L’express, Marie-Claude figure de proue du bidonville

L’article de l’express du 28 février au 6 mars 1966 consacré au bidonville de La Campa se distingue par le fond et la forme de ceux publiés par France-Soir.

Sur le fond pour commencer, nous constatons que cet article est beaucoup mieux documenté que ceux de France-Soir. L’auteur, Robert Franc, évoque ainsi la création du bidonville ou encore le phénomène des « marchands de sommeil ». Ces éléments témoignent d’une meilleure connaissance du sujet par R. Franc que son homologue de France-Soir. En ce sens, on peut affirmer qu’il s’agit plus d’un article de fond. Cela nous renvoie à la distinction classique entre presse quotidienne et presse hebdomadaire : tandis que la presse quotidienne privilégie le traitement de l’événement « à chaud » quitte à verser de façon abusive dans l’évènementiel. La presse hebdomadaire, quant à elle, bénéficiant de délais plus important, peut se permettre de prendre plus de recul sur les événements, de traiter l’actualité sous forme de dossiers souvent mieux documentés.

Le choix des paroles rapportées par notre journaliste est aussi intéressant à étudier car c’est l’occasion pour nous de retrouver Marie-Claude qui, quatre mois après l’interview de Maurice Josco, a bien passé l’hiver. Plus sérieusement le fait de retrouver, ici, cette travailleuse sociale, précédemment portraitisée dans la presse, la fait émerger comme une figure de proue du bidonville. Marie-Claude devient une sorte de voix officielle du bidonville. On observe que les paroles rapportées, émanant d’habitants du bidonville, sont allusives et au style indirect, comme si notre journaliste n’avait eu que peu de contacts avec ces derniers et avait privilégié pour son enquête le voisinage, les associations et les sociétés en contact avec La Campa.

L’utilisation de nombreux adjectifs qualificatifs et noms communs péjoratifs pour évoquer l’atmosphère du bidonville  comme « misérables », « pestilentielles », « malheureux », « cauchemar », rappel le registre utilisé par France-Soir.

Nous venons d’évoquer le fond, parlons maintenant de la forme. Nous observons dans l’article de R. Franc un caractère polémique absent des articles de France-Soir, rien de subversif cependant. En effet, l’auteur fait allusion à divers point de la politique du gouvernement : la décision de résorber les bidonvilles et sa mise en œuvre, l’immigration ou encore la politique de construction de logement. Sous une forme très lissée, le lecteur est confronté à des questionnements autour de ces thèmes, notamment en conclusion : « Le nouvel effort du gouvernement permettra-t-il d’atteindre ce rêve ? De toute façon, il ne servirait à rien de liquider les bidonvilles existants si rien de sérieux n’était fait parallèlement pour loger les travailleurs étrangers qui vont continuer à affluer ». Il serait intéressant d’étudier l’image de l’immigration que véhicule ce texte, mais là n’est pas notre propos ; contentons-nous d’observer que l’article de l’express a une teneur plus politique que ceux de France-Soir.

Document cité

  • Article « Bidonvilles, les bulldozers attaquent à l’aube » de Robert Franc ; L’Express du 28 février au 6 mars 1966

Pour aller plus loin:


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.