Un document amateur est sorti dans les salles de cinéma

En 1996, un document d’amateur sur les habitants des bidonvilles est sorti dans les salles de cinéma. Dans les années 1970, Robert BODZI a filmé les immigrés qui habitaient les bidonvilles de la région parisienne, en majorité des Portugais et des Espagnols. Il a décidé de retrouver leurs traces. Il le raconte dans son film « Les gens des barraques »: une série de témoignages simples mais émouvants.

Un extrait est en ligne sur le site de l’INA

Le journal du canton d’Aubervilliers, soutenons le Parti!

Le journal du Canton d’Aubervilliers s’inscrit incontestablement dans une logique de soutien à l’idéologie du parti communiste et aux municipalités communistes en particulier. Il appuie la logique d’opposition au gouvernement qu’est celle des communistes à cette époque. Le bidonville de la Campa est ici avant tout prétexte à des attaques virulentes contre la politique gaulliste. Ceci se matérialise dans le fait de replacer les difficultés socio-économiques des habitants de la Campa dans le contexte plus large de la précarité que subit la classe ouvrière française. Ces articles insistent sur les chiffres, les différentes actions et projets mis en place par les municipalités communistes pour répondre au problème du mal logement.

Article du 5 novembre 1965

Cet article est une réaction aux articles de France-Soir des 23 et 24 octobre 1965 à propos du bidonville de La Campa. Le journal du canton d’Aubervilliers a visiblement perçu ces derniers comme une attaque envers la municipalité communiste de La Courneuve. L’objet principal de cet article est avant tout de valoriser les actions menées par la municipalité de La Courneuve en faveur du bidonville et de pointer du doigt l’immobilisme du gouvernement en ce domaine.

Article du 28 janvier 1966

Cet article évoque du projet de destruction du bidonville de La Campa. Pour résumer, l’article dédouane les municipalités communistes de toutes responsabilités dans le phénomène des bidonvilles, il insiste sur les mesures mises en œuvres par les municipalités communistes contre ce fléau et il accuse le gouvernement, le département et le préfet d’en porter la responsabilité.

Article du 13 décembre 1967

Cet article évoque de manière générale le phénomène des bidonvilles, par l’utilisation de photos représentant toujours des vues d’ensemble, des paysages et non des détails ou les habitants eux-mêmes de ce bidonville spécifique. Le bidonville de La Campa n’y est pas nommément cité. Ici encore, la finalité semble être de déresponsabiliser les municipalités communistes de ce phénomène et d’en rejeter l’entière responsabilité le gouvernement.

Au regard des trois articles du journal du canton d’Aubervilliers, il apparaît clairement que La Campa est ici avant tout prétexte à la diffusion de l’idéologie du parti communiste. La finalité de ces articles n’est en aucun cas d’alerter l’opinion publique sur le phénomène des bidonvilles mais plutôt de porter des attaques virulentes contre la politique du régime gaulliste ; ou encore de légitimer l’action des municipalités communistes en mettant en lumière les politiques mise en œuvre en faveur des bidonvilles par ces dernières. En ce sens, ces articles ont une teneur politique évidente inscrite dans la ligne du parti communiste.

Enfin, il est intéressant de constater que les descriptions de La Campa de ces articles sont ou sommaires, ou bien inexistantes. Parmi la sélection d’article que nous avons étudier, ici ou , ceux du Journal du canton d’Aubervilliers sont ceux qui permettent le moins aux lecteurs de se représenter les conditions de vie à La Campa. Ceci peut paraître paradoxal dans la mesure où il s’agit d’un journal local qui est géographiquement le plus proche du bidonville.

Corpus de documents de l’analyse

  • Article « La vérité sur le bidonville de La Courneuve », Le Journal du canton d’Aubervilliers n°1053 du 5 novembre 1965
  • Article « La Campa, 400 familles qui vivent dans un marécage », Le Journal du canton d’Aubervilliers n°1065 du 28 janvier 1966
  • Article «  Travailleurs immigrés, pour un statut démocratique et social », Le Journal du canton d’Aubervilliers n°1163 du 15 décembre 1967

Pour aller plus loin:

L’express, Marie-Claude figure de proue du bidonville

L’article de l’express du 28 février au 6 mars 1966 consacré au bidonville de La Campa se distingue par le fond et la forme de ceux publiés par France-Soir.

