Un Noël à La Campa

Une partie de cet espace est consacrée à une thématique bien particulière : Noël à la Campa. Il nous a semblé important de revenir sur un tel événement et de le mettre en avant à travers des pièces d’archives pour mieux le recontextualiser.

Sur ce mur, on trouve d’abord une lettre, que les « enfants de La Campa » ont adressé au Maire de La Courneuve. Ces enfants le remercient d’avoir placé des sapins décorés au milieu des baraques de leur bidonville, à l’occasion des vacances de Noël 1965 et 1966. Ils terminent la lettre en lui souhaitant une bonne année et signent par leurs propres noms.

Nous avons réussi à retrouver la trace de cette lettre grâce au film documentaire « Un logement pour tous » du Pôle Image de La Courneuve, que nous avons présenté dans l’exposition « Territoire d’enfance ».

Cette lettre, lourde de sens et chargée de souvenirs, se trouve actuellement au service des archives municipales de la mairie de La Courneuve, bien sauvegardée dans son enveloppe d’origine. Grâce à l’aide précieuse de la responsable du service documentation, Fabienne Bouveau, nous avons réussi à l’intégrer à notre exposition.

Pour illustrer ce document, nous avons choisi une photographie représentant la même thématique : Noël. Les couleurs de cette photographie, mettent en relief une émotion forte, elle incarne à elle seule la thématique de cet espace.

 

 

Le Gone du Chaâba d’Azouz Begag

L’auteur, Azouz Begag, pose à travers les yeux d’un petit garçon, de façon humoristique mais innocente, la vie quotidienne de quelques familles dans un bidonville de Lyon. La pauvreté, la vie dans des conditions pénibles, les chicanes, le désœuvrement, les petits emplois de misère tissent la trame de ce roman.

Ce livre publié en 1986 (Editions du  Seuils), raconte l’enfance de Azouz, un enfant d’immigrés Algériens, originaire d’un milieu très défavorisé au Chaâba, dans une misérable habitation, sans eau ni électricité, à côté d’autres familles arabes. Le Chaâba ? Un ancien bidonville au bord du Rhône, près de Lyon, il n’y a pas si longtemps… Un amas de baraques en bois, trop vite bâties par ces immigrants qui ont fui la misère algérienne. Encore un bidonville où les éclats de rire des enfants résonnent dès le lever du soleil. Les  » gones  » se lavent à l’eau de puit et font leurs devoirs à même la terre. Chaque matin, ils enfilent leurs souliers pour se rendre à l’école avec les autres… Là, derrière les mots inscrits sur le cahier d’écriture, de nouveaux horizons apparaissent. Un monde de connaissances, de rêves et d’espoirs à découvrir.

Né en 1957, Azouz Begag est chercheur en sociologie au CNRS et a été ministre délégué à la Promotion de l’Égalité des chances de juin 2005 à avril 2007. Le Gone du Chaâba, son premier roman, a connu un succès considérable. Il a été adapté au cinéma en  1997.

 

Archive vidéo : La Campa, un bidonville de la Courneuve.

Au cours de nos recherches pour l’exposition « Territoire d’enfance », nous avons trouvé un document d’archive audiovisuel sur le site de l’INA, qui parle de La Campa. Aucune informations ne permet de dater ou de nommer les journalistes ainsi que les personnes interviewées.

Le reportage commence par un état des lieux du logement en France, de la croissance démographique et de la problématique difficulté de se loger. A cette époque, il y avait environ 15 millions de français mal logés, un réel paradoxe pour le journalise qui parle de plus de  600.000 logements construits en France en moyenne par an. A cause de l’afflux de travailleurs étrangers, cette situation n’était pas prête d’être résolue. La solution ? Construire des bidonvilles (près de 500.000) et accepter de vivre dans des conditions précaires.

Faisant un parallèle avec les sites touristiques et les immeubles luxueux de Paris, le journalise présente La Campa (à l’époque habitée par plus de 5.000 personnes) comme l’un des plus grands et des plus tristes bidonvilles de la Région Parisienne. Il explique à quel point c’était un « enfer » d’y vivre et tente de montrer, à travers images et témoignages la vie dans ce bidonville.

Malgré les regards hostiles des habitants face au journaliste et sa caméra, quelques personnes ont accepté au contraire, de parler. Maghrébins ou yougoslaves, ils ne trouvaient aucun logement ailleurs. Leur baraque à la Campa était leur chez soi et même si ce n’était guère confortable, chacun tenait à son tas de ferraille qui lui servait d’habitation.

« Avant j’étais à Lyon, un copain m’a écrit et m’a dit de venir à Paris. Je suis venu et je ne pensais pas que c’était comme ça. Je suis là depuis 1 an et demi, je cherche un logement ailleurs mais je n’en trouve pas. On peut trouver dans certains HLM des logements à 40.000 francs, mais c’est beaucoup trop cher pour moi, je gagne dans les 60.000 francs par mois » raconte ce jeune maghrébin.

Un seul point d’eau pour tout le bidonville, des incendies, des détritus… Mais comment en sortir ?

« Je veux sortir mais comment ? Moi je travaille et je gagne suffisamment ma vie, mais le problème c’est le logement. Je peux louer jusqu’à 30.000 francs par mois mais je ne trouve pas ! », S’exprime cet ouvrier yougoslave qui vivait avec sa femme et ses enfants dans une baraque à La Campa.

La spéculation immobilière n’a pas épargné les bidonvilles. Beaucoup comme ce yougoslave travaillent et gagnent bien leur vie mais même avec un salaire moyen de 80.000 francs, il était impossible de quitter cette Campa. Peut-être était-ce encore pénible d’échouer ici par misère ou manque de moyens.

D’autres interviews sont présentés dans le film. Vous pouvez trouver son intégralité le lien ci-dessous. Un extrait de quelques minutes y est consultable gratuitement :

http://boutique.ina.fr/video/CAF93017758/la-campa-bidonville-de-la-courneuve.fr.html

 

Vie quotidienne à La Campa


Dans cet espace, nous revenons sur la vie quotidienne des habitants du bidonville de La Campa, à travers des photographies et des citations, nous essayons de mettre l’accent sur les souvenirs heureux vécus dans ces lieux sinistres.

Ainsi, notre objectif est d’offrir, au-delà d’un regard misérabiliste et souvent rempli de préjugés, une image d’individus et d’enfants épanouis et heureux de vivre ensemble.

Loin des baraques froides et des rues boueuses de La Campa, se dégage un décor chaleureux où les enfants jouent et rient et les plus grands chantent et dansent… Ici, comme ailleurs, l’espoir fait vivre !

 

« Les gens aimaient bien faire la fête le dimanche, ils jouaient de la musique. Nous on dansait et on chantait. C’était très convivial »

A. Saadouni

Abdel Saadouni appuie notre propos par son témoignage. Lui, un ancien enfant de La Campa, en garde des souvenirs heureux. Il vit encore aujourd’hui àla Courneuve, dans un pavillon avec sa femme et ses quatre enfants. Souvent les dimanches, ils se rendent au parc de La Courneuve. Abdel raconte des anecdotes qu’il garde de son enfance vécue au même endroit, 45 ans plus tôt.