La résorption du bidonville vu par une bénévole de l’association ATD Quart Monde

Lors d’un entretien, une bénévole de l’association ATD Quart Monde raconte comment s’est déroulée la résorption du bidonville de la Campa. Elle s’est dit profondément choquée par la violence des actions menées pour la résorption du bidonville. Avant la résorption, des bulldozers venaient casser une partie des baraquements pour que les habitants n’accueillent plus de personnes venant de l’extérieur. En effet, les familles vivants dans le bidonville accueillaient d’autres familles dans leur baraque, dans une troisième pièce qui pouvait servir à cet effet, « C’était un bel exemple de solidarité ».

Durant la période de résorption, « ils » avaient commencé par empêcher l’extension du bidonville en détruisant les pièces « superflues ». Les habitants étaient recensés sur le terrain, cependant, des clandestins continuaient de s’installer. Pour empêcher cela, « des bulldozers » cassaient la pièce supplémentaire qui pouvait servir à loger de nouveaux arrivants:

« C’était la période où ils ne rasaient pas tout. Ils rasaient une pièce et c’était encore plus pervers je vous dis pour qu’ils ne puissent pas héberger quelqu’un d’autre. Parce que s’il y avait 3 pièces c’était trop de place. Mettons il y avait 4 enfants et les parents, 3 pièces c’était trop, enfin c’était trop! Donc ces gens par exemple s’il y avait, je ne sais pas on va dire, un cousin avait besoin, ils filaient une pièce. Ils se serraient un peu plus. Donc pour empêcher ça, parce qu’ils le savaient qu’il y avait des clandestins sur le terrain donc ils cassaient une pièce pour empêcher que les gens n’en accueillent d’autres. Puisque l’objectif était de résorber le terrain. »

 Pour empêcher cela, les habitants du bidonville se mettaient devant le bulldozer mais en vain. ATD Quart Monde a essayé de réguler ces destructions:

 « Il y avait des discutions, il y avait tout ça mais ils étaient obligés de tenir compte de l’interlocuteur pour le relogement des familles. Ils ne pouvaient pas faire n’importe quoi. Pas seulement dire au voyageurs, vous êtes voyageurs voyagez ! Ce qui était impossible vu l’état de leur… »

Le mouvement organisait des réunions à tout les niveaux de l’administration. ATD était un partenaire reconnu , les destructions se faisaient donc en concertation avec ATD Quart Monde qui représentait les familles.
La période de résorption à vraiment été mal vécue par les habitants du bidonville, car la destruction avait été entamée alors que les habitants étaient encore là: « c’était leur seul endroit de vie « 

La résorption du bidonville à donc été une période difficile pour les habitants, qui malgré les politiques de relogement, se sont senti délaissé et impuissant face à la violence cette action.

L’entretien de cette miltante est accessible ici dans son intégralité.

« Vous voyez, c’était là… »

visite guidée du parc de la Courneuve par Abdel Saadouni, ancien habitant de la Campa, le 18 octobre 2008
Visite guidée du parc de la Courneuve par Abdel Saadouni, ancien habitant de la Campa, le 18 octobre 2008
L’ensemble des témoignages étudiés nous renvoient à un même constat ; les anciens habitants de la Campa, ou les personnes qui ont connu le terrain, présentent un besoin de montrer les choses. Ils nous énumèrent chaque détail comme si le bidonville était toujours là.

« C’était immense. Voilà, ça s’étendait comme ça à peu près… Tout ce côté-là, jusqu’au… Il n’y avait que des champs quoi, voilà! Comment on peut dire euh, y avait euh y avait le camp des gitans, y avait camp des tunisiens, y avait le camp des algériens, y avait heu, et dans chaque camp y avait un chef qui euh, qui gérait un peu là … Voilà ! Là j’aurais du…, c’est pas que j’aurais du mal un peu à situer hein, mais je pense que le bidonville se trouvait à peu près… Ici, il y avait une petite rivière qui passait, voilà. Après, il y avait…, comme un…, une retenue, un peu, d’eau. Nous, je me rappelle, on coupait des capots de voiture et on en faisait des petites barques, voilà. Et, après, à mon avis, il s’étendait d’ici. »[1]

Abdel Saadouni, quitte le Maroc à l’âge de huit ans et s’installe avec sa famille au bidonville de la Campa. Il vit alors dans un baraquement en carton et se souvient bien de la boue, du froid, mais ce qu’il retient avant tout c’est la fraternité et l’entraide avec les différentes communautés du bidonville, les espagnols, les français, les algériens…

Actuellement au service démocratique participatif, il a toujours accordé du temps et de l’engagement aux jeunes et plus généralement à la dynamique de sa ville. Il sera donc sollicité par le cabinet du maire, pour sa sociabilité et sa proximité avec les habitants de le Courneuve, on l’appelle d’ailleurs « l’ancien des 4000 ».

« Alors comme je vous expliquais, il y avait plusieurs…, plusieurs camps, à l’intérieur. Il y avait le camp des Portugais…, le camp…, le…, comment ça s’appelle…, le camp des Algériens, le camp des Algériens-Marocains, etc… Il y avait aussi quelques uns qui faisaient comme des hôtels, pour tous ceux par exemple qui étaient célibataires, ils refaisaient comme des foyers à l’intérieur. Il y avait plusieurs petites baraques, chacun était loué…. ».

Monsieur Saadouni a partagé avec les étudiants et l’équipe pédagogique un ensemble de ses souvenirs, faisant revivre le parc de la Courneuve aux rythmes de la Campa.

Pour obtenir des compléments d’information sur l’emplacement de la Campa au sein du parc de la Courneuve, voir le billet « Un vaste terrain et que d’histoires! »


[1] Propos d’Abdel Saadouni, visite du parc de la Courneuve le 18 octobre 2008