Exposition « Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974) »

L’exposition « Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974) » aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis retraçait en 2007 vingt ans d’histoire sur les personnes mal logées en Seine-Saint-Denis. Le lien vers cet article du magazine Télérama Sortir vous permettra d’en savoir un peu plus sur le rôle joué par le père Joseph Wresinski, le nombre de bidonvilles et d’habitants à cette époque ainsi que les événements qui ont alerté les pouvoirs publics de la situation.

Extraits de l’entretien avec Mr Abdel Saadouni

Voici quelques extraits de notre entretien avec Mr Abdel Saadouni. Pour plus d’informations vous pouvez également consulter l’article : Notre rencontre avec Mr Abdel Saadouni ou ce lien concernant la rencontre avec les promotions précédentes. Finalement, pour visualiser l’encart de l’exposition sur Abdel Saadouni : 0.1.4 … Mais un souvenir d’enfance heureuse  à La Campa 

« Rien n’appartenait à personne et tout appartenait à tout le monde quelque part. »

« Pratiquement tout le monde qui vivait dans le bidonville travaillait parce qu’avant il y avait du boulot. »

« Beaucoup de gens qui venaient des bidonvilles ont été placé dans des citées transit. Il fallait leur apprendre à vivre dans des HLM. C’était une transition. On nous a dit que ça allait durer pendant 5/6 ans mais pour la plupart ça a duré plus longtemps. C’était déjà la crise du logement. »

« On allait à l’école. Il y avait un car qui venait nous chercher et nous ramener. C’est la mairie qui affrétait le car. On était réparti dans plusieurs écoles de la Courneuve. Au début on était séparé par tranches d’âges mais ça ne durait pas. Moi j’avais 6 ans et j’étais en classe avec des enfants qui avaient 13/14 ans. »

« Les gens aimaient bien faire la fête le dimanche, ils jouaient de la musique, nous on dansait et on chantait,  c’était très convivial. »

« Il y avait une solidarité et une entraide entre les gens. Au sein d’une communauté mais aussi entre communautés. »

« Pour les loisirs il y avait les terrains de foot à côté. Le parc des sports existait déjà. On allait piquer les poteaux et les filets pour ce faire des petits terrains ici. »

« En dessous il y avait une rivière. Des fois on allait dans la rivière pour s’amuser. On coupait les toits des bagnoles pour faire des barques. La rivière était grande, on se baignait dedans. Le relief n’est plus du tout le même aujourd’hui, avant c’était plat. »

« Le jour même où on est parti, il y avait les bulldozers qui venaient. On avait pas le choix.  On ne voulait pas partir. La plupart des gens ne voulait pas partir. »

« Je ne me souviens pas des tensions, moi j’ai un souvenir d’enfant. »

« Il n’y avait pas d’éclairage, il y avait 2 ou 3 fontaines. Il y avait un point de croix rouge qui était là en permanence.  Pour les WC on creusait nous même des fausses. »

« À part le boue, c’était propre. Même la manière d’être habillé. Chaque communauté gérait. Au bled on avait pas d’eau ni d’électricité, donc on avait déjà une formation. C’est pareil pour les ordures. »

« Les filles allaient à l’école mais elles aidaient aussi la maman dans la maison. Elles étaient plus responsables que les garçons. Elles s’occupaient des petits frères, de la maison. »

« Ce n’était pas la misère mais ce n’était pas l’Amérique non plus. »

« Dans la misère on se crée toujours une complicité. »

« On ne voulait pas partir, on avait nos habitudes et il y avait une sacrée ambiance. »

« Il y avait une solidarité même si les gens restaient beaucoup au sein de chaque communauté. »

« Il y avait du boulot partout. La France était demandeuse. Les français acceptaient plus les travailleurs étrangers. Chaque personne de la famille en faisait venir une autre. »

« Les gens avaient envie de découvrir la culture des autres. Il n’y avait pas cette tension actuelle parce qu’il y avait du travail pour tout le monde. »

« À la cité transit, c’était fini la belle époque, il fallait se prendre en main. J’étais en difficulté et j’avais envie de m’en sortir. »

« Pour se laver il fallait faire chauffer l’eau mais on avait la technique. Il y avait des douches municipales mais c’était payant. »

« Le parc est merveilleux, c’est la nature. J’ai toujours gardé ce lien avec la nature peut être parce qu’on était à côté des maraichers. J’aimais bien monter dans les arbres et gambader. »

« Même 40 ans après, on voit que ça revient. »

Michelle Briançon

Pour notre exposition « Territoire d’enfance », nous avons aussi choisi des photographies de Michelle Briançon, à l’époque « voisine » du bidonville de La Campa.

Nous voudrions partager quelques lignes sur l’histoire de cette « photographe » amateur.

 

Michelle Briançon a 16 ans, lorsqu’elle est rapatriée d’Algérie avec sa famille en 1962.

Après un mois dans un camp de transit, elle monte sur Paris avec sa grand-mère et sa mère qui travaille au Ministère des Finances. Elles logent alors quelques mois dans un hôtel, puis dans une chambre de bonne de 9m2. Finalement, sa mère obtient un appartement, certainement par le biais du service social du Ministère des Finances, au 4000 de la Courneuve, en octobre 1963. Pour elles, ce fut un réel soulagement : l’occupation d’un vrai appartement, vivable et signe de la fin des conditions de vie précaires.

C’est en se baladant aux alentours des 4000 que Michelle Briançon découvre le bidonville de La Campa. Grâce à son appareil photo, elle se met à prendre tout en photo et parle aux habitants de La Campa.

Quarante plus tard, elle entend parler d’une exposition sur les bidonvilles en Seine-Saint-Denis. Interpellée, elle se met à chercher les photographies qu’elle avait prises à l’époque.

Elle décide donc de visiter l’exposition « Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974) » et de contacter la mairie de la Courneuve pour partager ses photographies.

A propos de ces photographies :

Ce qui me revenait : le contraste entre une cité moderne propre… et la vie dans le […] qui était assez chaotique et sale.

Comment est-ce qu’on peut vivre dans des conditions aussi…

Ce que j’ai essayé d’exprimer, c’est comment est-ce qu’on peut vivre dans la boue, dans les ordures ?

Pourquoi les enfants ? Parce qu’après j’ai choisi la profession de m’occuper d’enfants, je pense qu’à l’époque c’est ce qui m’a touché.

 

 

Paroles recueillies par M. Jean Michel Roy, Responsable de l’unité Patrimoine et Arts Visuels à la ville de la Courneuve.

 

    

Fonds Mairie de la Courneuve, Michelle Briançon, La Campa 1964.

 

 

La scénographie de l’exposition

Nous avons pensé la scénographie de l’exposition de manière à faire passer un message à travers la division des espaces, le choix du décor ainsi que par la sélection des photographies et autres médias utilisés.

Nous voulions que le visiteur prenne conscience du changement physique  (aménagement de l’espace,  relief) entre la période où se dressait le bidonville et celle d’aujourd’hui où se trouve  le parc de la Courneuve. Il nous paraissait ensuite essentiel de montrer les conditions de vie précaires au sein de la Campa afin de ne pas idéaliser un territoire qui reste marqué par la misère, pour en venir au coeur du thème de l’exposition: le regard de l’enfant qui transfigure la réalité quotidienne. Nous voulions finalement montrer les enjeux politiques et sociaux du bidonville de La Campa et offrir un très rapide aperçu sur l’évolution actuelle des bidonvilles dans le monde.

Notre intention était d’inviter le visiteur à effectuer un va et vient entre passé et présent en lui proposant un voyage temporel. 
Le visiteur est à la fois archéologue et ethnologue. A travers la scénographie, il est convié à une déambulation dans des espace superposés où le temps est momentanément suspendu. On entre dans un carré de verdure, en décalage avec un espace délimité,  où apparaissent les ombres du passé figurées par les photographies en noir et blanc. Les pas du visiteur crissent et s’enfoncent dans le gazon du parc, symbole du territoire actuel, tout en étant confronté à des bottes d’enfants posées dans la boue, qui rappellent les conditions réelles de vie à l’époque du bidonville.
 La transition entre les deux espaces est conçue comme un passage entre deux réalités temporelles, symbolisé à la fois par les pas qui prolongent, en l’espace présent, le passé, et d’autre part, par la signalisation des rubans de chantiers archéologiques, placés à l’entrée de l’espace de transition, qui ouvrent un nouvel espace, celui du bidonville, qui, souvent occulté, est ici donné à voir. 
Les pas étaient également un moyen d’attirer les visiteurs vers l’espace d’exposition en attisant leur curiosité.

 

    

C’est sur la base d’un va et vient constant entre témoignages oraux et écrits, et archives photographiques que notre travail s’est construit et donc dans  la confrontation entre différents supports de mémoire. Dans cette optique nous avons utilisé un large panel de médias pour appuyer notre propos. Les photographies sont accompagnées par des panneaux explicatifs dans chaque espace d’exposition ainsi que de citations fortes de sens de Mr Abdel Saadouni et de Mme Bernadette Cornuau. Le film, réalisé par le pôle image de la Courneuve et des lycéens, présente une interview de Mr Abdel Saadouni sur le lieu même de l’ancien bidonville et propose un entretien avec le photographe Mr Claude Dityvon. Les coupures de journaux sont un autre moyen d’évoquer notre sujet et d’effectuer une ouverture sur l’évolution actuelle des bidonvilles dans le monde.

 

Pour mener à bien cette exposition, nous avons dû adapter notre projet à l’espace d’exposition: le café expo du service culturel de l’Université Paris 13. Nous vous invitons à en savoir plus sur le parcours de l’exposition en consultant les liens sur l’attribution thématique des espaces qui ont donné lieu à de nombreuses réflexions.

Espace  Territoire d’enfance. Bidonville de La Campa. La Courneuve, 1957 – 1971 

Espace Des conditions de vie précaires…

Espace …mais un souvenir d’enfance heureuse à La Campa

Espace La création, un moyen de s’épanouir

Espace Actualité et remerciements

 

Notre rencontre avec Mr Abdel Saadouni

Nous avons rencontré Mr Abdel Saadouni, qui comme les promotions précédentes, s’est prêté au jeu d’ un entretien itinérant dans le parc de La Courneuve.

Durant ces 2h d’entretien, cet ancien enfant de La Campa nous a livré ses souvenirs de vie dans le bidonville et c’est d’ailleurs à la suite de cette rencontre que nous est venue l’idée de traiter plus particulièrement le thème du regard de l’enfant.

Abdel Saadouni et la promo 2011-2012 lors du vernissage de l’exposition

Pour des informations sur les rencontres des différentes promotions avec Abdel Saadouni voici le lien.

Pour visualiser l’encart de l’exposition sur Abdel Saadouni : 0.1.4 … Mais un souvenir d’enfance heureuse  à La Campa 

 

 

Discours d’introduction d’Emmanuel PARIS lors du vernissage de l’Exposition « Territoire d’enfance »

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs,

L’exposition photographique qui va avoir lieu à partir de ce jour, jusqu’au 4 février au « Café Expo » de l’Université, a été conçue et réalisée par les étudiantes du parcours « Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs » du Master 2 pro « Dynamiques Culturelles ».

Cette exposition est articulée avec le développement d’un blog, accueilli sur la plateforme de carnets de recherches en sciences humaines et sociales avec sélection par un comité scientifique : hypotheses.org.

Cette exposition et ce blog sont deux outils de médiation pensés pour faire entrer dans le patrimoine local l’histoire et la mémoire d’un bidonville qui, des années 1950 aux années 1970, a hébergé plusieurs milliers d’habitants issus d’Europe, du Maghreb et d’Afrique subsaharienne.

Ce bidonville, appelé « La Campa », était aux pieds de la Cité des 4000 et de l’autoroute A1, alors en constructions à La Courneuve.

Au début des années 1970, le bidonville est rasé, les bulldozers modifient profondément le paysage pour faire naître l’espace vert du Parc départemental de La Courneuve. Les habitants du bidonville sont relogés dans des cités de transit, ou intègrent les nouveaux logements collectifs qui sortent massivement de terre en Seine Saint-Denis et plus généralement en périphérie de Paris.

Il ne reste donc plus aucun vestige ni de trace de ce site de La Campa, et les archives ont longtemps été désorganisées ou rendues invisibles à la collectivité.

L’objectif a été par conséquent, pour développer l’exposition et le blog, de cartographier les acteurs permettant de patrimonialiser l’histoire et la mémoire du bidonville : témoins ayant habité la Campa, photographes et reporters ayant travaillé dans le bidonville dans le cadre d’une médiatisation naissante du phénomène en France à partir des années 1960, associations caritatives ayant agi dans les bidonvilles aux côtés de ses habitants pour créer les conditions pratiques d’une qualité de vie meilleure.

