par deux voies sensorielles différentes et interprétées en un tout. Le rapport de cette synthèse avec l’intériorité du spectateur est la traduction du message, en fonction de ses expériences passées. Notre patrimoine sensoriel va contribuer à former notre interprétation unique…

« Nous, êtres sonores à notre niveau le plus profond et inconscient, sommes enveloppés de sensations sonores et aquatiques bien avant d’être en contact avec l’air et la lumière. Le sensorium de l’utérus est notre naissance sonore. La salle de cinéma, plantureuse, nous renvoie directement vers une zone psycho-physique d’impressions utérines, faite de tremblements sourds, timbres en mouvement, bruit rose,
réflexions spatiales et rythmes en expansion. »
Philip Brophy, 100 modern soundtracks