Le journal du canton d’Aubervilliers, soutenons le Parti!

Le journal du Canton d’Aubervilliers s’inscrit incontestablement dans une logique de soutien à l’idéologie du parti communiste et aux municipalités communistes en particulier. Il appuie la logique d’opposition au gouvernement qu’est celle des communistes à cette époque. Le bidonville de la Campa est ici avant tout prétexte à des attaques virulentes contre la politique gaulliste. Ceci se matérialise dans le fait de replacer les difficultés socio-économiques des habitants de la Campa dans le contexte plus large de la précarité que subit la classe ouvrière française. Ces articles insistent sur les chiffres, les différentes actions et projets mis en place par les municipalités communistes pour répondre au problème du mal logement.

Article du 5 novembre 1965

Cet article est une réaction aux articles de France-Soir des 23 et 24 octobre 1965 à propos du bidonville de La Campa. Le journal du canton d’Aubervilliers a visiblement perçu ces derniers comme une attaque envers la municipalité communiste de La Courneuve. L’objet principal de cet article est avant tout de valoriser les actions menées par la municipalité de La Courneuve en faveur du bidonville et de pointer du doigt l’immobilisme du gouvernement en ce domaine.

Article du 28 janvier 1966

Cet article évoque du projet de destruction du bidonville de La Campa. Pour résumer, l’article dédouane les municipalités communistes de toutes responsabilités dans le phénomène des bidonvilles, il insiste sur les mesures mises en œuvres par les municipalités communistes contre ce fléau et il accuse le gouvernement, le département et le préfet d’en porter la responsabilité.

Article du 13 décembre 1967

Cet article évoque de manière générale le phénomène des bidonvilles, par l’utilisation de photos représentant toujours des vues d’ensemble, des paysages et non des détails ou les habitants eux-mêmes de ce bidonville spécifique. Le bidonville de La Campa n’y est pas nommément cité. Ici encore, la finalité semble être de déresponsabiliser les municipalités communistes de ce phénomène et d’en rejeter l’entière responsabilité le gouvernement.

Au regard des trois articles du journal du canton d’Aubervilliers, il apparaît clairement que La Campa est ici avant tout prétexte à la diffusion de l’idéologie du parti communiste. La finalité de ces articles n’est en aucun cas d’alerter l’opinion publique sur le phénomène des bidonvilles mais plutôt de porter des attaques virulentes contre la politique du régime gaulliste ; ou encore de légitimer l’action des municipalités communistes en mettant en lumière les politiques mise en œuvre en faveur des bidonvilles par ces dernières. En ce sens, ces articles ont une teneur politique évidente inscrite dans la ligne du parti communiste.

Enfin, il est intéressant de constater que les descriptions de La Campa de ces articles sont ou sommaires, ou bien inexistantes. Parmi la sélection d’article que nous avons étudier, ici ou , ceux du Journal du canton d’Aubervilliers sont ceux qui permettent le moins aux lecteurs de se représenter les conditions de vie à La Campa. Ceci peut paraître paradoxal dans la mesure où il s’agit d’un journal local qui est géographiquement le plus proche du bidonville.

Corpus de documents de l’analyse

  • Article « La vérité sur le bidonville de La Courneuve », Le Journal du canton d’Aubervilliers n°1053 du 5 novembre 1965
  • Article « La Campa, 400 familles qui vivent dans un marécage », Le Journal du canton d’Aubervilliers n°1065 du 28 janvier 1966
  • Article «  Travailleurs immigrés, pour un statut démocratique et social », Le Journal du canton d’Aubervilliers n°1163 du 15 décembre 1967

Pour aller plus loin:

L’express, Marie-Claude figure de proue du bidonville

L’article de l’express du 28 février au 6 mars 1966 consacré au bidonville de La Campa se distingue par le fond et la forme de ceux publiés par France-Soir.

Sur le fond pour commencer, nous constatons que cet article est beaucoup mieux documenté que ceux de France-Soir. L’auteur, Robert Franc, évoque ainsi la création du bidonville ou encore le phénomène des « marchands de sommeil ». Ces éléments témoignent d’une meilleure connaissance du sujet par R. Franc que son homologue de France-Soir. En ce sens, on peut affirmer qu’il s’agit plus d’un article de fond. Cela nous renvoie à la distinction classique entre presse quotidienne et presse hebdomadaire : tandis que la presse quotidienne privilégie le traitement de l’événement « à chaud » quitte à verser de façon abusive dans l’évènementiel. La presse hebdomadaire, quant à elle, bénéficiant de délais plus important, peut se permettre de prendre plus de recul sur les événements, de traiter l’actualité sous forme de dossiers souvent mieux documentés.

