Un retour d’expérience sur l’exposition

Discours tenu lors de la soutenance devant le jury
Exposition « Le Retour de la Mémoire »
Master 2 « Dynamiques Culturelles. Politiques, Espaces, Pratiques. »
Parcours « Conception d’événements et circulation des savoirs »

Chine, Jennifer, Marika & Myriam.

Au départ, le thème nous paraissait quelque peu complexe. Notre sujet, « Le retour de la mémoire », avait pour terrain d’enquête deux institutions a priori opposée : le Mouvement ATD Quart-Monde et la firme internationale Schlumberger. Réussir à intéresser les étudiants sur un thème qui n’est pas forcément très attrayant de prime abord pour ce public spécifique, aussi, notre parti pris dans le cadre de cette exposition scientifique a été de faire appel à diverses formes d’expressivités.

Nous avons choisi de travailler cette question du retour de la mémoire sous le spectre des émotions. En effet, les émotions sont un support universel de communication : chacun a un jour ressenti de la tristesse, de la joie, de la peur… Elles témoignent d’une commune humanité et elles ont un rôle particulier dans les processus de remémoration. Pour ce faire, nous nous sommes appuyées sur divers documents tels que des films, des archives photos, etc.

Nous avons mené des entretiens avec des enquêteurs mémoriels, mais aussi auprès des témoins de la vie au camp du Château de France à Noisy-le-Grand et des salariés de la firme Schlumberger pour effectuer ce travail de recherches mémoriels. Nous nous sommes mises dans la peau de ces enquêtrices et avons fait nos propres enquêtes. Après cette riche récolte issue de nos entretiens, et de leurs retranscriptions, nous nous sommes rendues compte que nous possédions des histoires très intéressantes qui illustraient bien le vécu des personnes et l’évolution de leurs émotions. Nous étions donc tout à fait dans le retour de la mémoire avec cette dimension affective en toile de fond. Et c’est cela que nous voulions démontrer en exposant les récits collectés par nous-mêmes.
Nous avons également souhaité tenir compte, au même titre, de nos centres d’intérêts pour avoir une exposition qui nous ressemble. Il s’avérait que Chine s’intéressait beaucoup à l’aspect scientifique et biologique de la mémoire, c’est ainsi que nous avons décidé de travailler cette partie théorique de l’exposition qui donne des clés pour comprendre les différents mécanismes en jeu durant le retour de la mémoire. De plus, sa formation de design d’illustration scientifique, a été une véritable valeur ajoutée car elle a fait toutes les illustrations dans notre exposition, dont une en se basant sur le schéma de Laurent Olivier « Le sombres abîmes du temps ».
Quant à l’idée du sas sonore et des « Je me souviens… » dispersés un peu partout dans l’exposition, ils nous sont venus en tête en discutant avec Monsieur LOZET, un intervenant de l’université.

Dans les deux premières parties de l’exposition avant de rentrer dans cette boite noire, on entend un fond sonore en se demandant ce que c’est. Une fois dans le sas, les visiteurs pourront écouter des sonorités de l’époque et comprendre ce que c’est à la lecture des panneaux. C’est en sortant de cet espace que l’on découvre toute son utilité car elle illustre de manière acoustique les témoignages présentés par la suite. Elle peut également permettre une introspection personnelle du visiteur. En effet, notre patrimoine sensoriel propre va contribuer à former notre interprétation unique…
Quant au fait de marcher sur ces bulles « déclaratives », elles symbolisent le simple fait d’évoquer un souvenir à quelqu’un, qui constitue une modification de ce souvenir. Ces idées nous ont semblé très pertinentes car elles permettent au visiteur une immersion et une appropriation personnelle du sujet traité dans cette exposition. Notre but, en restituant une approche théorique et l’expérience de nos enquêtés, est qu’à la sortie de notre exposition, le visiteur se retrouve face à son propre retour de la mémoire. Et ceci s’incarne au moyen de notre arbre participatif. Aussi pour homogénéiser le tout et permettre une circulation entre savoirs experts et savoirs profanes, nous avons tenté de créer des liens et une progression fluide entre ces deux parties centrale.

Jusqu’à la dernière minute (le jour même), nous avons eu des contre-temps pour la mise en oeuvre de cette exposition. Nous avons malheureusement eu des difficultés de synchronisation d’emploi du temps avec nos partenaires, ce qui a engendré des difficultés pour rencontrer les témoins.

De même, nous avons eu des soucis avec la fabrication de nos panneaux : les délais n’étaient pas respectés du coup le jour du montage de l’exposition, vendredi dernier, il nous manquait encore la moitié de nos expôts notamment les photographies, les cartels et l’oeuvre participative. De plus, tout notre travail du vendredi a été réduit à néant, les accroches n’ont pas tenu le coup durant le weekend. Nous avons dû tout remettre en place le lundi après-midi.

Nous aurions aimé soigner d’avantage la présentation ou encore exploiter d’autres pistes comme la vidéo, mais cette expérience nous à montrer qu’il fallait savoir concrétiser nos projections et nos ambitions scénographiques à la hauteur de nos moyens matériels et temporels.

Notre scénographie, nous l’avons pensé en cinq parties, comme un cheminement. Nous avons pu la chapitrer comme désirée cependant avec quelques modifications. Nous voulions à la fois un espace dynamique et statique ; un espace permettant au visiteur de prendre plus ou moins de temps. Nous ne voulions pas que le visiteur ait accès à la fin, puisse voir l’oeuvre participative et la partie discursive (témoignages) en entrant dans la salle d’exposition. Cependant, les outils à disposition ne permettaient pas de matérialiser la scénographie souhaitée.

En effet, vous avez pu voir sur le blog une première idée de scénographie que nous avons inversé. Le sens de la visite a été modifié à cause de l’issue de secours situé à l’endroit où devait se trouver le sas sonore. La lumière naturelle n’étant pas suffisante, cela a contribué à assombrir la partie théorique et scientifique, nous avons dû utiliser une lumière artificielle. Nous nous ne pouvions pas continuer la cloison pour des raisons matérielles (rideaux insuffisants) alors le visiteur avait une vue directe sur l’arbre participatif et les témoignages. De plus, la lumière naturelle attirait le visiteur vers ces parties.

La mise en place de cette exposition a été très enrichissante car elle nous a permis de nous rendre compte de tout le travail nécessaire lorsque l’on prépare une exposition, de son idée à sa réalisation finale et donc son vernissage. Gérer l’ensemble de la production de cette exposition nous a, d’une certaine manière, responsabilisé. Nous nous sommes rendues compte de l’importance de l’anticipation et de l’organisation dans un projet comme celui-ci. Nous n’étions pas toujours d’accord les unes avec les autres, mais au final nous trouvions toujours une solution qui pouvait nous satisfaire toutes les quatre. En clair, nous en sommes fières aujourd’hui car ce n’était pas gagné d’avance.

Ce travail collectif permet aussi toute une réflexion sur le travail d’équipe, qu’il est important de prendre en compte. Il faut que chacun puisse trouver sa place dans ce projet et s’y plaire, même si nous ne sommes que quatre. Ce sont tous ces petits détails mais de grande importance que nous découvrons, et qui en plus de la pratique, nous seront très bénéfiques. Nous avons pu développer un panel de connaissances et acquérir de nouvelles compétences qui nous apporterons un plus lors de nos futures aventures professionnelles respectives.

Inauguration de l’exposition : Le Retour de la Mémoire

Lors du vernissage de l’exposition « Le Retour de la Mémoire » qui a eu lieu le mardi 4 février 2014 à 12h00 au Café Expo de l’université Paris 13, nous avons tenu un discours que vous pouvez retrouver dans la vidéo ci-dessous.

 

Des enjeux théoriques à la concrétisation de l’exposition sur « Le Retour de la Mémoire »

*Article rédigé suite à la lecture du livre de Jean Assman, La mémoire culturelle. Écriture, souvenir et imaginaire politique dans les civilisations antiques, Aubier. Vous pouvez lire un résumé de cet ouvrage dans cet article : Une histoire de la mémoire, de l’Antiquité à nos jours

memoire-identite

Nous observons une récurrence des thèmes de la mémoire et du souvenir ces derniers temps … Notamment avec les nouvelles techniques d’enregistrement des données qu’on pourrait désigner comme une mémoire artificielle. Dans ce contexte, nous avons voulu définir un « espace mémoire » englobant qui créer une mnémotechnie culturelle de nos terrains visant à permettre de restituer une double mémoire.

Dans un premier temps, l’exposition commence par présenter notre approche théorique, pour montrer aux visiteurs comment on accumule des souvenirs, comment on se les remémore, et à chaque fois le rôle joué par les émotions.

La mémoire vient à l’homme au cours de sa socialisation. L’individu est le seul à détenir sa mémoire, mais elle porte toujours la marque du collectif. Effectivement, les souvenirs naissent de l’interaction. Ainsi, la mémoire individuelle associe plusieurs mémoires de groupes ; seules les sensations et les impressions sont individuelles. La pensée peut fonctionner de manière abstraite mais la mémoire, quant à elle fonctionne d’après des éléments concrets. (ex)

Les idées doivent s’affilier à une forme sensible pour pouvoir s’inscrire dans la mémoire. Notre étude de la neuro-biologie de la mémoire nous a permis d’aborder ces divers processus.

Chez la Fondation Musée Schlumberger comme chez le Mouvement ATD Quart-Monde, le groupe social se constitue en communauté mémorielle, en développant une conscience de son identité à travers le temps. Aussi, la nouveauté n’apparait que sous la forme d’un passé reconstruit, en organisant l’expérience du passé et de l’avenir à travers un processus de « reconstructivité ». Ces deux institutions à travers les individus que sont nos enquêtés, partagent leurs souvenirs du passé que nous tentons ici de restituer dans le monde contemporain.

Produire de la non-contemporanéité, rendre possible une vie à cheval sur deux temps, telle est l’une des fonctions universelles de la mémoire culturelle que nous voulons exposer, c’est-à-dire de la culture en tant que mémoire.

Cette mémoire culturelle, faute de se transmettre héréditairement doit s’entretenir culturellement à travers les générations. Au delà de notre recherche théorique, c’est l’objectif que nous nous sommes données.

L’identité est une affaire de conscience, c’est-à-dire de réflexivité d’une image de soi inconsciente. C’est vrai pour les individus comme pour les collectivités. Aussi, en présentant cette exposition qui avait pour objet deux terrains spécifiques, nous avons voulu amener le spectateur à un travail introspectif sur sa propre mémoire et donc sur son identité.

Le sens culturel c’est-à-dire le rapport à la culture ne se reproduit de lui-même.
Il doit être mis en circulation et mis en scène. La circulation des savoirs populaires employés dans notre espace d’exposition, en rendant nécessaires des alliances et des interdépendances plus larges, vise à établir des identités de groupe qui dépassent la cellule institutionnelle, et permet de réunir nos deux terrains à travers ces thématiques universelles que sont la mémoire et les émotions.

Discours d’inauguration de l’exposition _ Emmanuel PARIS

Discours d’inauguration de l’exposition

« Le retour de la mémoire. Témoignages, entre histoire et mémoire »

4 février 2014, Café Expo, Université Paris 13

Emmanuel Paris

Mesdames, Messieurs,

L’exposition « Le retour de la mémoire. Témoignages, entre histoire et mémoire » inaugurée ce jour, et qui se tient depuis hier jusqu’au 14 février 2014 au « Café expo » de l’Université Paris 13, a été conçue et réalisée par les étudiantes du parcours « Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs » du Master 2 professionnel « Dynamiques culturelles. Politiques, espaces, pratiques ». Cette exposition est articulée avec le développement d’un blog, accueilli sur la plateforme de carnets de recherches en sciences humaines et sociales par le comité scientifique : hypotheses.org.

Cette exposition et ce blog sont deux outils de médiation pensés pour permettre aux promotions du parcours de formation « Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs », année après année et depuis cinq ans, d’exprimer leur réflexion à propos de l’histoire et de la mémoire comme matières vivantes, autrement dit l’histoire et la mémoire comme moyens de créer du lien social ou de mettre en visibilité des liens sociaux toujours là mais qui sont tombés dans l’oubli.

L’origine de ce projet remonte à l’année universitaire 2008-2009, durant laquelle la formation a organisé avec Christian Gaborieau, archéologue du service culturel de la mairie de La Courneuve, des randonnées archéologiques dans le territoire de cette commune. Je remercie M. Gaborieau pour cette initiative décisive, tant son regard porté sur le patrimoine archéologique de La Courneuve et dont il nous a fait part lors de ces pérégrinations, ne différenciait pas l’importance du vestige restant du VIIe siècle (la nécropole sous l’Eglise Saint-Lucien) ou du XIIe siècle (l’abreuvoir au lieu dit “La “Prévôté”, sous les vestiaires d’un stade de football), de l’existence du bidonville La Campa dont il ne reste pourtant plus aucune traces physiques.

Mes remerciements vont aussi à Benoît Pouvreau et Olivier Meyer, du Service du patrimoine culturel du conseil général de Seine Saint-Denis, qui nous ont, par la suite, aidé à mesurer les tenants et les aboutissants de l’exposition itinérante développée voici quelques années par le département : « Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974) ».

Depuis, cinq promotions du parcours « Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs » se sont relayées pour proposer chaque année de nouvelles médiations culturelles et socioculturelles à propos de la présence d’un temps passé dans le temps présent. Ce travail au long cours s’inscrit dans ce qui est appelé le « programme pédagogique annuel » de la formation de parcours          « Conception d’Evènements et Circulation des Savoirs ».

Il s’agit pour l’équipe pédagogique et les promotions de s’approprier ce fil d’Ariane : la patrimonialisation comme vitalisation des êtres et des groupes humains, avec pour chaque membre de l’équipe pédagogique la possibilité d’étudier en cours et en ateliers un aspect en rapport avec son expertise.

– Estrella Rojas encadre les étudiant-e-s sur le volet numérique de la valorisation de ces histoires et de ces mémoires singulières (via le blog) ;

– Pierre Barboza coordonne les travaux de la promotion pour concevoir et réaliser l’exposition et réfléchir avec elle sur le thème de la sociologie visuelle ;

– Alexandre Delarge, conservateur de l’écomusée du Val de Bièvre, questionne avec les étudiant-e-s les ressorts de mise en musée d’un patrimoine vivant en prenant notamment appui sur cette étude de cas ;

– Odile le Faou, chargée du pôle médiation et communication de l’Observatoire Départemental de la Biodiversité Urbaine de la Seine Saint-Denis, explore avec les étudiant-e-s les articulations entre les savoirs savants, savoirs experts, et savoirs profanes présents dans un territoire ou un groupe humain donné à propos d’un fait historique, d’un souvenir personnel ;

– Claire Oger dialogue avec les étudiant-e-s afin d’analyser les processus et les méthodes de recueil de la parole dont ils, elles se servent ensuite pour restituer sur l’exposition et le blog les témoignages oraux.

L’exposition et le blog sont alimentés cette année par des archives et des entretiens accordés par des enquêteurs mémoriels et des témoins oeuvrant pour deux structures partenaires de la formation : le « Centre International Joseph   Wresinski » de l’association ATD Quart-Monde et la Fondation Musée Schlumberger.

Je tiens à remercier James Jaboureck, directeur du département Etudes et Recherche du Centre International Joseph Wresinski – ATD Quart-Monde, Xavier Verzat, directeur du Centre International Joseph Wresinski, Gabrielle Erpicum, militante de l’association ATD Quart-Monde Noisy-le-Grand, Christophe de Ceunynck, directeur du Musée Schlumberger et Bérengère Primat, présidente de la Fondation musée Schlumberger, Alix Alduc, responsable des collections au Musée, ainsi que toutes les personnes ayant dialogué avec Gabrielle Erpicum et Alix Alduc pour témoigner et, ainsi, favoriser le retour de la mémoire dans le cadre de leur projet respectif au sein d’ATD et de la Fondation Musée Schlumberger.

Je voudrais remercier ces deux groupes humains, partenaires de longue date de cette formation, tout comme l’Exploradôme représenté aujourd’hui par Nicolas Mangeot, et l’Ecomusée du Val-de-Bièvre représenté par Alexandre Delarge, son conservateur. J’associe dans ces marques de reconnaissance Abdel Saadouni, médiateur social au sein de l’équipe municipale de La Courneuve, Lucie Poirot, présidente de la start-up « Le vent tourne » spécialisée dans le cross média à visée pédagogique, Roger Bautier, professeur au sein de l’UFR des Sciences de la communication de l’Université Paris 13, fondateur de la formation qui en 1997, annonçait ce que le parcours « Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs » est devenu depuis, et Vincent Laborey, qui fut parmi ses nombreuses activités directeur des expositions de la Cité des Science et de la Villette.

Ce que vous avez tous permis, par votre fidélité, votre confiance, est présenté très concrètement ici, aujourd’hui. C’est la capacité d’une promotion d’un Master professionnel à s’emparer de thèmes que les Sciences Humaines et Sociales et les Sciences de la Vie reconnaissent comme relevant de la recherche fondamentale. C’est, autrement dit pour les étudiant-e-s de cette formation, pouvoir réfléchir à des questions toujours ouvertes et qui intéressent le corps social mais aussi le savoir scientifique de manière permanente, dans le cadre d’un processus d’apprentissage des compétences pour exercer dans le champ professionnel de la culture, des arts et du patrimoine.

Permettez moi de remercier particulièrement Claire Oger, avec qui je co-anime le Master « Dynamiques Culturelles. Politiques, espaces, pratiques ». C’est tout à l’honneur de l’UniversitéUn que de rendre possibles des projets pédagogiques se développant année après année, sans discontinuité, de sorte que, par exemple, cette interdisciplinarité entre SHS et sciences dures dont on dit qu’elle est si difficile à fonder, prenne sens dans le cadre du travail d’étudiantes de niveau bac + 5.

Je remercie les membres de la communauté universitaire de Paris 13 ayant accompagné cette création tout au long des années ; notre UFR des sciences de la communication, le service de reprographie centrale de l’université, le service technique et bien sûr le service culturel et Annie Sellem, sa directrice, qui nous accordent leur confiance et leur support.

Pour conclure, je salue les étudiantes pour le travail accompli, et leur donne rendez-vous une fois l’obtention de ce diplôme obtenu, pour accompagner le cheminement de cette exposition vers d’autres lieux, à l’image des promotions 2011-2012 et 2012-2013, auteurs, pour la première, de l’exposition « Territoire d’enfance. Bidonville de La Campa » et, pour la suivante, de l’exposition « D’une nature l’autre. Bidonville de La Campa – La Courneuve 1957 – 1971 », deux expositions qui seront présentées dans quelques jours pour leur nouvelle étape en public sur le site de l’IUT de Bobigny de l’Université Paris 13.

Je vous remercie et vous souhaite une bonne visite.

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus