Le parc de la Courneuve, un vaste terrain et que d’histoires!

Aujourd’hui la commune de la Courneuve s’étend sur 752 hectares, dont 173 hectares couverts par le parc départemental en photo ci-après.

Le parc de la Courneuve

Il faut s’avoir que cette ville a toujours possédé de vastes plaines, c’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle le bidonville de la Campa s’est installé sur ce terrain.

Comme l’explique l’historien Jean-Michel Roy, la ville de Paris était en quête de terrains  libres pour loger une population toujours plus croissante et principalement les populations qui posaient à l’époque problèmes pour la capitale. La Courneuve répond parfaitement à cette quête dans les années 58-60.

«  Au départ il y avait un p’tit campement autour de 3-4 cabanes et puis lorsqu’on a euh fermé les autres bidonvilles, où c’est le bulldozer qui passe hein, euh lorsqu’on les a détruits euh la, la, l’info a circulé, ça c’est fait en quelques jours… »[1]

La Campa accueille donc  les habitants des bidonvilles résorbés des Franmoisins, de Nanterre et de Noisy, ainsi que tous les gens mal-logés et les individus considérés comme problématique pour la ville de Paris.

Ce parc ne garde aujourd’hui aucune trace du bidonville qui occupait jadis tout cet espace. Nous vous parlons ici du troisième espace le plus vaste parmi les espaces verts de la région parisienne. Dans les années 60, ce parc a par ailleurs accueilli des centaines de familles de différentes origines, qui seront pour la plus part relogé dans les cités Hlm construites aux alentours.

Parc de la Courneuve

Il est difficile d’imaginer que ce parc ait pu accueillir une micro-ville abritant des baraquements, des caravanes, des communautés organisées en quartiers et pourtant toute cette vie, toutes ces mémoires ont participé à la construction de l’histoire de la ville de la Courneuve.


[1] Retranscription intégrale de l’intervention de Jean-Michel Roy, historien au service culturel de la Courneuve, le 16 janvier 2009, à l’université Paris 13, devant les étudiants du « Master exposition ».

« Vous voyez, c’était là… »

visite guidée du parc de la Courneuve par Abdel Saadouni, ancien habitant de la Campa, le 18 octobre 2008
Visite guidée du parc de la Courneuve par Abdel Saadouni, ancien habitant de la Campa, le 18 octobre 2008
L’ensemble des témoignages étudiés nous renvoient à un même constat ; les anciens habitants de la Campa, ou les personnes qui ont connu le terrain, présentent un besoin de montrer les choses. Ils nous énumèrent chaque détail comme si le bidonville était toujours là.

« C’était immense. Voilà, ça s’étendait comme ça à peu près… Tout ce côté-là, jusqu’au… Il n’y avait que des champs quoi, voilà! Comment on peut dire euh, y avait euh y avait le camp des gitans, y avait camp des tunisiens, y avait le camp des algériens, y avait heu, et dans chaque camp y avait un chef qui euh, qui gérait un peu là … Voilà ! Là j’aurais du…, c’est pas que j’aurais du mal un peu à situer hein, mais je pense que le bidonville se trouvait à peu près… Ici, il y avait une petite rivière qui passait, voilà. Après, il y avait…, comme un…, une retenue, un peu, d’eau. Nous, je me rappelle, on coupait des capots de voiture et on en faisait des petites barques, voilà. Et, après, à mon avis, il s’étendait d’ici. »[1]

Abdel Saadouni, quitte le Maroc à l’âge de huit ans et s’installe avec sa famille au bidonville de la Campa. Il vit alors dans un baraquement en carton et se souvient bien de la boue, du froid, mais ce qu’il retient avant tout c’est la fraternité et l’entraide avec les différentes communautés du bidonville, les espagnols, les français, les algériens…

Actuellement au service démocratique participatif, il a toujours accordé du temps et de l’engagement aux jeunes et plus généralement à la dynamique de sa ville. Il sera donc sollicité par le cabinet du maire, pour sa sociabilité et sa proximité avec les habitants de le Courneuve, on l’appelle d’ailleurs « l’ancien des 4000 ».

« Alors comme je vous expliquais, il y avait plusieurs…, plusieurs camps, à l’intérieur. Il y avait le camp des Portugais…, le camp…, le…, comment ça s’appelle…, le camp des Algériens, le camp des Algériens-Marocains, etc… Il y avait aussi quelques uns qui faisaient comme des hôtels, pour tous ceux par exemple qui étaient célibataires, ils refaisaient comme des foyers à l’intérieur. Il y avait plusieurs petites baraques, chacun était loué…. ».