Sur le fond pour commencer, nous constatons que cet article est beaucoup mieux documenté que ceux de France-Soir. L’auteur, Robert Franc, évoque ainsi la création du bidonville ou encore le phénomène des « marchands de sommeil ». Ces éléments témoignent d’une meilleure connaissance du sujet par R. Franc que son homologue de France-Soir. En ce sens, on peut affirmer qu’il s’agit plus d’un article de fond. Cela nous renvoie à la distinction classique entre presse quotidienne et presse hebdomadaire : tandis que la presse quotidienne privilégie le traitement de l’événement « à chaud » quitte à verser de façon abusive dans l’évènementiel. La presse hebdomadaire, quant à elle, bénéficiant de délais plus important, peut se permettre de prendre plus de recul sur les événements, de traiter l’actualité sous forme de dossiers souvent mieux documentés.

Le choix des paroles rapportées par notre journaliste est aussi intéressant à étudier car c’est l’occasion pour nous de retrouver Marie-Claude qui, quatre mois après l’interview de Maurice Josco, a bien passé l’hiver. Plus sérieusement le fait de retrouver, ici, cette travailleuse sociale, précédemment portraitisée dans la presse, la fait émerger comme une figure de proue du bidonville. Marie-Claude devient une sorte de voix officielle du bidonville. On observe que les paroles rapportées, émanant d’habitants du bidonville, sont allusives et au style indirect, comme si notre journaliste n’avait eu que peu de contacts avec ces derniers et avait privilégié pour son enquête le voisinage, les associations et les sociétés en contact avec La Campa.

L’utilisation de nombreux adjectifs qualificatifs et noms communs péjoratifs pour évoquer l’atmosphère du bidonville  comme « misérables », « pestilentielles », « malheureux », « cauchemar », rappel le registre utilisé par France-Soir.

Nous venons d’évoquer le fond, parlons maintenant de la forme. Nous observons dans l’article de R. Franc un caractère polémique absent des articles de France-Soir, rien de subversif cependant. En effet, l’auteur fait allusion à divers point de la politique du gouvernement : la décision de résorber les bidonvilles et sa mise en œuvre, l’immigration ou encore la politique de construction de logement. Sous une forme très lissée, le lecteur est confronté à des questionnements autour de ces thèmes, notamment en conclusion : « Le nouvel effort du gouvernement permettra-t-il d’atteindre ce rêve ? De toute façon, il ne servirait à rien de liquider les bidonvilles existants si rien de sérieux n’était fait parallèlement pour loger les travailleurs étrangers qui vont continuer à affluer ». Il serait intéressant d’étudier l’image de l’immigration que véhicule ce texte, mais là n’est pas notre propos ; contentons-nous d’observer que l’article de l’express a une teneur plus politique que ceux de France-Soir.

Document cité

  • Article « Bidonvilles, les bulldozers attaquent à l’aube » de Robert Franc ; L’Express du 28 février au 6 mars 1966

Pour aller plus loin:

France-Soir ou la mise en scène du misérabilisme

Commençons par situer France-Soir dans le paysage médiatique français. France-Soir est aujourd’hui un quotidien du soir, mais dans les années 1960 ce dernier connaissait plusieurs éditions quotidiennes (l’information étant partiellement renouvelée au cours de la journée). Le journal se caractérise par une forme de populisme marquée notamment par une quête du scoop et de l’événementiel. Par comparaison avec le quotidien de référence qu’était Le Monde qui s’adresse à une certaine forme d’élite, France-Soir est un quotidien beaucoup plus populaire. Il faut néanmoins signaler que dans les années 1960, son tirage était supérieur à un million d’exemplaires par jour.

Dans le cadre de notre étude, nous nous intéressons exclusivement à deux articles de France-Soir sur le thème du bidonville de La Campa. Ces deux articles ont le même auteur, Maurice Josco, et sont publiés à un jour d’intervalle l’un de l’autre.

Le premier article (23 octobre 1965) se présente comme une immersion misérabiliste et pseudo compatissante dans « l’univers » du bidonville de La Campa par Maurice Josco, reporter de son état. Extrait:

Extrait France Soir 23 octobre 1965

France-Soir, article « Bidonvilles », Maurice Josco, 23 octobre 1965

France-Soir, article « Bidonvilles », Maurice Josco, 23 octobre 1965

Au premier abord, le ton de l’article peut aujourd’hui prêté à sourire par le caractère désuet de la narration. Expliquons-nous, le genre de cet article est clairement celui du reportage de terrain : Maurice Josco affirme avoir passé plusieurs jours dans le bidonville de La Campa ; le bidonville est présenté aux lecteurs via une sorte de visite guidée ; pour relater son expérience notre journaliste s’appuie sur des descriptions assez précises comme par exemple celle des habitations. Néanmoins, il apparaît très rapidement que M. Josco opère une dramatisation exagérée de son expérience. Pour preuves, nous pouvons relever un grand nombre d’expressions donnant une vision inhumaine du bidonville : « Noisy-sur-Enfer », « rien vu de plus horrible en ce monde », « plutôt mourir que d’y vivre », « c’est l’enfer » – il est intéressant de noter que selon la morale chrétienne traditionnelle, les personnes se trouvant en enfer le mérite-, « chiens squelettiques », « le silence de la mort lente »…

Il se dégage au final de cet article une impression de « pseudo-complaisance », de fausse empathie, dans le sens où notre reporter semble plus soucieux d’émouvoir ses lecteurs que de dénoncer de manière objective les conditions de vie des habitants de La Campa. L’étude du paratexte appuie également cette idée : en effet, les trois illustrations de l’article (deux photos et un schéma) opèrent un effet de zoom, pour aller au plus prêt de la « misère ». La photographie ouvrant cet article présente un plan large du bidonville montrant la boue, des habitants et les habitations en arrière-plan. La seconde photographie montre en vue rapprochée une habitation particulière : la double carcasse de voiture des deux Yougoslaves évoqués dans le corps de l’article. Cette même photographie est jouxtée d’un schéma expliquant l’agencement interne de l’habitation. Les illustrations de cet article opèrent donc un effet de zoom avant, allant de l’extérieur des habitations à l’intérieur d’une en particulier. Le fait de mettre en avant l’histoire d’une personne, de sa vie et de ses conditions de vie humanise la situation. On ne parle plus de la Campa en général mais du cas de ces deux Yougoslaves qui vivent sous cette « tanière ».

France-Soir, article « Bidonvilles », Maurice Josco, 23 octobre 1965

Si l’on analyse le schéma détaillant l’aménagement bricolé de deux carcasses de voitures, on peut en conclure que la rédaction à chercher à vulgariser un certain savoir pratique. En effet, le but de ce schéma est de montrer la précarité de cette habitation, en mettant en avant la petitesse et les quelques éléments servant à améliorer le quotidien comme « la valise servant de chaise ». Mais ce qui est intéressant ici, c’est de voir comment l’homme peut s’adapter à ce genre de situation en bricolant avec les moyens du bord. Ce mode de vie aussi précaire et insalubre soit-il (comme on peut le constater tout au long de l’article) nécessite de l’ingéniosité et un savoir pratique.  On peut donc dire que ce schéma révèle une sorte de vulgarisation d’un savoir pratique propre à ceux qui vivent dans ces conditions très précaires.

Le plan en vu aérienne de l’habitation permet au lecteur de l’article de se représenter assez clairement la précarité de ces habitations. Cela a pour conséquence d’accentuer la vision dramatique du bidonville de La Campa.

Il est également intéressant de noter que les paroles rapportées par notre journaliste appuient toutes l’idée du bidonville comme un enfer honteux dont on cherche par tous les moyens à sortir, comme l’illustre les propos de Mme Flores. D’une part Flores, une femme, mère de quatre enfants, qui fait tout pour offrir à ses enfants une vie normale (elle tient à leur scolarité, à leur hygiène), elle est à la recherche d’un travail et d’un appartement en attendant que sa chance tourne et qu’elle puisse quitter la Campa.

Par ses procédés de narration, on pourrait rapprocher cet article, des reportages à sensations télévisées tels que Zone Interdite ou Le Droit de Savoir.

Le second article de France-Soir (24-25 octobre 1965) consacré au bidonville de la Campa s’intéresse particulièrement à la figure de Marie-Claude, « l’ange perdu en enfer ».

France-Soir, article « Bidonvilles », Maurice Josco, 24-25 octobre 1965

France-Soir, article « Bidonvilles », Maurice Josco, 24-25 octobre 1965Par cette accroche nous comprenons que le ton de cet article sera similaire à celui de la veille. Marie Claude, donc, « a choisi La Campa car voulant descendre dans l’abîme, elle a préféré le plus profond ».  Nous apprenons ensuite que Marie-Claude est membre de l’association « Aide à toute détresse », et qu’elle a choisi de faire une carrière sociale. Suit une description physique de Marie-Claude et de son habitation ; pour enfin arriver à l’interview de cette dernière où nous comprenons que Marie-Claude est la compassion et le courage incarnés : « mon espoir suprême, c’est de faire la preuve que ces êtres humains sont adaptables à la société », « ces gens qui n’ont rien m’émeuvent par leur générosité », « avec du courage et beaucoup de patience on arrivera à ce que les habitants des deux mondes n’aient plus peur les uns des autres ».

Restons en là quant à la présentation de Marie-Claude, mais intéressons nous plutôt au choix de cette figure comme « porte-parole » du bidonville.  Si l’image qui est donnée de Marie-Claude par le reporter est très positive, son action présente d’une certaine manière les habitants du bidonville comme des individus « assistés », incapables d’effectuer eux-mêmes certaines démarches administratives qui peuvent paraître élémentaires aux lecteurs du journal. On peut également percevoir le choix de Marie-Claude comme une forme de renoncement de la part du journaliste : plutôt que d’interviewer directement un habitant du bidonville (paresse ? crainte ? problème de communication ?), celui-ci a choisi d’interviewer une jeune travailleuse sociale qui est déjà par sa fonction une interface de médiation entre le bidonville et l’extérieur. Mais rappelons que Marie-Claude n’est pas une « vraie » habitante du bidonville, elle a fait le choix d’y vivre et maîtrise les mêmes codes culturels que notre journaliste. On peut donc voir dans l’interview de Marie-Claude par M. Josco un choix de la facilité pour ce dernier. Marie-Claude a décidé de tout quitter pour vivre dans le bidonville et ainsi de pouvoir aider les habitants. Elle est désignée comme « l’ange de cet enfer ». La mise en parallèle des personnages de Mme Flores et Marie-Claude est remarquable dans la mesure où la première essaye de tout faire pour quitter le bidonville tandis que la deuxième a tout quitté pour y vivre.

Enfin lorsque l’on compare les effets produits par les deux articles que nous venons d’évoquer, il est possible d’en dégager deux orientations distinctes: d’un côté l’article du 23 octobre 1965 crée un effet d’apitoiement autour des habitants du bidonville ; de l’autre coté, l’article des 24 et 25 octobre 1965 sanctifie l’action menée par Marie-Claude. On retrouve à travers ses thématiques des sujets visant à faire vibrer la corde sensible autour de valeurs de la morale chrétienne.

Retenons donc que France-Soir opère une dramatisation autour du bidonville de la Campa pour toucher le pathos de ses lecteurs.

Corpus de documents de l’analyse

– Article « Bidonvilles » de Maurice Josco ; France-Soir du 23 octobre 1965, document pdf

  1. France-Soir, article « Bidonvilles », Maurice Josco, 23 octobre 1965. Partie 1
  2. France-Soir, article « Bidonvilles », Maurice Josco, 23 octobre 1965. Partie 2

– Article « Bidonvilles » de Maurice Josco ; France-Soir des 24-25 octobre 1965

  1. France-Soir, article « Bidonvilles », Maurice Josco, 24-25 octobre 1965. Partie 1
  2. France-Soir, article « Bidonvilles », Maurice Josco, 24-25 octobre 1965. Partie 2

Pour aller plus loin: