Que recouvre le terme « Bidonville » ?

  » En France métropolitaine le mot de bidonville ne s’impose pas de suite. Jusqu’au milieu des années 50 il coexiste avec plusieurs termes issus soit du langage populaire (taudis, garnis…) soit du vocabulaire administratif (habitats insalubres ou défectueux). « [1]

 Le phénomène des bidonvilles résulte à la fois d’une succession de vagues d’immigration (algériens, portugais, espagnols, italiens…) mais aussi de la volonté de la Ville de Paris de repousser en périphérie tous les individus leur posant problèmes (mal-logés, handicapés, sans-papiers…).

Des dizaines de milliers de personnes se retrouvant sans abri, elles ont été obligées de construire des baraquements précaires sur les terrains vagues disponibles en banlieue. Ces habitants se sont alors débrouillés avec ce qu’ils pouvaient trouver sur place: cartons, tôles, bois, etc… Comme le montre l’exemple du bidonville de la Campa.

 campa

 

 

 

 

 

 

La Courneuve, 1966, Alexandre Lewkowizc.

Les campements réalisés ont par la suite été qualifié de « bidonville » en écho au phénomène déjà observé dans les grandes villes d’Afrique du nord. Le terme est en effet né dans les années 1939-1940 à Casablanca pour qualifier les quartiers constituées d’habitats précaires. Ceux-ci sont une résultante du phénomène d’exode rural massif qui touche la plupart des grandes villes sous tutelle coloniale. Ce terme ne s’imposera comme terme privilégié dans le vocabulaire administratif français, pour qualifié ce type d’habitat, qu’au milieu des années 50, lorsque les fonctionnaires travaillant en Algérie ont été rapatriés en France, ramenant le terme sur le territoire métropolitain. Il aura fallu attendre la fin des années 70 pour voir disparaitre les derniers bidonvilles en Seine-Saint-Denis avec la résorption du Franc-Moisin.


[1] Benoit Pouvreau, historien du logement social, note sur l’histoire des bidonvilles en Seine-Saint-Denis, octobre 200

 

 

[2] Cité nationale de l’histoire de l’immigration

Solidarité courneuvienne en 2008: ATD toujours présente

misere_campagne

Le 17 octobre 2008 s’est tenue la Journée mondiale du refus de la misère. Cet évènement international est organisé par ATD Quart Monde. Il a pour principal objectif de sensibiliser l’opinion publique au respect des droits de l’Homme, en luttant notamment contre l’injustice, la grande pauvreté et l’exclusion.

On compte parmis ces partenaires des grands noms de la solidarité, comme Amnesty International, le Secours Catholique, les collectifs Action mondiale contre la pauvreté et Forum des enfants, et de nombreuses associations de la région parisienne, ainsi que La Poste, Radio France International et la Mairie de Paris.

A l’échelle locale, ATD Quart Monde a souhaité faire participer la ville de la Courneuve. Celle-ci a mis en place de nombreuses initiatives (ateliers, conférences, rencontres pour l’emploi, autres) pour soutenir cette cause.

Journée mondiale du refus de la misère à la Courneuve
Journée mondiale du refus de la misère à la Courneuve

Cela souligne une fois encore la vivacité et l’implication de cette association, qui à la base oeuvrait à petite échelle pour les habitants des bidonvilles.

Pour découvrir davantage les actions de cette association à l’époque voir le billet  « Solidarité et ingéniosité à la Campa« .

Le parc de la Courneuve, un vaste terrain et que d’histoires!

Aujourd’hui la commune de la Courneuve s’étend sur 752 hectares, dont 173 hectares couverts par le parc départemental en photo ci-après.

Le parc de la Courneuve

Il faut s’avoir que cette ville a toujours possédé de vastes plaines, c’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle le bidonville de la Campa s’est installé sur ce terrain.

Comme l’explique l’historien Jean-Michel Roy, la ville de Paris était en quête de terrains  libres pour loger une population toujours plus croissante et principalement les populations qui posaient à l’époque problèmes pour la capitale. La Courneuve répond parfaitement à cette quête dans les années 58-60.

«  Au départ il y avait un p’tit campement autour de 3-4 cabanes et puis lorsqu’on a euh fermé les autres bidonvilles, où c’est le bulldozer qui passe hein, euh lorsqu’on les a détruits euh la, la, l’info a circulé, ça c’est fait en quelques jours… »[1]

La Campa accueille donc  les habitants des bidonvilles résorbés des Franmoisins, de Nanterre et de Noisy, ainsi que tous les gens mal-logés et les individus considérés comme problématique pour la ville de Paris.

Ce parc ne garde aujourd’hui aucune trace du bidonville qui occupait jadis tout cet espace. Nous vous parlons ici du troisième espace le plus vaste parmi les espaces verts de la région parisienne. Dans les années 60, ce parc a par ailleurs accueilli des centaines de familles de différentes origines, qui seront pour la plus part relogé dans les cités Hlm construites aux alentours.

Parc de la Courneuve

Il est difficile d’imaginer que ce parc ait pu accueillir une micro-ville abritant des baraquements, des caravanes, des communautés organisées en quartiers et pourtant toute cette vie, toutes ces mémoires ont participé à la construction de l’histoire de la ville de la Courneuve.


[1] Retranscription intégrale de l’intervention de Jean-Michel Roy, historien au service culturel de la Courneuve, le 16 janvier 2009, à l’université Paris 13, devant les étudiants du « Master exposition ».

« Vous voyez, c’était là… »

visite guidée du parc de la Courneuve par Abdel Saadouni, ancien habitant de la Campa, le 18 octobre 2008
Visite guidée du parc de la Courneuve par Abdel Saadouni, ancien habitant de la Campa, le 18 octobre 2008
L’ensemble des témoignages étudiés nous renvoient à un même constat ; les anciens habitants de la Campa, ou les personnes qui ont connu le terrain, présentent un besoin de montrer les choses. Ils nous énumèrent chaque détail comme si le bidonville était toujours là.

« C’était immense. Voilà, ça s’étendait comme ça à peu près… Tout ce côté-là, jusqu’au… Il n’y avait que des champs quoi, voilà! Comment on peut dire euh, y avait euh y avait le camp des gitans, y avait camp des tunisiens, y avait le camp des algériens, y avait heu, et dans chaque camp y avait un chef qui euh, qui gérait un peu là … Voilà ! Là j’aurais du…, c’est pas que j’aurais du mal un peu à situer hein, mais je pense que le bidonville se trouvait à peu près… Ici, il y avait une petite rivière qui passait, voilà. Après, il y avait…, comme un…, une retenue, un peu, d’eau. Nous, je me rappelle, on coupait des capots de voiture et on en faisait des petites barques, voilà. Et, après, à mon avis, il s’étendait d’ici. »[1]

Abdel Saadouni, quitte le Maroc à l’âge de huit ans et s’installe avec sa famille au bidonville de la Campa. Il vit alors dans un baraquement en carton et se souvient bien de la boue, du froid, mais ce qu’il retient avant tout c’est la fraternité et l’entraide avec les différentes communautés du bidonville, les espagnols, les français, les algériens…

Actuellement au service démocratique participatif, il a toujours accordé du temps et de l’engagement aux jeunes et plus généralement à la dynamique de sa ville. Il sera donc sollicité par le cabinet du maire, pour sa sociabilité et sa proximité avec les habitants de le Courneuve, on l’appelle d’ailleurs « l’ancien des 4000 ».

« Alors comme je vous expliquais, il y avait plusieurs…, plusieurs camps, à l’intérieur. Il y avait le camp des Portugais…, le camp…, le…, comment ça s’appelle…, le camp des Algériens, le camp des Algériens-Marocains, etc… Il y avait aussi quelques uns qui faisaient comme des hôtels, pour tous ceux par exemple qui étaient célibataires, ils refaisaient comme des foyers à l’intérieur. Il y avait plusieurs petites baraques, chacun était loué…. ».

Monsieur Saadouni a partagé avec les étudiants et l’équipe pédagogique un ensemble de ses souvenirs, faisant revivre le parc de la Courneuve aux rythmes de la Campa.

Pour obtenir des compléments d’information sur l’emplacement de la Campa au sein du parc de la Courneuve, voir le billet « Un vaste terrain et que d’histoires! »


[1] Propos d’Abdel Saadouni, visite du parc de la Courneuve le 18 octobre 2008