Le choix des paroles rapportées par notre journaliste est aussi intéressant à étudier car c’est l’occasion pour nous de retrouver Marie-Claude qui, quatre mois après l’interview de Maurice Josco, a bien passé l’hiver. Plus sérieusement le fait de retrouver, ici, cette travailleuse sociale, précédemment portraitisée dans la presse, la fait émerger comme une figure de proue du bidonville. Marie-Claude devient une sorte de voix officielle du bidonville. On observe que les paroles rapportées, émanant d’habitants du bidonville, sont allusives et au style indirect, comme si notre journaliste n’avait eu que peu de contacts avec ces derniers et avait privilégié pour son enquête le voisinage, les associations et les sociétés en contact avec La Campa.

L’utilisation de nombreux adjectifs qualificatifs et noms communs péjoratifs pour évoquer l’atmosphère du bidonville  comme « misérables », « pestilentielles », « malheureux », « cauchemar », rappel le registre utilisé par France-Soir.

Nous venons d’évoquer le fond, parlons maintenant de la forme. Nous observons dans l’article de R. Franc un caractère polémique absent des articles de France-Soir, rien de subversif cependant. En effet, l’auteur fait allusion à divers point de la politique du gouvernement : la décision de résorber les bidonvilles et sa mise en œuvre, l’immigration ou encore la politique de construction de logement. Sous une forme très lissée, le lecteur est confronté à des questionnements autour de ces thèmes, notamment en conclusion : « Le nouvel effort du gouvernement permettra-t-il d’atteindre ce rêve ? De toute façon, il ne servirait à rien de liquider les bidonvilles existants si rien de sérieux n’était fait parallèlement pour loger les travailleurs étrangers qui vont continuer à affluer ». Il serait intéressant d’étudier l’image de l’immigration que véhicule ce texte, mais là n’est pas notre propos ; contentons-nous d’observer que l’article de l’express a une teneur plus politique que ceux de France-Soir.

Document cité

  • Article « Bidonvilles, les bulldozers attaquent à l’aube » de Robert Franc ; L’Express du 28 février au 6 mars 1966

Pour aller plus loin:

Un Nanterre algérien, terre de bidonvilles – Abdelmalek Sayad

A. Sayad, Un Nanterre algérien, Terre de bidonvilles

« Un Nanterre algérien, terre de bidonvilles » est un essai ayant pour thématique la naissance et l’existence des bidonvilles à Nanterre dans les années 1950-1960. L’ouvrage s’intéresse particulièrement au bidonville du « Petit-Nanterre », aujourd’hui disparu, mais anciennement situé au nord-est de la commune, à proximité de l’actuelle faculté.

L’auteur, Abdelmalek Sayad, est un sociologue franco-algérien, spécialiste de l’immigration. Il fut directeur de recherche au CNRS et à l’EHESS, ainsi qu’assistant de Pierre Bourdieu.

Les bidonvilles de Nanterre eurent pour spécificité d’être peuplés majoritairement par des immigrés originaires d’Algérie, travailleurs isolés dans un premier temps et familles entières par la suite. Ces bidonvilles, leurs importances ainsi que leurs types de population ont durablement marqué l’image de Nanterre dans les esprits. Abdelmalek Sayad revient sur cette période, aujourd’hui effacée du paysage urbain, mais non des mémoires, et tente d’en expliquer les causes : il appuie son discours par des entretiens réalisés auprès d’anciens habitants des lieux. Sayad utilise, également, des données topographiques et démographiques pour illustrer ces propos. Un corpus photographique ainsi qu’un plan de Nanterre, indiquant l’emplacement des bidonvilles de l’époque, viennent étayer le texte.

A Nanterre, l’immigration en provenance d’Afrique du Nord a débuté avant la seconde guerre mondiale. Déjà dans l’entre-deux-guerres, des usines de Nanterre avaient recours à de la main d’œuvre qu’elles faisaient venir des pays du Maghreb. Il s’agissait alors d’hommes isolés venus travailler en France sans leurs familles. Après la seconde guerre mondiale, le phénomène s’accélère, le nombre de travailleurs isolés augmente rapidement. Pour se loger, ces derniers ont recours aux « cafés-hôtels » : cafés détenus par des immigrés plus anciennement installés. Ces derniers tiennent aussi bien lieu de dortoirs collectifs que de cantines du soir. Les travailleurs émigrés y louent un lit bien souvent occupé par un autre dès qu’ils partent au travail. Les travailleurs de nuit occupant les lits des travailleurs de jour.