Monsieur Saadouni a partagé avec les étudiants et l’équipe pédagogique un ensemble de ses souvenirs, faisant revivre le parc de la Courneuve aux rythmes de la Campa.

Pour obtenir des compléments d’information sur l’emplacement de la Campa au sein du parc de la Courneuve, voir le billet « Un vaste terrain et que d’histoires! »


[1] Propos d’Abdel Saadouni, visite du parc de la Courneuve le 18 octobre 2008

Introduction

De nos jours, nous avons tous en tête les images de bidonvilles venues d’Inde ou des favelas d’Amérique du Sud. Mais il n’est pas nécessaire d’aller dans des pays aussi exotiques, la France disposant de sa propre histoire en la matière.

Entre 1958 et 1969, la France est dirigée par le régime du général De Gaulle. Ce régime peut-être définit comme étant de droite conservatrice avec une orientation paternaliste mais avec aussi un certain nombre de préoccupations sociales (politique de démocratisation culturelle par exemple).

En 1965, les stigmates de la Seconde Guerre mondiale sont encore bien présents. La France connaît, notamment dans certaine région (dont l’Île-de-France) une crise du logement engendrée par les destructions de la guerre. La politique gaulliste en matière de construction ne parvient pas à endiguer ce phénomène.

Les années qui suivent la fin de la Seconde Guerre mondiale sont aussi celles de « l’âge d’or » du Parti Communiste en France. Ce dernier connaît des scores électoraux sans commune mesure avec ceux que nous observons aujourd’hui. Depuis les années 1920, des municipalités, dont la population est principalement ouvrière, ont un maire communiste. Ce phénomène est notamment perceptible dans certaines villes de la banlieue parisienne comme, par exemple, Saint-Denis, Ivry, Pantin, La Courneuve ou encore Aubervilliers.

Enfin, la France connaît dans les années 1960 une croissance économique sans précédent, le chômage y est quasi inexistant, on parle alors de « plein-emploi ». Pour soutenir la croissance économique et lui fournir la main d’œuvre nécessaire à la reconstruction du pays, la France a recours à une politique d’incitation à l’immigration massive.

Le fort taux d’immigration augmente le besoin en logements de la population. C’est dans ce contexte que vont naître les bidonvilles, habitations précaires regroupées sur des terrains souvent insalubres, où vont vivre des personnes, majoritairement immigrées, parfois françaises, avec bien souvent leurs familles.

Le projet de ce blog est de présenter cette histoire à partir de l’exemple particulier du bidonville de La Campa, qui se situait à La Courneuve.

Dans le cadre de notre projet « En deçà de l’écran radar », nous essayons de dépasser la vision du « phénomène bidonville », globalisant et observé de loin. Ce point de vue a en effet le désavantage de rester à un niveau de détails insuffisant pour l’étude optimale du sujet.

Nous avons choisi de traiter le sujet de La Campa en partant avant tout des habitants de ce site. Les raisons les ayant poussés à venir en France, leur perception du bidonville, leur ingéniosité, les stratégies d’adaptation à la misère et la saleté sont autant de portes d’entrée possibles pour comprendre les réalités de cette enclave communautaire en milieu urbain.

De fait, l’approche détaillée retenue permet d’affiner notre lecture et notre compréhension du sujet. Elle a également pour objectif  une certaine « réhabilitation », une mémoire de ces populations ayant marquées quoi qu’on en pense l’histoire de la Seine-Saint Denis. Une époque refoulée qui s’avère pourtant d’actualité pour celui observant la résurgence de nombreux bidonvilles aux abords de nos villes franciliennes.

Montreuil « débordé » par l’afflux de Roms

article_1812-PAR02-MONTREUIL02[1]

Article du 20 Minutes, vendredi 18 décembre 2009, Grand Paris, p.2

Ckapac remet quelques morceaux de bois dans le poêle qu’il a lui-même fabriqué et qui réchauffe la pièce dans laquelle il vit avec sa femme et ses quatre enfants. Une bonbonne de gaz permet de cuisiner, mais il n’y a aucune arrivée d’eau. Pour se laver, il faut une bassine en plastique et pour les W.C., c’est dans la nature. Bienvenue au campement sauvage du site des « murs à pêches » de Montreuil, un bidonville dans lequel vit, depuis trois mois, une petite centaine de Roms. Hier, la maire (Verts) de Montreuil, Dominique Voynet, y a invité la presse pour exprimer son désarroi. « La ville est débordée par l’afflux de familles nouvelles provoquées par l’évacuation de squats dans d’autres communes. » Dans une lettre, elle en appelle au Premier ministre pour obtenir « un traitement humanitaire d’urgence » de la situation.

Selon les services municipaux, il y aurait entre 700 et 1 000 Roms à Montreuil. « Les conditions dégradées suscitent la colère des riverains et imposent de prendre des arrêtés d’insalubrité ou de mise en péril. On craint des morts », s’alerte l’élue. « Elle a laissé pourrir la situation, on l’avait alertée dès l’an dernier », rétorque Marie, une riveraine qui ne veut pas donner son nom de peur de « représailles ». Trois cent cinquante Roms sont installés provisoirement par les pouvoirs publics dans des caravanes sur trois sites depuis l’été 2008. Ils ont vocation à intégrer des bâtiments en dur sur des sites « à identifier ». En 2009, la ville a dépensé 950 000 euros pour l’accueil des Roms.

Alexandre Sulzer

Association, Assistantes sociales, Médecin: des acteurs au service de la campa

L’action d’hommes comme le Père Joseph Wresinski (cf. photo ci-dessous) a permis l’organisation du bidonville et la mise en place de dispositifs et services du quotidien accessibles aux habitants. Parmi ces équipements il y avait un jardin d’enfants, un très beau petit chalet où deux jardinières prenaient en charge les plus petits d’entre eux. Elles proposaient des activités éducatives et ludiques auxquelles les mères pouvaient aussi participer. Prenons l’exemple de l’éducation à l’alimentation au cours de laquelle les mères préparaient des petits goûters sous forme d’ateliers. On trouve également au centre du bidonville de la Campa une bibliothèque, un service d’assistantes sociales, une infirmerie…

L’entretien de Jean-Michel Roy, historien au service culturel de la Courneuve, mentionne même le passage régulier d’un médecin : « le docteur Bourgain qui est le président de l’office des HLM Plaine de France, c’était le médecin qui allait au bidonville de La Campa, c’est quelqu’un qui est toujours vivant donc j’ai eu l’occasion de le rencontrer lors d’une réunion sur un autre sujet et il m’a raconté certains détails, certaines anecdotes sur le bidonville de La Campa, notamment comment les gens, lorsqu’il venait et que le sol était détrempé, mettaient des planches, des vêtements, des objets sur le sol pour qu’il n’ait pas les souliers pleins de boue ».[1]

D’autres services étaient  présents au sein de la Campa, comme la chapelle, mais aussi une laverie et un salon d’esthétique pour les femmes. Ceci est très bien relaté par Anne-Marie Humbert, jeune volontaire de l’association Aide à Toute Détresse, qui vivait au sein du bidonville et apportait ainsi un soutien moral aux habitants.

Face au désengagement des collectivités locales et à la gravité de la situation, des volontaires et des familles du camp décident de créer un mouvement, l’association ATD, pour venir en aide aux habitants de la Campa et améliorer le quotidien.

wresinski
Joseph Wresinski, fondateur d'ATD Quart Monde

Précarité, condition de vie exécrable, mal-logement, c’est à la suite de ces visions de chocs et de détresse humaine, que le père Joseph Wresinski décide de fonder une association avec les familles du camp de Noisy-le-Grand. Cette association “le Groupe d’Action et de Culture” (GAC) est refusée par la Préfecture. Il fait donc appel à des amis et crée “Aide à Toute Détresse”, qui deviendra le mouvement international ATD Quart-Monde.  Les actions autour du camp de Noisy-le-Grand vont s’étendre à la Campa et au Franc-Moisins, notamment par le détachement de volontaires.

Le Mouvement ATD Quart Monde lutte pour les droits de l’homme, avec « l’objectif de garantir l’accès des plus pauvres à l’exercice de leurs droits et d’avancer vers l’éradication de l’extrême pauvreté”.


[1] Intervention de Jean-Michel Roy, historien au service culturel de la Courneuve, le 16 janvier 2009, à l’université Paris 13, devant les étudiants du « Master Conception d’expositions scientifiques ».