Rencontre de natures

Retour au Parc Georges Valbon pour des prises de vue et de son à intégrer dans notre exposition. L’idée d’un « avant/après » nous suit depuis le début de l’aventure et nous avons enfin le temps (disponibilité et météo) pour le faire !

Nous nous sommes armées de nos différents appareils et nous voici à nouveau à La Campa, ou presque !

Prises de vue à au parc G. Valbon :

copyright : Mathilde Fayoux

scénographie de l’exposition

Travail de scénographie (échelle 1/50e) :

 

L’espace d’exposition – Division de l’espace – hypothèse schématique

 

Côtes et dimensions pour affiner nos hypothèses – Hypothèse de circulation et zonage

Note d’intention du projet 2012/2013

Dans la poursuite d’une réflexion sur les bidonvilles entreprise au sein du Master 2 Dynamiques Culturelles de l’Université de Paris XIII, notre promotion 2012/2013 se démarque avec la création d’un quatrième projet abordant l’environnement vécu et ressenti dans le bidonville de La Campa.

Avec ce questionnement nouveau, nous continuons à nous attacher à conserver, préserver et transmettre l’histoire de ce bidonville afin de mettre en valeur le patrimoine naturel et culturel de cette population. Garder des traces d’un territoire qui n’est plus, qui est méconnu et qui pourtant a existé, tels sont les intentions de notre projet.

Afin d’appréhender les spécificités du territoire de La Campa, nous avons organisés notre réflexion autour de deux axes méthodologiques majeurs : un travail de terrain et un travail de recherche documentaire. Ces recherches nous permettent de réunir des données de nature variée : photographies, entretiens audio et vidéo, documents d’archives… Au fur et à mesure de notre progression, nous découvrons toujours plus d’informations sur La Campa, permettant de mieux cerner les différentes facettes de ce bidonville. Nous nous appuyons également sur la mémoire vivante des personnes ayant habitées ou côtoyées le bidonville de La Campa, la mémoire étant un élément essentiel de l’identité collective et individuelle.

Deux supports viennent articuler nos travaux. D’une part, le blog permet de rendre compte de l’avancée de notre projet et de développer un réseau humain, qui se veut international. Il est un outil de transmission et d’échange, nous permettant de collecter les récits de vies des anciens habitants. Ces histoires complètent le portrait que nous tentons de dresser de La Campa, et nous permettent de progresser dans nos travaux afin de constituer une exposition finale. Ce deuxième support prévu pour février 2013 représentera plus qu’un argumentaire sur le thème du bidonville mais proposera une approche sensorielle du projet en le donnant à voir, écouter, toucher et sentir.

Rendez-vous le 1er février 2013 au café expo de l’Université de Paris XIII pour découvrir notre exposition.

Les étudiantes de CECS : Katy Blondeau, Mathilde Fayoux, Laura Oudin et Kattia Pacheco.

Notre première rencontre avec Abdel Saadouni 16/10/2012

Les étudiantes de la promotion 2012/2013 ont eu la chance de rencontrer le 16 octobre 2012, Mr Abdel Saadouni, un des témoins privilégiés de la Campa.

Pour cette année, notre sujet est la nature vécue et ressentie à la Campa, c’est donc tout naturellement que nous avons demandé à Mr Saadouni ce que lui évoquait la nature :

Paris 13 : La nature ça vous inspire quoi ?

Abdel Saadouni : Déjà y’avait les champs, les terrains vagues, aujourd’hui c’est pas pareil c’est plus structuré. Mais nous on pouvait gambader, faire des arcs, découper toit des voitures pour faire petites barques sur une petite rivière. Et des fois elle débordait et faisait des petits lacs. Y’avait des endroits on faisait des cordes à tarzan dans les arbres, on avait une sensation de liberté qu’on a pas là. C’est vrai que y’a de la joie dans les souvenir, il n’y a pas de souffrance. C’est vrai que mon père travaillait donc on n’avait jamais vraiment faim, on savait que c’était juste mais on se débrouillait.

Paris 13 : Des animaux ?

Abdel Saadouni : Y’a des gens qu’avaient des poules. Y’avait des oiseaux. Y’avait de la boue, les gens avaient leurs bottes pour rentrer dans le bidonville et en sortant (près du bus 150) ils les enlevaient. J’ai un souvenir de la rivière et une retenue d’eau qui débordait parfois. La boue dans les allées, j’ai souvenir d’incendies à cause des bouteilles de gaz. Bah oui aussi des fois y’avait des règlements de comptes. Mais ce n’était pas que des règlements de comptes en différentes ethnies, des fois c’était aussi des bagarres au sein même d’ethnie. Et quand y‘avait c’était assez violent, c’était pas des petites choses.

[…]

Paris 13: Y’avait pas d’arbre ?

Abdel Saadouni : Je sais, je n’ai pas trop de souvenir de forêt en tout cas. Je sais qu’il y avait un grand arbre sur lequel on installait la corde à tarzan mais c’est tout.

[…]

Paris 13: Vous diriez que vous avez grandi dans la nature ?

Abdel Saadouni : Oui en partie oui. On sentait cette liberté oui, cette liberté au niveau des espaces et faire ce que l’on a envie vraiment. Parce que maintenant y’a beaucoup de restrictions sur tout, des règles, il faut que tout soit rentré, etcetera. Y’a plus cette partie pour qu’on puisse gambader, des petites choses sans qu’on vienne vous casser les pieds quoi. Aujourd’hui y’a beaucoup de choses qui sont interdites.

Paris 13: Pour vous la nature était un synonyme de liberté ?

Abdel Saadouni : Oui.

[…]