Les formes de l’oubli (partie 1)

Il est de ces livres qu’on attrape, entre les rayons serrés de la bibliothèque, un peu par hasard, presque par providence. Le livre dont je vais vous parler aujourd’hui, Les formes de l’oubli, de Marc Augé, écrit en 1998, fait partie de ceux-la …

(Un compte rendu de ce livre écrit par Julien Bosc : ici )

Tout d’abord l’anthropologue Marc Augé, dans le prologue de son essai, présente l’oubli comme une nécessité de la mémoire :

« Il faut oublier le passé récent pour retrouver le passé ancien. »

Avec le terme  » retrouver « , nous avons déjà, dans ce premier paragraphe, la notion de retour. Cette thèse s’articule autour de quatre chapitres : « La mémoire et l’oubli », « La vie comme récit », « Les trois figures de l’oubli », « Un devoir d’oubli ».

Dans son premier chapitre, l’auteur met en avant l’opposition du mot « oubli » et « mémoire », qu’il compare à l’opposition entre la vie et la mort. Ces deux groupes de mots malgré qu’ils soient antithétiques, sont absolument indissociables ; l’un n’existe pas sans l’autre.

« On peut définir l’oubli comme la perte du souvenir. »

Les individus qui vivent un événement commun en gardent un souvenir à la fois différent et semblable. On oubli certaines parties des faits, mais on en garde toujours quelques brides en mémoire. Comme explique Marc Augé, oublier/se souvenir sont des actions semblables au labeur du jardinier :

« Les souvenirs sont comme des plantes : il y en a qu’il faut éliminer très rapidement pour aider les autres à s’épanouir, à se transformer, à fleurir. »

Certains souvenirs, ou plutôt certaines « traces mnésiques », apparaissent à l’individu, sans pourtant n’être affiliées à un temps ou un espace précis, jetant, ainsi, un voile d’incertitude sur le passé. Aussi, l’oubli dans cet ouvrage est désigné comme une constante de la mémoire, dont le souvenir serait le fruit. Le souvenir d’enfance, par exemple, est toujours remodelé par les récits de l’entourage ; des parcelles restructurées par l’expression des souvenirs d’autrui, pour former un nouveau souvenir qui semble pourtant nous appartenir. De ce fait, les figures de l’oubli sont énoncées comme représentant une valeur narrative, ou encore, une configuration temporelle (Selon le langage de Paul Ricœur que l’auteur site souvent comme référence).

Dans le second chapitre, « La vie comme récit », on s’interroge tout d’abord sur quel relation entretiennent la fiction et la réalité ?

Ainsi, on assiste, à travers les processus de mémoire à une « mise en fiction de la vie individuelle et collective », à travers les modalités de l’oubli, comme mise en scène du temps de la vie pour revivre le passé au présent. Mais, l’emploi du terme fiction, d’après l’auteur, et de plus en plus nébuleux, étant donné l’omniprésence de cette fiction dans notre entourage (image, publicité, arts, etc). D’après lui, nos existences serait toute déterminées par leur dimension fictive, narrative… De ce fait, nous vivons des fictions croisées, entre récit inventé et récit intégré, nous tenons une place différente dans ce récit en fonction de son destinataire : parfois protagoniste, parfois observateur. Et nous ne résistons pas toujours au désir de les réinterpréter, de les remodeler, pour les adapter à celui que nous sommes entrain de vivre.

Pour retranscrire un passé récent ou ancien, le passage par « l’imagination » est inévitable, par l’action de composition ou de recomposition. En outre, ce récit de vie peu basculé entre deux niveaux différents : l’histoire de l’individu et « la grande histoire », en passant par ce que l’auteur appel « des niveaux intermédiaires » (les histoires de familles, les histoires professionnelles, les faits divers, les histoires politiques, etc …). De sorte que cette histoire personnelle est influencée par le contexte extérieur.

« Car à chaque niveau de récit, l’auteur-personnage est impliqué à la fois individuellement et collectivement, (…) et le récit de sa vie, en outre, n’est pas fait d’une superposition de récits, mais les traverse tous d’un trait original, idiosyncrasique ; et il est impliqué collectivement, car, si solitaire que puisse être son parcours, il est au moins hanté par la présence de l’autre (…). »

Pour ce qui est de l’observateur, l’enquêteur mémoriel, ceci, n’est pas sans effet sur sa propre vie, comme suppose l’auteur. Ces différents « souvenirs/fictions » ne peuvent pas coexister sans s’influencer.

« (On) intégrera, d’une manière ou d’une autre la pluralité des narrations produites à cette occasion. »­

Ainsi, Marc Augé, souhaite démontrer, qu’en s’intéressant à l’histoire, il faut prendre en considération la dimension narrative de celle-ci.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.