La demande en matière de logement est tellement importante que les lieux deviennent vite suroccupés et insalubres. Pour répondre à la demande, les tenanciers des « cafés-hôtels », véritables marchands de sommeil, en viennent à construire des baraques sur des terrains vagues attenant à leurs commerces. Il faut voir dans cette entreprise l’acte constitutif du bidonville : un tenancier de café-hôtel construit une baraque (pour la louer) d’abord discrète, puis une deuxième, un peu moins discrète, et ainsi de suite. Le bidonville se construit à partir de là :

Le bidonville ne se crée pas, un jour, à une date précise ; il ne s’inaugure pas. Il est une création continue. Ce n’est que lorsque les baraques, les unes après les autres, ont formé le bidonville que l’on prend conscience qu’elles ont été construites progressivement, l’une à côté de l’autre.[1]

Les années 1950-1960 sont marquées, notamment en région parisienne, par une forte crise du logement. Les travailleurs les plus pauvres sont dans l’incapacité d’accéder à un logement « normal ». C’est ainsi que se développent les solutions alternatives que représentent les « cafés-hôtels » et les locations de baraques. Les regroupements de personnes ne sont pas le fruit du hasard, ces derniers s’opèrent à travers des réseaux familiaux ou de proximité (même village ou région d’origine en Algérie).

La guerre d’Algérie va précipiter l’émigration des familles des travailleurs isolés en France. Face aux dangers de la situation, de nombreuses familles font le choix d’envoyer les femmes et les enfants retrouver leurs maris et leurs pères. Du jour au lendemain, des travailleurs algériens isolés qui ne rentraient en Algérie que un ou deux mois par an, se retrouvent, en France, avec femme et enfants. Beaucoup découvrent ainsi leurs rôles de chef de famille.

Cette arrivée s’est effectuée de manière précipitée, principalement entre 1955 et 1961, c’est à dire durant les années de plus grande perturbation consécutive à la guerre en Algérie, surtout dans les zones rurales.[2]

Dans ces conditions, le logement en « café-hôtel » dont s’accommodaient les travailleurs isolés ne convient absolument plus pour des familles entières. Beaucoup de pères de famille font alors le choix d’installer les leurs sur les terrains vagues déjà occupés par les baraques des « cafés-hôtels ». En toute illégalité, face à l’urgence de la situation, avec des matériaux achetés pour l’occasion, ces hommes se mettent à construire leurs propres baraques afin d’offrir un logement offrant un minimum d’intimité pour leurs familles. Il faut environ deux ou trois week-ends pour qu’un homme, aidé par des amis et des connaissances, construise sa baraque.

L’arrivée des familles s’est concentré autour des années 1957-1959 : une arrivée tous les quinze jours en 1957 et 1958, une toutes les semaines en 1959 ! Et dans le même laps de temps seulement une vingtaine de famille au maximum en sont parties.[3]

Pour ces familles l’arrivée en France est une grande désillusion. Elle coïncide avec la découverte des conditions de vie dans le bidonville. On est loin de la nouvelle vie que l’on pensait commencer en quittant l’Algérie. Car l’existence en bidonville est difficile et précaire. Outre la pauvreté de l’habitat, Abdelmalek Sayad, insiste sur certains éléments particulièrement éprouvant pour ceux qui vécurent au bidonville du Petit-Nanterre : La boue, les immondices, le feu, les rats et l’eau.

La boue d’abord, qui s’accroche aux chaussures et stigmatise l’habitant du bidonville où qu’il aille. La boue apparaît dans la mémoire des habitants comme le symbole de la honte accrochée à eux :

Aux yeux de tous, la boue est ce qui signe l’appartenance au bidonville. Elle est la marque d’une infra urbanité, pour ne pas dire d’une infra humanité. Être crotté alors que l’on est en ville, c’est ne pas appartenir à la ville. L’habitant du bidonville est cet être de « l’entre-deux », cet hybride à cheval entre deux mondes, deux mondes dont il ne peut faire partie, aucun deux ne voulant de lui : ni rural parmi les ruraux, ni parfaitement urbain.[4]

Les ordures sont, au même titre que la boue, un élément qui stigmatise les habitants du bidonville. Aux yeux du monde extérieur, celui qui accepte de vivre dans de telles conditions est forcément sale. Les immondices restent ainsi encore attachée à l’image du bidonville :

Parce que le bidonville était ignoré de la municipalité, pour laquelle il n’avait pas d’existence officielle (ni fiscale, celle-ci étant l’expression de celle-là), il a été tenu de garder par devers lui ses ordures, de les entasser nécessairement à proximité, et, à la longue, de vivre avec elles, au milieu d’elles, jusqu’à s’identifier et à être identifié à elles.[5]

Le feu, ensuite, car les habitants du bidonville ne possèdent que très rarement l’électricité, ils s’éclairent donc à la bougie et se chauffent au poêle. Les incendies sont ainsi fréquents dans le bidonville, certains pouvant ravager plusieurs dizaines de baraques en une nuit.

Autre souvenir déplaisant : les rats. D’après les témoignages des anciens habitants, les rats pullulaient dans le bidonville et constituaient une source d’angoisse. A. Sayad évoque à ce titre une anecdote à propos d’un rat ayant mordu un nourrisson.

Enfin, dernier élément éprouvant pour les habitants du bidonville et particulièrement mis en avant par l’auteur : l’eau. L’eau qui posait un problème paradoxal aux habitants : l’eau de pluie ne s’évacuait pas et formait flaques et bourbiers à l’origine de la boue précédemment évoquée, et qui menaçait également l’étanchéité des baraques. A l’inverse, l’eau pour la consommation courante (cuisine, nettoyage, toilette) était difficile d’accès.

D’un côté, on parle des difficultés que l’on a à se protéger de la pluie et des inondations ; de l’autre, de la difficulté que l’on a à s’approvisionner en eau consommable. On souffre d’être contraint d’aller s’approvisionner en quelques points (deux robinets seulement, tous les témoignages concordent à ce sujet) relativement éloignés des baraquements et situés tous à la frontière du bidonville, sur le bord de la chaussée qui en fixe la délimitation.[6]

Le problème de l’approvisionnement en eau dans le bidonville donne ainsi naissance à un commerce :

Préoccupation de tous, hantise constante de tout le bidonville, il est logique que l’eau et son approvisionnement donnent lieu à une exploitation et à un commerce. Et cela pour plusieurs raisons. D’abord parce que le chef de famille part au travail le matin de bonne heure et revient le soir tard ; les autres personnes de la famille ne sont pas toujours disponibles ou n’ont pas la force nécessaire pour s’acquitter de cette corvée très fatigante.[7]

Dans ces conditions, il fallait bien que se constitue un indispensable « service de l’eau », un service quasiment spontané et quasiment sauvage, pratiqués par des intermédiaires véritables « porteurs d’eau ». Service qui renoue avec une très ancienne tradition. […] S’acquitter de la corvée d’eau par procuration, en recourant aux services de tiers qu’il faut monnayer, dispense de cette épreuve humiliante qui consiste à effectuer publiquement une opération domestique qui ne devrait pas quitter l’espace privé. […] Un véritable métier naît alors, métier d’hommes du bidonville, « homme du dedans », les appelle-t-on, hommes âgés, retirés de la vie active ou hommes quelque peu handicapés physiquement ou mentalement »[8].

D’autres activités marchandes se développe également à l’intérieur même du bidonville. Ainsi, parallèlement à son développement spatial ce dernier  va connaître un développement de ses structures internes, au premier rang desquelles les commerces :

Peu à peu le bidonville s’est donc installé. Le voilà devenu un véritable monde, un cosmos inclinant vers une autonomie presque totale. Espace de relégation, le bidonville va jouer aussi le rôle d’un espace de refuge. En tant que tel, il va tendre vers la plus grande autarcie possible. En même temps qu’il ne cesse de croître et de s’étendre, il s’est doté de structures de vie qui lui sont spécifiques. Il a secrété son organisation spatiale et son architecture mais aussi toute une économie interne. On a vu le rôle fondateur que les « cafés-restaurants-hôtels arabes » de Nanterre ont joué dans l’invention et le lancement du bidonville. Mais, à mesure que celui-ci accédait à une existence autonome, il a installé ses propres commerces et services.[9]

Les premiers commerces à se développer dans le bidonville furent ainsi des « cafés-baraques » :

Ce fut en premier lieu, juste retour des choses, le commerce des cafés. Les brasseries avaient enfanté des baraques, à présent ces baraques vont se doter de leurs propres cafés, « cafés-baraques » comme il se doit.[10]

Il est aussi fait mention au sein du bidonville de l’existence d’un coiffeur, d’un cordonnier, de marchands de fruits et légumes, de poissons et « d’autres artisans ». Toutes ses activités étaient illicites dans la mesure où elles avaient lieu hors de tout contrôle de l’état. Aucune autorisation n’était jamais demandée pour faire commerce dans le bidonville :

Il faut aussi prendre en considération toute une série de commerces ou d’activités artisanales qui s’exercent en plein air, mais de manière irrégulière : un coiffeur et un cordonnier avaient installé, l’un, une chaise et un miroir mobile et, l’autre, une petite enclume avec une trousse à outils, rue des Tartarins, au lieu que tout le monde appelait  la « place El-Q-ahira », place du Caire. Des marchands de légumes et fruits, de poissons parcourent les bidonvilles avec leur charrette à bras. D’autres artisans s’installent dans une encoignure de « cafés-baraque » et prennent ainsi leur part à l’animation de ces locaux.[11]

Notons, que l’essai s’intéresse particulièrement à l’existence de boucheries dans le bidonville et en explique les raisons :

Le cas des bouchers est sociologiquement intéressant. On peut dire que le bidonville a suscité de véritables vocations. En règle générale tous les « bouchers de bidonville » ont suivi le même itinéraire. Cela commence à la manière d’un rite de convivialité, hors de toutes intentions commerciale : une personne de confiance, considérée comme un sage et connue aussi pour son habilité manuelle et son savoir-faire commercial, s’occupe, à la demande d’un petit groupe, d’acheter un ou deux moutons et de procéder, un dimanche matin, au sacrifice des bêtes, dont la viande est répartie entre tous les participants. […] La viande revient ainsi sensiblement moins cher. […] Peu à peu, la demande commençant à se généraliser, c’est tout naturellement que quelques-uns vont finir par ouvrir des « baraques boucherie » et devenir de véritables professionnels. Une des conséquences de cette mutation est que la « boucherie du bidonville » constitue un véritable appel à l’orthodoxie religieuse.[12]

Enfin, en plus des activités commerciales déjà évoquées, le bidonville a progressivement vu naître un marché hebdomadaire :

Un autre repère temporel est fourni par le marché hebdomadaire. On y vend et on y achète tout, jusqu’à la volaille vivante. Mais les étals les plus fournis sont ceux de la friperie et du bricolage.[13]

A. Sayad insiste fortement sur les liens sociaux que ces commerces de proximité permettent de tisser entre les habitants du bidonville :

Lieux de compensation ou de substitution [les cafés-baraques] que l’on se donne pour pallier l’exiguïté des baraques, ils vont devenir des espaces d’intense sociabilité. C’est la loi du genre : lorsqu’il y a déplacement d’hommes, leur première empreinte et leur première manière de s’approprier le territoire, c’est l’invention des cafés, qui doivent répondre aux besoins élémentaires de la vie individuelle. Parce qu’il est un espace qui leur est totalement concédé de fait, les différents groupes de population essayent de reconstituer, à partir de miettes matérielles et culturelles, quelque chose de leur « chez-soi »[14].

En apparence on ne ferme pas très tard (18-19 heures), mais en réalité, de véritables veillées et causeries s’y organisent et se transforment en djémâa (assemblée des hommes) dès que le rideau est tombé. Les horaires d’ouvertures sont totalement fictifs. Dans ce monde de l’interconnaissance intégrale, l’épicerie, la boucherie et même le café entrouvrent leurs portes dès le moindre appel, secourant ou dépannant le client à tout moment.[15]

A la fin des années 1960, les pouvoirs publics mettent en œuvre un grand plan d’éradication des bidonvilles. Le bidonville du « Petit-Nanterre » est donc évacué puis détruit. Ces habitants sont relogés en partie dans des HLM mais pour la majorité dans des cités de transit. Ce nouveau départ est souvent une déception pour ceux qui viennent de quitter le bidonville. Car si la cité de transit entraîne une amélioration certaine des conditions de vie par rapport au bidonville. Cette dernière est une forme hybride entre le bidonville et le HLM. Un habitat « pensé » pour accueillir les habitants du bidonville, et non l’habitation de Monsieur Tout-Le-Monde.

On trouvera la formule bâtarde de la cité d’urgence ou de transit, compromis entre le bidonville que ses occupants viennent de quitter et de l’appartement en HLM, formule qui inclinera à une autre forme de révolte.[16]

Si le bidonville est, bien sûr, un « logement d’Arabe », parce qu’effectivement construit par les arabes eux-mêmes, le logement qu’on lui a substitué, cité de transit ou cité d’urgence, est finalement perçu comme une forme dégradée de l’appartement ou du logement  vrai, comme un logement « fait pour les Arabes », bon pour ceux qui ne méritent pas ou qui sont indignes d’un vrai logement. N’est-ce pas là d’ailleurs la vraie lecture que l’on peut faire de l’intention que porte en lui le relogement en cité de transit ?[17]

Le relogement en cité de transit est d’autant plus mal vécu qu’il s’accompagne de la découverte de l’échéance du loyer et des frais induits par la vie en appartement (eau, électricité) par des personnes n’ayant pas connu ces contraintes jusqu’alors :

Une des premières déconvenues porte sur le loyer, surtout quand le nouveau logement, qui coïncide précisément avec la première expérience du loyer dans le cas des familles qui étaient « propriétaires » de leur habitation dans le bidonville, n’est qu’un logement de circonstance, de dépannage (c’est le cas des cités de transit) et, par conséquent, un logement toujours « trop cher».[18]

Le loyer apporte avec lui la notion d’échéance fixe et régulière, inconnue jusque-là de cette population, et que ne connaissent pas même les locataires des baraques, qui peuvent toujours bénéficier  de la souplesse des relations sociales qui les lient à leurs propriétaires, les exploitants des cafés d’alentour.[19]

Face à leur nouvelle vie en cité de transit, certains anciens habitants du bidonville, en développeront une certaine nostalgie. Un discours récurant des anciens habitants blâme la disparition de la forte solidarité qui les unissait dans l’ancien bidonville. Ce phénomène est loin d’être exclusif au bidonville du « Petit-Nanterre ». On retrouve des témoignages similaires dans les entretiens d’anciens habitants d’autres bidonvilles.

Quitter le bidonville, c’est sans doute échapper à une misère difficilement supportable ; n’est-ce pas aussi abandonner un univers, dont on soulignera, parfois avec regret, certaines valeurs, quand on les aura perdues ? [20]

On peut se demander si, hors de tout romantisme, la nostalgie ne porte pas sur la vague survivance des valeurs paysannes que l’on croit déceler et que l’on continue à respirer dans l’univers reconstitué de l’ancien bidonville. Finis les anciens lieux de réunion spontanés que l’on s’était donnés, manière de retransposition des djémâa traditionnelles ; finis les anciens échanges de nourriture aux fêtes familiales, les anciens prêts en nature ou en espèces que les femmes s’accordaient les unes aux autres ; finis tous les dons et contre-dons (l’appartement serait plutôt le lieu du donnant-donnant) ; finis les multiples services que l’on peut se rendre mutuellement, et qui peuvent être de l’ordre du dépannage en sel ou en poivre, ou d’une bougie que l’on peut trouver auprès du voisin ; finie la solidarité ancienne, ou, plus exactement, le sentiment d’une solidarité collective et quasi mécanique, qui n’est que le fruit de l’interconnaissance que le bidonville avait réalisé, et qu’il promettait, à la manière du village traditionnel.[21]

Certains des anciens, surtout ceux qui ont connu les cités de transit, avouent avoir pris l’habitude, des années durant, de retourner au bidonville pour y retrouver leurs amis, ou, plus simplement, pour respirer l’atmosphère d’un lieu familier ! [22]

Pour terminer, nous pouvons dire que l’ouvrage d’Abdelmalek Sayad nous offre une vision très complète de la vie de la communauté algérienne au sein des bidonvilles de Nanterre. Dans le cadre de nos travaux sur le bidonville de La Campa à La Courneuve, il peut être intéressant de tisser des analogies entre la communauté algérienne du « Petit-Nanterre » et celle de La Campa. Enfin signalons que les extraits ayant servi à cette fiche de lecture sont constitués principalement des analyses de l’auteur. Ce dernier utilise également des données démographiques et des extraits d’entretiens qui peuvent constituer un matériau intéressant pour de futurs travaux.

Pour aller plus loin:

L’immigration portugaise et les bidonvilles

Un autre ancien bidonville effacé du paysage urbain: La Campa


[1] Abdelmalek Sayad et Eliane Dupuy, Un Nanterre algérien, terre de bidonville, 1995, éditions Autrement. Page 25

[2] Ibid. page 36

[3] Ibid. p. 33-34

[4] Ibid. page 45

[5] Ibid. page 92

[6] Ibid. page 48

[7] Ibid. page 57

[8] Ibid. page 59

[9] Ibid. page 76

[10] Ibid. pages 76

[11] Ibid. page 78

[12] Ibid. page 78-79

[13] Ibid. page 80

[14] Ibid. pages 76-77

[15] Ibid. page 80

[16] Ibid. page 110

[17] Ibid. page 112

[18] Ibid. page 115

[19] Ibid. page 121

[20] Ibid. page 103

[21] Ibid. page 113

[22] Ibid. page 114

France-Soir ou la mise en scène du misérabilisme

Commençons par situer France-Soir dans le paysage médiatique français. France-Soir est aujourd’hui un quotidien du soir, mais dans les années 1960 ce dernier connaissait plusieurs éditions quotidiennes (l’information étant partiellement renouvelée au cours de la journée). Le journal se caractérise par une forme de populisme marquée notamment par une quête du scoop et de l’événementiel. Par comparaison avec le quotidien de référence qu’était Le Monde qui s’adresse à une certaine forme d’élite, France-Soir est un quotidien beaucoup plus populaire. Il faut néanmoins signaler que dans les années 1960, son tirage était supérieur à un million d’exemplaires par jour.

Dans le cadre de notre étude, nous nous intéressons exclusivement à deux articles de France-Soir sur le thème du bidonville de La Campa. Ces deux articles ont le même auteur, Maurice Josco, et sont publiés à un jour d’intervalle l’un de l’autre.

Le premier article (23 octobre 1965) se présente comme une immersion misérabiliste et pseudo compatissante dans « l’univers » du bidonville de La Campa par Maurice Josco, reporter de son état. Extrait:

Extrait France Soir 23 octobre 1965

France-Soir, article « Bidonvilles », Maurice Josco, 23 octobre 1965

France-Soir, article « Bidonvilles », Maurice Josco, 23 octobre 1965

Au premier abord, le ton de l’article peut aujourd’hui prêté à sourire par le caractère désuet de la narration. Expliquons-nous, le genre de cet article est clairement celui du reportage de terrain : Maurice Josco affirme avoir passé plusieurs jours dans le bidonville de La Campa ; le bidonville est présenté aux lecteurs via une sorte de visite guidée ; pour relater son expérience notre journaliste s’appuie sur des descriptions assez précises comme par exemple celle des habitations. Néanmoins, il apparaît très rapidement que M. Josco opère une dramatisation exagérée de son expérience. Pour preuves, nous pouvons relever un grand nombre d’expressions donnant une vision inhumaine du bidonville : « Noisy-sur-Enfer », « rien vu de plus horrible en ce monde », « plutôt mourir que d’y vivre », « c’est l’enfer » – il est intéressant de noter que selon la morale chrétienne traditionnelle, les personnes se trouvant en enfer le mérite-, « chiens squelettiques », « le silence de la mort lente »…

Il se dégage au final de cet article une impression de « pseudo-complaisance », de fausse empathie, dans le sens où notre reporter semble plus soucieux d’émouvoir ses lecteurs que de dénoncer de manière objective les conditions de vie des habitants de La Campa. L’étude du paratexte appuie également cette idée : en effet, les trois illustrations de l’article (deux photos et un schéma) opèrent un effet de zoom, pour aller au plus prêt de la « misère ». La photographie ouvrant cet article présente un plan large du bidonville montrant la boue, des habitants et les habitations en arrière-plan. La seconde photographie montre en vue rapprochée une habitation particulière : la double carcasse de voiture des deux Yougoslaves évoqués dans le corps de l’article. Cette même photographie est jouxtée d’un schéma expliquant l’agencement interne de l’habitation. Les illustrations de cet article opèrent donc un effet de zoom avant, allant de l’extérieur des habitations à l’intérieur d’une en particulier. Le fait de mettre en avant l’histoire d’une personne, de sa vie et de ses conditions de vie humanise la situation. On ne parle plus de la Campa en général mais du cas de ces deux Yougoslaves qui vivent sous cette « tanière ».

France-Soir, article « Bidonvilles », Maurice Josco, 23 octobre 1965

Si l’on analyse le schéma détaillant l’aménagement bricolé de deux carcasses de voitures, on peut en conclure que la rédaction à chercher à vulgariser un certain savoir pratique. En effet, le but de ce schéma est de montrer la précarité de cette habitation, en mettant en avant la petitesse et les quelques éléments servant à améliorer le quotidien comme « la valise servant de chaise ». Mais ce qui est intéressant ici, c’est de voir comment l’homme peut s’adapter à ce genre de situation en bricolant avec les moyens du bord. Ce mode de vie aussi précaire et insalubre soit-il (comme on peut le constater tout au long de l’article) nécessite de l’ingéniosité et un savoir pratique.  On peut donc dire que ce schéma révèle une sorte de vulgarisation d’un savoir pratique propre à ceux qui vivent dans ces conditions très précaires.

Le plan en vu aérienne de l’habitation permet au lecteur de l’article de se représenter assez clairement la précarité de ces habitations. Cela a pour conséquence d’accentuer la vision dramatique du bidonville de La Campa.

Il est également intéressant de noter que les paroles rapportées par notre journaliste appuient toutes l’idée du bidonville comme un enfer honteux dont on cherche par tous les moyens à sortir, comme l’illustre les propos de Mme Flores. D’une part Flores, une femme, mère de quatre enfants, qui fait tout pour offrir à ses enfants une vie normale (elle tient à leur scolarité, à leur hygiène), elle est à la recherche d’un travail et d’un appartement en attendant que sa chance tourne et qu’elle puisse quitter la Campa.

Par ses procédés de narration, on pourrait rapprocher cet article, des reportages à sensations télévisées tels que Zone Interdite ou Le Droit de Savoir.

Le second article de France-Soir (24-25 octobre 1965) consacré au bidonville de la Campa s’intéresse particulièrement à la figure de Marie-Claude, « l’ange perdu en enfer ».

France-Soir, article « Bidonvilles », Maurice Josco, 24-25 octobre 1965

France-Soir, article « Bidonvilles », Maurice Josco, 24-25 octobre 1965Par cette accroche nous comprenons que le ton de cet article sera similaire à celui de la veille. Marie Claude, donc, « a choisi La Campa car voulant descendre dans l’abîme, elle a préféré le plus profond ».  Nous apprenons ensuite que Marie-Claude est membre de l’association « Aide à toute détresse », et qu’elle a choisi de faire une carrière sociale. Suit une description physique de Marie-Claude et de son habitation ; pour enfin arriver à l’interview de cette dernière où nous comprenons que Marie-Claude est la compassion et le courage incarnés : « mon espoir suprême, c’est de faire la preuve que ces êtres humains sont adaptables à la société », « ces gens qui n’ont rien m’émeuvent par leur générosité », « avec du courage et beaucoup de patience on arrivera à ce que les habitants des deux mondes n’aient plus peur les uns des autres ».

Restons en là quant à la présentation de Marie-Claude, mais intéressons nous plutôt au choix de cette figure comme « porte-parole » du bidonville.  Si l’image qui est donnée de Marie-Claude par le reporter est très positive, son action présente d’une certaine manière les habitants du bidonville comme des individus « assistés », incapables d’effectuer eux-mêmes certaines démarches administratives qui peuvent paraître élémentaires aux lecteurs du journal. On peut également percevoir le choix de Marie-Claude comme une forme de renoncement de la part du journaliste : plutôt que d’interviewer directement un habitant du bidonville (paresse ? crainte ? problème de communication ?), celui-ci a choisi d’interviewer une jeune travailleuse sociale qui est déjà par sa fonction une interface de médiation entre le bidonville et l’extérieur. Mais rappelons que Marie-Claude n’est pas une « vraie » habitante du bidonville, elle a fait le choix d’y vivre et maîtrise les mêmes codes culturels que notre journaliste. On peut donc voir dans l’interview de Marie-Claude par M. Josco un choix de la facilité pour ce dernier. Marie-Claude a décidé de tout quitter pour vivre dans le bidonville et ainsi de pouvoir aider les habitants. Elle est désignée comme « l’ange de cet enfer ». La mise en parallèle des personnages de Mme Flores et Marie-Claude est remarquable dans la mesure où la première essaye de tout faire pour quitter le bidonville tandis que la deuxième a tout quitté pour y vivre.

Enfin lorsque l’on compare les effets produits par les deux articles que nous venons d’évoquer, il est possible d’en dégager deux orientations distinctes: d’un côté l’article du 23 octobre 1965 crée un effet d’apitoiement autour des habitants du bidonville ; de l’autre coté, l’article des 24 et 25 octobre 1965 sanctifie l’action menée par Marie-Claude. On retrouve à travers ses thématiques des sujets visant à faire vibrer la corde sensible autour de valeurs de la morale chrétienne.

Retenons donc que France-Soir opère une dramatisation autour du bidonville de la Campa pour toucher le pathos de ses lecteurs.

Corpus de documents de l’analyse

– Article « Bidonvilles » de Maurice Josco ; France-Soir du 23 octobre 1965, document pdf

  1. France-Soir, article « Bidonvilles », Maurice Josco, 23 octobre 1965. Partie 1
  2. France-Soir, article « Bidonvilles », Maurice Josco, 23 octobre 1965. Partie 2

– Article « Bidonvilles » de Maurice Josco ; France-Soir des 24-25 octobre 1965

  1. France-Soir, article « Bidonvilles », Maurice Josco, 24-25 octobre 1965. Partie 1
  2. France-Soir, article « Bidonvilles », Maurice Josco, 24-25 octobre 1965. Partie 2

Pour aller plus loin: