Discours d’introduction d’Emmanuel PARIS lors du vernissage de l’Exposition “Territoire d’enfance”

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs,

L’exposition photographique qui va avoir lieu à partir de ce jour, jusqu’au 4 février au « Café Expo » de l’Université, a été conçue et réalisée par les étudiantes du parcours « Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs » du Master 2 pro « Dynamiques Culturelles ».

Cette exposition est articulée avec le développement d’un blog, accueilli sur la plateforme de carnets de recherches en sciences humaines et sociales avec sélection par un comité scientifique : hypotheses.org.

Cette exposition et ce blog sont deux outils de médiation pensés pour faire entrer dans le patrimoine local l’histoire et la mémoire d’un bidonville qui, des années 1950 aux années 1970, a hébergé plusieurs milliers d’habitants issus d’Europe, du Maghreb et d’Afrique subsaharienne.

Ce bidonville, appelé « La Campa », était aux pieds de la Cité des 4000 et de l’autoroute A1, alors en constructions à La Courneuve.

Au début des années 1970, le bidonville est rasé, les bulldozers modifient profondément le paysage pour faire naître l’espace vert du Parc départemental de La Courneuve. Les habitants du bidonville sont relogés dans des cités de transit, ou intègrent les nouveaux logements collectifs qui sortent massivement de terre en Seine Saint-Denis et plus généralement en périphérie de Paris.

Il ne reste donc plus aucun vestige ni de trace de ce site de La Campa, et les archives ont longtemps été désorganisées ou rendues invisibles à la collectivité.

L’objectif a été par conséquent, pour développer l’exposition et le blog, de cartographier les acteurs permettant de patrimonialiser l’histoire et la mémoire du bidonville : témoins ayant habité la Campa, photographes et reporters ayant travaillé dans le bidonville dans le cadre d’une médiatisation naissante du phénomène en France à partir des années 1960, associations caritatives ayant agi dans les bidonvilles aux côtés de ses habitants pour créer les conditions pratiques d’une qualité de vie meilleure.

L’origine de ce projet développé par les étudiantes remonte à l’année universitaire 2008-2009, durant laquelle la formation a organisé avec Christian Gaborieau, archéologue du service culturel de la mairie de La Courneuve, des randonnées archéologiques dans le territoire de cette commune. Je tiens à remercier vivement M. Gaborieau pour cette initiative décisive, tant le regard porté par M. Gaborieau sur le patrimoine archéologique de La Courneuve et dont il nous a fait part lors de ces pérégrinations, ne différenciait pas l’importance du vestige restant du VIIe siècle (la nécropole sous l’Eglise Saint-Lucien) ou du XIIe siècle (l’abreuvoir au lieu dit “La “Prévôté”, sous les vestiaires d’un stade de football), de l’existence du bidonville La Campa dont il ne reste pourtant plus aucune traces physiques  (cf. le post, sur le blog, traçant cette généalogie : http://lacampa.hypotheses.org/463. et sur la page Internet de la mairie de La Courneuve présentant une carte “archéologique” du territoire de la commune : http://www.ville-la-courneuve.fr/5_regards/journal.php?id=919# ).

Mes remerciements vont aussi à Benoît Pouvreau et Olivier Meyer, du Service du patrimoine culturel de Seine Saint-Denis, qui nous ont, par la suite, aidé à mesurer les tenants et les aboutissants de l’exposition itinérante développée alors par le département de Seine Saint-Denis :  « Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974) » :  http://lacampa.hypotheses.org/292 .

Depuis, trois promotions du parcours « Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs » se sont relayées pour proposer chaque année de nouvelles médiations culturelles et socioculturelles à propos du bidonville « La Campa ».

Ce travail au long cours s’inscrit dans ce qui appelé le « programme pédagogique annuel » de la formation de parcours « Conception d’Evènements et Circulation des Savoirs ».

Il s’agit pour l’équipe pédagogique de s’approprier ce fil d’Ariane : la patrimonialisation du bidonville, avec pour chaque membre de l’équipe la possibilité d’étudier un aspect en rapport avec son expertise. Estrella Rojas encadre les étudiants sur le volet numérique de la valorisation de cette histoire et de cette mémoire singulières (via le blog), Pierre Barboza coordonne les travaux de la promotion pour concevoir et réaliser une exposition photographique, Claire Oger analyse les processus de mise en culture du patrimoine dans le territoire de la Seine Saint-Denis, Emmanuel Paris questionne les ressorts du développement durable et du développement culturel d’un territoire en prenant appui sur cette étude de cas.

L’exposition et le blog sont alimentés par des archives issus des archives départementales de la Seine Sainte-Denis mais aussi et principalement du fonds constitué par une des structures partenaires de la formation : Le « Centre International Joseph Wresinski » de l’association ATD Quart-Monde. L’exposition est financée par une autre structure partenaire du parcours de notre Master : la Fondation Musée Schlumberger.

Je tiens à remercier vivement ces partenaires, ainsi que les membres de la communauté universitaire de Paris 13 ayant rendu possible cette création ; notre UFR des sciences de la communication, le service de reprographie centrale de l’université, le service culturel.

Cette exposition sur l’histoire et la mémoire d’un bidonville, à quelques kilomètres de nous, dont l’existence s’est achevée voici 40 ans, est appelée à itinérer dans les années à venir dans des espaces géographiques (les zones portuaires, les périphéries des métropoles) dont l’économiste Arnaud Le Marchand vient de montrer qu’ils sont à la fois au cœur de l’industrialisation et de la mondialisation depuis le début du XIXe siècle, et le réceptacle de bien des stigmatisations.

Pour conclure, je tenais à remercier les étudiantes pour le travail accompli, et je leur donne rendez-vous une fois l’obtention de ce diplôme obtenu, pour accompagner le cheminement de cette exposition vers d’autres lieux.

Je vous remercie et vous souhaite une bonne visite.

 

 

M. Emmanuel Paris


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">