L’origine de ce projet développé par les étudiantes remonte à l’année universitaire 2008-2009, durant laquelle la formation a organisé avec Christian Gaborieau, archéologue du service culturel de la mairie de La Courneuve, des randonnées archéologiques dans le territoire de cette commune. Je tiens à remercier vivement M. Gaborieau pour cette initiative décisive, tant le regard porté par M. Gaborieau sur le patrimoine archéologique de La Courneuve et dont il nous a fait part lors de ces pérégrinations, ne différenciait pas l’importance du vestige restant du VIIe siècle (la nécropole sous l’Eglise Saint-Lucien) ou du XIIe siècle (l’abreuvoir au lieu dit « La « Prévôté », sous les vestiaires d’un stade de football), de l’existence du bidonville La Campa dont il ne reste pourtant plus aucune traces physiques  (cf. le post, sur le blog, traçant cette généalogie : http://lacampa.hypotheses.org/463. et sur la page Internet de la mairie de La Courneuve présentant une carte « archéologique » du territoire de la commune : http://www.ville-la-courneuve.fr/5_regards/journal.php?id=919# ).

Mes remerciements vont aussi à Benoît Pouvreau et Olivier Meyer, du Service du patrimoine culturel de Seine Saint-Denis, qui nous ont, par la suite, aidé à mesurer les tenants et les aboutissants de l’exposition itinérante développée alors par le département de Seine Saint-Denis :  « Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974) » :  http://lacampa.hypotheses.org/292 .

Depuis, trois promotions du parcours « Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs » se sont relayées pour proposer chaque année de nouvelles médiations culturelles et socioculturelles à propos du bidonville « La Campa ».

Ce travail au long cours s’inscrit dans ce qui appelé le « programme pédagogique annuel » de la formation de parcours « Conception d’Evènements et Circulation des Savoirs ».

Il s’agit pour l’équipe pédagogique de s’approprier ce fil d’Ariane : la patrimonialisation du bidonville, avec pour chaque membre de l’équipe la possibilité d’étudier un aspect en rapport avec son expertise. Estrella Rojas encadre les étudiants sur le volet numérique de la valorisation de cette histoire et de cette mémoire singulières (via le blog), Pierre Barboza coordonne les travaux de la promotion pour concevoir et réaliser une exposition photographique, Claire Oger analyse les processus de mise en culture du patrimoine dans le territoire de la Seine Saint-Denis, Emmanuel Paris questionne les ressorts du développement durable et du développement culturel d’un territoire en prenant appui sur cette étude de cas.

L’exposition et le blog sont alimentés par des archives issus des archives départementales de la Seine Sainte-Denis mais aussi et principalement du fonds constitué par une des structures partenaires de la formation : Le « Centre International Joseph Wresinski » de l’association ATD Quart-Monde. L’exposition est financée par une autre structure partenaire du parcours de notre Master : la Fondation Musée Schlumberger.

Je tiens à remercier vivement ces partenaires, ainsi que les membres de la communauté universitaire de Paris 13 ayant rendu possible cette création ; notre UFR des sciences de la communication, le service de reprographie centrale de l’université, le service culturel.

Cette exposition sur l’histoire et la mémoire d’un bidonville, à quelques kilomètres de nous, dont l’existence s’est achevée voici 40 ans, est appelée à itinérer dans les années à venir dans des espaces géographiques (les zones portuaires, les périphéries des métropoles) dont l’économiste Arnaud Le Marchand vient de montrer qu’ils sont à la fois au cœur de l’industrialisation et de la mondialisation depuis le début du XIXe siècle, et le réceptacle de bien des stigmatisations.

Pour conclure, je tenais à remercier les étudiantes pour le travail accompli, et je leur donne rendez-vous une fois l’obtention de ce diplôme obtenu, pour accompagner le cheminement de cette exposition vers d’autres lieux.

Je vous remercie et vous souhaite une bonne visite.

 

 

M. Emmanuel Paris

Claude Dityvon

Claude Dityvon, [né le 12 mars 1937 à La Rochelle – décédé le 3 juin 2008 à Paris] était un photographe français, dont les images en noir et blanc, subtilement composées, apportèrent un regard neuf pour la photographie de reportage au cours des années 1970.

Ses premières photographies sur les bidonvilles de La Courneuve datent de 1967.

En 1968, il photographie les évènements de mai 1968. Son travail est récompensé par l’attribution, en 1970, du Prix Niépce.

Dityvon est avant tout un photographe qui voulait laisser un témoignage social sur la société. A partir d’un de ces sujets de prédilection qui était le monde ouvrier, il n’a jamais laissé apparaître un regard blasé sur les êtres humains.

Ses images sont fortes: des images d’hommes empreintes d’une grande douceur poétique. Claude Dityvon ne se considérait pas comme un simple « documenteur » de la réalité. Son regard est engagé et sa technique différente de la stricte photographe de presse.

 

Pour plus d’informations nous vous invitons à visiter ces site web :

www.claude-dityvon.fr

www.chambrenoire.com/claude-dityvon

Dans le corps, il y a tout le langage des significations de ce qu’est l’homme.Sa gaucherie, sa légèreté, sa lourdeur, son volontarisme. On apprend beaucoup de l’homme quand on sait regarder son corps.

Claude Dityvon

L’exposition : « Bidonville, photographies de CLaude Dityvon »

Une exposition de photographies est présentée à la B.U de Saint-Serge à Angers, du 19 janvier au 3 mars 2012.

Miroslav Marik

Le photographe Miroslav Marik a été pendant plusieurs années le photographe du Mouvement ATD Quart Monde, en particulier très présent sur les bidonvilles de Seine Saint Denis. L’objectif était d’illustrer le combat du Mouvement et par la photographie constituer une trace indispensable.

La lecture et la confrontation des images permettent de mieux comprendre les réalités et les enjeux de cette histoire, qui trouve un écho dans le mal logement qui perdure aujourd’hui en France.

Nous n’avons malheureusement que très peu d’informations sur ce photographe.

Photo du fonds ATD Quart Monde, Miroslav Marik entouré d’enfants.

Un Noël à La Campa

Une partie de cet espace est consacrée à une thématique bien particulière : Noël à la Campa. Il nous a semblé important de revenir sur un tel événement et de le mettre en avant à travers des pièces d’archives pour mieux le recontextualiser.

Sur ce mur, on trouve d’abord une lettre, que les « enfants de La Campa » ont adressé au Maire de La Courneuve. Ces enfants le remercient d’avoir placé des sapins décorés au milieu des baraques de leur bidonville, à l’occasion des vacances de Noël 1965 et 1966. Ils terminent la lettre en lui souhaitant une bonne année et signent par leurs propres noms.

Nous avons réussi à retrouver la trace de cette lettre grâce au film documentaire « Un logement pour tous » du Pôle Image de La Courneuve, que nous avons présenté dans l’exposition « Territoire d’enfance ».

Cette lettre, lourde de sens et chargée de souvenirs, se trouve actuellement au service des archives municipales de la mairie de La Courneuve, bien sauvegardée dans son enveloppe d’origine. Grâce à l’aide précieuse de la responsable du service documentation, Fabienne Bouveau, nous avons réussi à l’intégrer à notre exposition.

Pour illustrer ce document, nous avons choisi une photographie représentant la même thématique : Noël. Les couleurs de cette photographie, mettent en relief une émotion forte, elle incarne à elle seule la thématique de cet espace.

 

 

Le Gone du Chaâba d’Azouz Begag

L’auteur, Azouz Begag, pose à travers les yeux d’un petit garçon, de façon humoristique mais innocente, la vie quotidienne de quelques familles dans un bidonville de Lyon. La pauvreté, la vie dans des conditions pénibles, les chicanes, le désœuvrement, les petits emplois de misère tissent la trame de ce roman.

Ce livre publié en 1986 (Editions du  Seuils), raconte l’enfance de Azouz, un enfant d’immigrés Algériens, originaire d’un milieu très défavorisé au Chaâba, dans une misérable habitation, sans eau ni électricité, à côté d’autres familles arabes. Le Chaâba ? Un ancien bidonville au bord du Rhône, près de Lyon, il n’y a pas si longtemps… Un amas de baraques en bois, trop vite bâties par ces immigrants qui ont fui la misère algérienne. Encore un bidonville où les éclats de rire des enfants résonnent dès le lever du soleil. Les  » gones  » se lavent à l’eau de puit et font leurs devoirs à même la terre. Chaque matin, ils enfilent leurs souliers pour se rendre à l’école avec les autres… Là, derrière les mots inscrits sur le cahier d’écriture, de nouveaux horizons apparaissent. Un monde de connaissances, de rêves et d’espoirs à découvrir.

Né en 1957, Azouz Begag est chercheur en sociologie au CNRS et a été ministre délégué à la Promotion de l’Égalité des chances de juin 2005 à avril 2007. Le Gone du Chaâba, son premier roman, a connu un succès considérable. Il a été adapté au cinéma en  1997.